Comment se faire des amis japonais au Japon : conseils

Aala 21 mars 2017 0
Comment se faire des amis japonais au Japon : conseils

Se faire des amis Japonais au Japon est le but de beaucoup d’étrangers se rendant au pays du Soleil-Levant et ce n’est pas impossible. Je vous explique donc ce qu’il faut connaître pour pouvoir y arriver.

Vous allez arriver au Japon et vous aimeriez y rencontrer des autochtones, vous en faire des amis, et profiter au maximum de votre expérience sur place pour nouer des liens d’amitiés forts ? Contrairement à ce que certaines légendes urbaines sous-entendent, ce n’est pas impossible, au contraire. Mais pour y parvenir il vous faudra prendre en compte certaines spécificités locales.

Le but de cet article n’est pas de vous garantir que vous allez pouvoir vous faire des « amis Japonais pour la vie » ou je ne sais quelle autre idée. Le but est de vous donner quelques outils et conseils, basés sur mes expériences personnelles et diverses discussions que j’ai eues avec des étrangers étant venus au Japon ou vivant sur place, pour pouvoir essayer de tisser des liens forts avec les locaux.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, je pense qu’il est bon de faire une différence entre « connaissances » et « amis ». Faire des connaissances au Japon peut s’avérer simple comme dire bonjour. Mais se faire des amis au Japon, comme dans tous les pays du monde, peut s’avérer plus long et plus complexe. Passer de l’étape de simple connaissance à celle de véritables amis va dépendre de beaucoup de facteurs, d’une certaine alchimie, qu’il est bien complexe d’expliquer et de définir. Je ne m’attarderais pas sur ces procédés et j’irais à l’essentiel du sujet, pour vous donner les bases qui vous permettront, je l’espère, de vous faire de véritables amis Japonais. Il ne tient qu’à chacun d’entre vous de définir sa propre notion de l’amitié., là n’est pas le rôle de cet article.

Comment fonctionnent les relations au Japon

« Tu sais, nous les Anglo-saxon on est des mangues, et vous les Européens vous êtes des noix de coco ». Voici la phrase que m’avait tenu un Canadien lorsque je résidais sur place en 2010/2011. Au travers de cette phrase, ce Canadien, insinuait que les Anglo-saxons étaient des personnes faciles à aborder mais qu’il fallait plus de temps pour construire des relations amicales fortes avec eux. En ce qui concerne les Européens, il insinuait qu’il fallait plus de temps pour les aborder mais qu’une fois le premier contact établi il était plus aisé de devenir de véritables amis. Et j’en étais venu à me demander si les Japonais étaient des « mangues » ou des « noix de coco » pour en conclure, à l’époque, que selon moi les Japonais étaient des « noix de coco fourrées à la mangue » : difficile à aborder, puis chaleureux et amicaux au premier contact avant de devoir prendre plus de temps pour construire une véritable amitié. Tout ceci pour nous amener à certains points à prendre en compte pour les relations amicales avec des Japonais au Japon.

Il serait impossible, au sein d’un seul article (voir même d’un livre) d’aller dans le détail du fonctionnement des relations sociales au Japon, alors je vais me concentrer sur deux notions, de manière simplifiée, afin de vous donner quelques éléments de base. Je vais aborder avec vous les notions de « Uchi » () vs « Soto » ().

« Uchi », signifiant « intérieur », dans la société japonaise cela se réfèrera à tout ce qui est en rapport avec le foyer ou les cercles privés. Tandis que « Soto », signifiant « extérieur » fera référence à l’environnement extérieur et à l’inconnu. Ces deux notions sont fortement ancrées dans la société japonaise et dans son fonctionnement au quotidien. Par exemple, pour illustrer, pour beaucoup de Japonais, le Japon est un milieu connu et sera donc identifié à la notion de « Uchi », ce qui le rendra « familier et rassurant », tandis que le reste du monde assimilé à la notion de « Soto », sera perçu comme « lointain, méconnu, à la fois attirant et inquiétant » (le Japon est un pays insulaire, n’oubliez pas cela, et qui a été fermé sur lui-même pendant plusieurs siècles, il n’y a pas si longtemps).

