Nihonjin no koe, la voix des Japonais – premier épisode

Aala 11 novembre 2018 0
Nihonjin no koe, la voix des Japonais – premier épisode

Je vous présente Nihonjin no Koe, mon tout nouveau projet vidéos qui voit le jour aujourd’hui avec son épisode pilote : les Yatai de Fukuoka.

Depuis que je suis au Japon j’ai eu plusieurs idées de projets, beaucoup d’entre elles ne voient pas le jour pour diverses raisons, et puis d’autres, comme mon tour du Japon à pied « Cap 10.000 Japon » prennent formes et voient le jour pour devenir des réussites. Parce que lorsque je me lance dans un nouveau projet je vais au bout et je donne mon maximum pour le mener à bien. Nihonjin no Koe (comprendre « la voix des Japonais ») entre dans cette catégorie là et c’est pour cela que je vous en parle ici.

La naissance de l’idée et sa maturation

Il faut remonter au tout début de Cap 10.000 Japon pour trouver trace des prémices de ce projet. On est en juin 2016 et je suis en train de marcher sur l’île de Hokkaido. Là, pendant un de mes jours de repos je rencontre trois Japonais qui font quelque chose d’unique (dont je vous parlerai plus tard) et je passe une excellente après-midi avec eux.

A ce moment-là, va commencer à poindre une petite idée qui avec le temps va grandir, grandir, grandir, grandir … jusqu’à devenir un projet ambitieux dont la première pierre est posée aujourd’hui ! Parce qu’il faut de l’ambition dans la vie et que pour obtenir le meilleur il faut toujours viser plus haut.

C’est là que je me suis donc dit que je voulais créer une série de vidéos interviews sur des Japonais, mais pas n’importe quels Japonais. Mais ça, leurs profiles, on y viendra bien plus tard. Et puis, le titre de ce projet, Nihonjin no Koe – la voix des Japonais, à lui seul veut tout dire : donner la parole aux Japonais !

Nihonjin no Koe, c’est quoi ?

Concrètement, le premier épisode c’est une interview immersion d’environ 15 minutes avec Seto-san, pour découvrir l’univers des Yatai de Fukuoka de l’intérieur, chose qui n’a pas réellement été faite jusqu’à présent. On a fait le plein de belles images, d’anecdotes et de découvertes. C’est une interview en japonais avec des sous-titres dans plusieurs langues afin qu’elle soit accessible au plus grand nombre.

Mais, ce premier épisode de Nihonjn no Koe n’est qu’un pilote, un test. D’ailleurs, je l’ai tourné seul et il n’est pas au point (heureusement William m’a sauvé en filmant quelques plans manquants – merci encore William).

Depuis son tournage, en mai 2017, je me suis associé avec Lucas et Chiho, auteurs de l’excellent documentaire « Fukushima, les voix silencieuses », qui sont des professionnels du format documentaire. Le but de cette association ? Produire plus de vidéos sous le format « Nihonjin no Koe – la voix des Japonais » en visant un niveau qualitatif élevé. Pour atteindre cela il faut donc s’entourer des meilleurs dans leur domaine.

Maintenant, ce qu’on vise c’est un format documentaire immersif de 42 minutes pour chaque épisode, qui vous permettra d’aller découvrir des aspects du Japon que vous ne connaissez pas nécessairement et moi non plus d’ailleurs. On ne peut pas en dire plus sur le contenu et l’originalité du concept tant que les prochains épisodes ne seront pas sortis, parce qu’il faut savoir garder un peu de mystère et surtout protéger ses idées.

On a déjà une bonne vingtaine de sujets en tête sur lesquels on a avancé, au moins pour la partie réflexion. Il nous reste à passer à l’action, ce qui prend le plus de temps. En effet, filmer ce genre d’épisode n’est pas chose aisée parce qu’il faut connaître une personne qui traite le sujet en question, approcher cette personne, gagner sa confiance et ensuite obtenir son autorisation. Rien que ces étapes préliminaires peuvent prendre des mois. Ensuite, le tournage, selon le sujet peut aussi prendre des semaines voir des mois. Et surtout, pour un tournage professionnel, afin d’avoir des épisodes de qualité, il faut du matériel approprié.

Avec Lucas et Chiho, nous venons donc de commencer à investir dans une nouvelle caméra d’appoint avant de viser une autre caméra plus adaptée au format documentaire. Avec ce matériel on pourra plus aisément passer aux choses sérieuses et vous proposer plusieurs épisodes de qualité, travaillés, qui vous permettront d’en apprendre toujours plus sur le Japon, sa culture, son Histoire et bien plus encore.

Je prends le temps de cet article pour vous remercier, tous, qui depuis le début de mes aventures ici, en 2011, me soutenez et soutenez la « folie » de mes projets comme Cap 10.000 Japon, par exemple. C’est toujours motivant de sentir autant de soutien et de voir que ce qu’on fait plaît toujours autant. C’est ce qui me pousse, en permanence, à vouloir améliorer ce que je produis et à viser plus haut, sans me fixer de limite. Alors, je vous dis à bientôt pour de nouveaux épisodes de Nihonjin no Koe – la voix des Japonais.

Leave A Response »