Dans les relations sociales au Japon, ces notions de « Uchi » et « Soto » seront aussi fortement présentes et se retranscriront par la faculté des Japonais à « s’enfermer » dans des « cercles privés » comme par exemple :

  • La famille proche
  • Les autres membres de la famille
  • Les amis d’enfance
  • Les amis de lycée
  • Les amis d’université
  • Les autres membres de clubs (sportifs, culturels, …)
  • Les collègues de travail

Les Japonais, auront souvent du mal à s’éloigner de ces cercles qui représentent la notion de « Uchi » et ainsi une certaine sécurité. Ce sont des cercles dont les membres sont clairement connus, identifiés, avec qui ils partageront des souvenirs et expériences en communs. Tout ceci est rassurant. Entrer dans ces cercles, lorsque l’on est de l’extérieur (notion de « Soto ») sera quasi impossible, pour un Japonais ou un étranger. Au sein de ces cercles privés, les individus pourront plus aisément se comporter de manière plus naturelle (ceci n’est pas valable dans le cadre du travail par exemple) alors qu’en public chacun devra se comporter pour répondre aux normes attendues par la communauté.

Imaginez-vous, un Japonais voulant intégrer l’un de ces cercles devra faire face à des barrières invisibles car il sera, dans un premier temps, de manière inconsciente, perçu comme un intrus perturbant l’équilibre du cercle en question. Mais à force de temps et de persévérance il pourra y parvenir. Et pour ce qui est d’un étranger (je parle là d’un Gaikokujin), qui ne dispose pas de la même culture, de la même langue, dont la durée de séjour au Japon peut être une inconnue, qui n’a pas les même habitudes, … ce sera encore plus difficile de pouvoir s’intégrer à ces cercles. Attention, je ne dis pas que cela sera impossible mais simplement que ce sera plus difficile, plus long !

Un étranger, s’il travaille dans une entreprise japonaise pourra facilement intégrer le cercle des « collègues de travail » et s’il se marie avec un(e) Japonais(e) il pourra intégrer le cercle de la famille, par exemple. Mais il lui sera plus dur d’intégrer le cercle des amis de lycée, des amis d’enfance, des amis en général, …

Mais là, c’est la notion liée aux cercles que l’on vient d’aborder, parce qu’il est quand même possible de se faire des amis au Japon, notamment lorsque l’on les rencontre de manière isolée, par exemple. La relation se construisant hors d’un cercle elle sera plus aisée et plus naturelle. Il existe aussi, bien sûr, des cercles de Japonais / étrangers qui eux sont assez facile à intégrer à partir du moment où on est un étranger.

Comme vous pouvez le constater, certains éléments peuvent rendre plus compliqué la création d’une amitié avec des Japonais au contraire des pays Occidentaux où elles se feront plus rapidement. Mais, là où chez nous elles se feront rapidement, elles pourront se défaire tout aussi rapidement alors qu’au Japon plus une amitié se forgera dans le temps plus elle sera entretenue et deviendra précieuse. D’ailleurs, au pays du Soleil-Levant, pour dire au revoir on n’utilise que très peu le mot « Sayonara » car il a une signification étant assimilée au fait que l’on ne se reverra plus, il y aura donc une rupture du lien, chose que l’on n’aime pas trop car le lien (ici d’amitié) est précieux.

Pourquoi vous voulez avoir des amis Japonais au Japon ?

Demandé de la sorte cela peut paraître un peu abrupte, mais si vous savez dans quelle optique vous voulez avoir des amis Japonais au Japon cela facilitera grandement vos recherches. C’est comme pour tout, plus on définit clairement ses objectifs plus on pourra mettre en place les moyens d’y arriver correctement. Alors, posez-vous cette question. Il existe diverses raisons et je vous en propose quelques-unes (liste non exhaustive) :

  • Pour avoir de nouveaux amis : la base même d’une volonté de sa faire des amis. J’ai envie de dire qu’elle est évidente, mais parfois l’évidence est bonne à être rappelée, surtout que là il s’agit d’une volonté « désintéressée », ce qui est une bonne chose.
  • Pour échanger sur nos cultures et apprendre l’un de l’autre : rien de tel que de pouvoir échanger avec des autochtones pour pouvoir apprendre plus de choses sur la culture d’un pays.
  • Pour avoir quelqu’un à rencontrer sur place lors d’un voyage : un bon moyen de « tuer » la solitude et aussi de découvrir des endroits plus secrets. Mais attention, votre ami Japonais ne doit pas juste vous servir de guide gratuit, ce serait dommage de limiter votre relation à ceci. Et pensez à lui amener des cadeaux de chez vous pour le remercier.
  • Pour pratiquer son japonais : quoi de mieux que de pratiquer le japonais avec un natif pour pouvoir progresser rapidement ? Mais, même remarque que pour le point précédent, n’utilisez pas votre ami Japonais comme une sorte de professeur gratuit. S’il le veut, aidez-le à pratiquer son français, par exemple. Et pensez aussi à lui offrir un cadeau pour le remercier.
  • Pour avoir un(e) petit(e) ami(e) : Si votre intention est uniquement d’avoir un(e) petit(e) ami(e) Japonais(e) essayez d’être clair là-dessus et ne pas forcer les choses. Cela doit se faire naturellement.

Quelques conseils de base

Vous voulez vous faire des amis Japonais ? Vous en rêvez et vous êtes prêt à tout pour cela ? Eh bien, dites-vous que vous n’avez pas besoin de trop en faire, au contraire, à vouloir trop en faire vous aurez plus de chances de ne jamais y arriver ! Il vous faut garder à l’esprit que les Japonais sont des êtres humains comme vous et moi et de ce fait ils ont les mêmes envies, les mêmes modes de fonctionnement (je ne parle pas des codes de la société japonaise, mais des modes de fonctionnement), … Alors, voici quelques conseils, non exhaustif, que vous pourriez appliquer tout en gardant à l’esprit qu’une amitié se construit avec une certaine dose de magie qu’il ne faut pas essayer de provoquer pour la provoquer.

  • Parler la langue : oui, apprendre le japonais, vous donnera plus d’opportunités de vous faire des amis Japonais. Alors, certes il y a des Japonais qui parlent anglais, français, chinois, arabe, …. Mais ils ne sont pas une majorité, loin de là. Plus votre niveau de japonais sera bon et plus vous aurez des opportunités de rencontrer des Japonais et de vous en faire de véritables amis, de passer de la « simple connaissance » à celle où l’on devient un « ami ».
  • Soyez vous-même : ne jouez pas un rôle. Une amitié ne se construit que sur du long terme et sur le long terme les masques finissent toujours par tomber. Inutile de vouloir forcer les choses pour essayer de plaire à quelqu’un, ce serait une perte de temps pour tous.
  • Allez plus loin que les clichés sur les villes : par exemple, on entend souvent que Tokyo serait une grande ville froide où les Tokyoïtes seraient distants et inamicaux. Ce ne sont pas les habitants de la ville qui donnent ce sentiment, parce que pris séparément, ils seront souvent plus chaleureux que leur réputation. Il s’agit tout simplement de l’organisation de la ville et de son fonctionnement au quotidien qui peut donner cette impression. D’ailleurs, ceci est valable pour toutes les capitales et grandes villes à travers le monde, qui sont souvent plus « busy » et « moins chaleureuses » que les « petits bleds reculés ».
  • Allez plus loin que sur les clichés sur les Japonais : n’écoutez pas ces légendes urbaines affirmant avec véhémence que les Japonais sont racistes, que les Japonaises couchent pour des sacs Louis Vuitton à tour de bras, que les Japonais n’ont pas d’humour, que les Japonais sont ceci ou cela, …. Je vous propose mieux : faites-vous votre propre opinion. Gardez de la curiosité, une certaine ouverture d’esprit et ne vous arrêtez pas à ce que l’on peut parfois lire à droite ou à gauche.
  • Ne bloquez pas sur les apparences : ceci est valable pour tous les pays du monde et c’est un point important, vous ne savez pas qui se cache derrière la personne que vous voyez en face de vous. Peu importe son apparence donnez une chance à cette relation, on ne sait jamais.
  • Ne harcelez pas : c’est malheureusement un comportement un peu trop fréquent, notamment sur les réseaux sociaux. Il suffit de regarder sur les « communautés Facebook » pour s’en rendre compte. Dès qu’une Japonaise s’inscrit sur une de ces communautés et qu’elle se présente, toute une meute de « chacals » débarque d’on ne sait où, on ne sait comment, pour commenter son post, et pire encore, sa messagerie privée est prise d’assaut. Dites-vous que si vous faites cela, des dizaines d’autres personnes y ont pensé et que de ce fait vous deviendrez « encore un autre » profil qui sera perçu comme perturbateur plus qu’amical et vous serez ignoré.
  • Etre seul peut favoriser les rencontres : et oui, lorsque l’on est seul on peut plus aisément rencontrer d’autres personnes (c’est valable partout dans le monde). D’un côté on peut être lassé de la solitude et donc on va se forcer à aller vers les autres. De l’autre, on peut paraître plus abordable que lorsque l’on est à plusieurs, déjà dans nos « délires ».
  • Mais être plusieurs n’est pas un frein : pensez simplement que si vous êtes plusieurs (en couple, entre ami(e)s, en famille, …) il ne faut pas mettre de freins à la communication avec le ou les Japonais présent. Ainsi, évitez de parler en français en leur présence (sauf si ils comprennent la langue). Et même si ils comprennent la langue française, adaptez le niveau de votre discours à leur niveau de compréhension (vitesse, vocabulaire, …). Ne les mettez pas dans une situation inconfortable.
  • Ne vous enfermez pas dans votre communauté : vous êtes francophones et vous allez, par besoin de se sentir en sécurité, vouloir avoir un cercle d’amis francophones sur place. C’est bien, mais si vous vous concentrez uniquement sur ce cercle, vous allez rapidement réduire vos opportunités de vous faire des amis Japonais.
  • Respectez les règles : certainement l’une des bases les plus importantes. Essayez, au maximum, de respecter les us et coutumes, les règles en applications, cela vous évitera de faire des impairs qui ne pardonneraient pas. Par exemple, si vous rencontrez une femme, évitez, tant que possible, de lui demander son âge (au moins au début de la relation). Mais, sachez qu’en tant qu’étrangers, il y a tout de même un certain « crédit » quand à certains impairs (que l’on peut appeler Gaijin Smash), puisque les Japonais eux-mêmes savent que l’on ne peut pas maitriser tous leurs us et coutumes. Selon les personnes que vous aurez en face de vous certains impairs pourront, ou non, être tolérés.
  • Evitez les sujets à polémique : quand vous rencontrez quelqu’un pour la première fois vous vous devez d’éviter les sujets qui peuvent être clivant. Attendez de devenir de véritables amis pour vous lancer dans de telles discussions.
  • Oubliez votre côté « grand fan du Japon » : vous aimez le pays et sa culture, OK. Mais ne l’étalez pas à toutes les sauces cela pourrait être un sacré frein, vous risqueriez de vous faire « cataloguer » comme étant « ennuyeux » rapidement.
  • Démarquez-vous : en ayant une passion ou des activités un peu hors-normes, vous pourriez des opportunités différentes de vous faire des amis Japonais. Si vous avez une passion spécifique essayez de rencontrer des Japonais qui partagent la même passion que vous et vous aurez ainsi déjà des sujets de conversations en commun, un moyen plus simple de briser la glace.
  • Pensez à avoir une carte de visite : parfois cela peut s’avérer utile, pour certaines rencontres, car elle permet à votre interlocuteur de vous identifier clairement et de pouvoir rester en contact plus facilement. Les cartes de visites sont importantes dans la société japonaise, alors pensez-y.
  • Utiliser l’application LINE : application de messagerie gratuite elle est utilisée par une grande majorité de Japonais qui vous demanderont votre ID LINE avant tout autres formes de contact, souvent.

Où rencontrer des Japonais au Japon

Rencontrer des Japonais au Japon n’est pas si difficile que cela, il suffit juste d’identifier dans quel cadre et pour quel but on veut les rencontrer et puis après de s’orienter vers les options à disposition, et elles sont nombreuses. Je vais vous en énumérer quelques-unes ici, de manière non exhaustive, en précisant que peu importe celle(s) que vous allez choisir, différents facteurs entreront en jeu (votre attitude, les Japonais présent et leurs intentions, l’alchimie, …).

  • Vivre en guesthouse : ces logements proposent souvent de vivre avec d’autres personnes, notamment des Japonais, ce qui est un bon début pour se faire des amis. Vous pouvez notamment regarder du côté de Oakhouse (à Tokyo et Kyoto).
  • Dormir en Minshuku : beaucoup de touristes au Japon privilégient les logements en Airbnb, pensant encore que l’on peut y rencontrer des locaux, mais c’est de moins en moins le cas. Par contre, en Minshuku vous pourrez dormir chez l’habitant et donc dialoguer avec eux et les autres clients.
  • Aller se restaurer dans les Yatai ou dans les Yokocho : les Yatai (notamment à Fukuoka) sont l’institution même (des petits boui-boui) pour aller manger un morceau tout en dialoguant avec ses voisins de table. Les Yokocho, ces ruelles de petits restaurants sont souvent animées et l’occasion même de rencontrer des locaux. Vous pourrez aller au Golden Gai, à Omoide Yokocho, Ebisu Yokocho à Tokyo et bien d’autres encore.
  • Aller parler les langues étrangères avec des Japonais dans les Eikaiwa : les Eikaiwa sont des « cafés de conversation » où les Japonais se rendent pour parler avec des étrangers, dans différentes langues. L’endroit idéal pour un premier contact et nouer de nouvelles amitiés. Il vous suffit de taper « Eikaiwa + nom de la ville » dans Google pour en trouver.
  • Aller boire un verre dans un Izakaya : ces bars à la japonaise peuvent être un bon endroit pour y faire des rencontres. Essayez de privilégier les plus petits, où il est possible de s’asseoir au comptoir afin de ne pas vous retrouver isoler seul sur une table, dans votre coin.
  • Faire du langage exchange : permettre à un Japonais de pratiquer son français et en échange il vous permettra de pratiquer votre japonais, ou comment faire d’une pierre deux coups. Vous pourrez trouver des annonces sur divers sites en anglais sur le net.
  • Couchsurfing : tout le monde pense au couchsurfing pour dormir. Mais il est aussi possible d’y rencontrer des personnes pour aller boire un verre. Je l’ai souvent utilisé à mon arrivée au Japon et cela fonctionne bien.
  • Bonjour Tokyo : à Tokyo c’est THE association, celle qui propose régulièrement des évènements Franco-Japonais et permet de se rencontrer.
  • Les réseaux sociaux : notamment sur Facebook vous pouvez vous inscrire dans des groupes où seront présent des Japonais. Par exemple, en français le groupe « Un gaijin au Japon – la communauté» a plusieurs Japonais qui y sont actifs ! En général dans les communautés en anglais les Japonais sont plus nombreux et plus actifs.
  • Meetup : sur ce site vous pourrez rejoindre des communautés selon des thématiques diverses et variées et aller à des évènements dans les principales villes du Japon. De belles occasions de vous faire de nouveaux amis. Je vous recommande le groupe « Franponais» tenu par des amis.
  • Au travail : si vous avez un travail au Japon vos collègues pourraient être vos premiers amis, une belle occasion de commencer à se construire un cercle d’amis autochtones.
  • A l’université : si vous êtes étudiant dans une université vous aurez de nombreuses occasions de vous faire des amis Japonais sur place.
  • Au Onsen / Sento : on n’y pense pas nécessairement et pourtant, notamment pour les Sento, ces bains publics de quartier où les habitués viennent aux mêmes heures, si vous parlez un peu japonais, vous verrez que les contacts se feront naturellement.
  • Multilingual Network: un site Japonais qui permet d’avoir des correspondants cherchant à pratiquer leur français. Un bon début pour se faire de nouveaux amis.
  • Amis de vos amis : si vous avez des amis (étrangers et / ou Japonais) vous pourriez rencontrer leurs amis sur place et si affinités …
  • Voyager à pied, à vélo, … : quand on voyage au Japon, plus on sort des sentiers battus et plus on attire la curiosité des locaux. Alors, je vous laisse imaginer lorsque vous voyagez à pied, à vélo ou autre … L’occasion rêvée de vous faire un nombre incalculable de nouveaux amis. C’est mon cas au travers de mon tour du Japon à pied.
  • Faire du sport : en intégrant un club de sport au Japon vous aurez de fortes chances de rencontrer des Japonais et d’aller boire un verre avec eux après, par exemple.

Quelques bases de vocabulaire

Comme je vous le disait plus haut, si vous savez parler japonais vous allez considérablement augmenter vos opportunités de vous faire des amis Japonais. Maintenant, si vous ne parlez pas du tout le japonais, vous pourrez tout de même vous débrouiller, j’ai déjà vu des personnes arriver à rencontrer des locaux et sympathiser avec eux et même rester en contact.

Toutefois, je vous recommande d’avoir au moins quelques bases de japonais, tout simplement quelques mots de vocabulaire qui montreront que vous ne venez pas non plus « en touriste ». Apprenez donc à :

Voilà, avec ces quelques conseils j’espère que vous aurez de nombreuses opportunités de vous faire nouveaux amis Japonais au Japon et n’oubliez pas deux choses : laissez l’alchimie opérer et soyez vous-même. Si vous aussi vous avez des conseils ou autres vous pouvez les partager dans les commentaires.

Leave A Response »