Travailler au Japon dans une entreprise japonaise ou étrangère : le guide

Aala 16 juin 2014 26
Travailler au Japon dans une entreprise japonaise ou étrangère : le guide

Je vous explique comment trouver du travail au Japon, dans une entreprise japonaise ou une des nombreuses entreprises françaises ou étrangères au Japon.

Vous avez envie de travailler au Japon ? Vous recherchez une entreprise française au Japon, ou une entreprise japonaise ou étrangère pour vous embaucher ? Mais vous ne savez pas comment faire ? Ce guide va vous expliquer toutes les procédures à suivre pour trouver un emploi au Japon. Et il vous sera aussi donner des coordonnées pour vous aider à trouver plus facilement un travail au Japon.

Voici une vidéo, enregistrée en Live, où l’on parle du travail au Japon et on répond à des questions de lecteurs:

Quelques points avant de commencer

Avant de commencer à chercher un travail au Japon, il y a quelques points à éclaircir, et qui concernent des questions souvent posées sur le sujet.

Parler japonais : oui, il est préférable de parler japonais pour chercher un travail au Japon, ceci facilite énormément la tâche, mais surtout laisse la possibilité d’avoir plus d’opportunités. Après, si vous ne parlez pas du tout japonais, vous pourrez tout de même trouver des emplois, dans des secteurs spécifiques, mais les offres sont bien moindres. Pour une recherche d’emploi au Japon, il est préférable d’avoir un JLPT niveau 2 : http://www.jlpt.jp/e/index.html

L’anglais peut-être un plus : même si vous parlez japonais, avoir un bon niveau d’anglais peut-être une excellente chose, qui vous aidera à avoir plus d’opportunités. Ne vous en privez pas, surtout si vous ne parlez pas japonais. Pensez à passer un test de type TOEIC pour valider votre niveau (un score supérieur à 800 est bien apprécié).

Avoir une expérience professionnelle : ceci peut aussi donner un gros avantage. Vous n’avez pas besoin de plusieurs années dans un poste, mais plutôt d’une première expérience, aussi bien en emploi qu’en stage ou en apprentissage. Maitriser seulement le japonais mais n’avoir aucune compétence à côté peut-être un sérieux frein à votre recrutement.

Être sur place au Japon : vous pourrez trouver des offres d’emplois avec un processus de recrutement depuis l’étranger. Mais elles sont bien plus rares que celles disponibles au Japon. Être sur place augmentera considérablement vos opportunités d’emploi.

Ne cherchez pas un visa, cherchez un emploi : ne faites pas cette erreur que beaucoup font, venir chercher un visa et non pas un emploi. L’emploi vous permettra d’obtenir un visa, le visa ne vous garantit pas l’emploi. Si vous cherchez uniquement le visa, cela pourra se ressentir dans vos démarches et rebuter des recruteurs potentiels. Pensez donc au travail que vous recherchez, érigé le en priorité.

Définissez un objectif précis : demandez-vous ce que vous voulez faire au Japon ? Posez-vous bien cette question parce que sans ça, vous verrez que la recherche d’emploi sera plus difficile. En vous posant cette question, vous déterminerez exactement ce que vous recherchez et cela vous permettra de vous concentrer dessus à fond, sans vous éparpiller.

Japon ne veut pas nécessairement dire Eldorado : beaucoup ont tendance à voir le Japon comme un pays parfait et déchantent une fois sur place, sur du long terme. Si vous voulez travailler au Japon, dites-vous bien que les conditions et les attentes ne sont pas les mêmes, même si avec votre statut d’étranger au Japon vous aurez un peu plus de liberté. Enfin, ne croyez pas que les salaires sont tous à des sommets qui vous permettront d’être riche, il y a des gens qui travaillent avec le minimum, et ils sont bien plus qu’on ne veut le croire.

La chance n’existe pas : ne vous dites pas « oh il en a de la chance, il a un travail au Japon ». La chance n’existe pas, elle se provoque. Comme je le dis souvent « si tu veux gagner au loto, alors joue ! Si tu veux voyager, alors pars ! Si tu veux travailler, alors cherches un travail !», et cela est valable pour le fait de travailler au Japon. Si vous voulez venir et avoir un travail ici, donnez-vous en les moyens.

Informations générales sur le travail au Japon

Avant de pouvoir commencer votre recherche de travail au Japon, il va vous falloir connaître l’état du marché de l’emploi au Japon. Voici donc les principales informations qui pourraient vous être utiles.

     – Visa pour le Japon

Comme je vous le dis dans mon article « Visa pour le Japon », il existe pas moins de 27 titres de séjour pour le Japon, vous permettant de venir, de manière plus ou moins longue, au pays du soleil levant.

En général, pour pouvoir travailler au Japon, il vous faudra obtenir l’un des visas vous accordant ce droit. Souvent, dans le cadre du travail pour une entreprise au Japon, cette dernière ira retirer un dossier de demande de « Certificate of Eligibilty » et le complètera avant de le renvoyer au bureau d’immigration compétent qui validera, ou non, la demande.

Il existe ici 7 formes de visas vous autorisant à travailler au Japon, et pour chacun d’entre eux la procédure diffère. Voici un bref descriptif :

          o Specialist in humanities – international business: ce visa, en général d’une durée de 3 ans, s’obtient en étant sponsorisé par une entreprise basée au Japon, et en disposant d’un niveau d’études universitaires d’au moins 3 ans (niveau Licence) ou d’au moins 3 ans d’expériences dans le domaine de travail requis.

             o Visa de transfert intra-entreprise : permet de travailler dans la filiale japonaise d’une entreprise française. Il faut avoir travaillé dans la société française, hors du Japon, au moins une année au préalable.

             o Visa étudiant au Japon : ce visa ne donne pas le droit de travailler en soit. Il vous faudra faire une demande de dérogation auprès du bureau d’immigration pour obtenir le droit de travailler 28 heures, maximum, par semaine. Ce visa ne vous donne pas le droit de travail dans tous les domaines, certains étant exclus, notamment dans le milieu de la nuit.

             o Visa d’entrepreneur / investisseur : pour l’obtenir, il vous faudra ouvrir un bureau au Japon et embaucher 2 employés à temps plein OU alors faire un apport de plus de 5 Millions de Yen dans votre entreprise.

               o Visa d’époux : ce visa s’adresse à des personnes étrangères mariées à un(e) japonais(e) et permet de travailler sans aucune restriction.

          o Dependant visa : ce visa s’adresse aux conjoints d’une personne étrangère bénéficiant d’un visa au Japon. Il n’autorise pas à travailler, contrairement au visa d’époux, mais il est possible de faire une demande de dérogation pour obtenir une autorisation de travailler un maximum de 28 heures par semaine.

            o Permis Vacances Travail Japon : ce visa, réservé aux jeunes de moins de 30 ans, permet de venir au Japon pour un an maximum et d’avoir le droit de travailler. Mais attention, il ne faut pas oublier que c’est avant tout un visa de tourisme.

Toutes les informations sur les visas de travail sont disponibles sur les sites suivants :

          o Ministère des affaires étrangères japonais (MOFA) :http://www.mofa.go.jp/j_info/visit/visa/index.html

         o Ministère de la justice japonais :http://www.moj.go.jp/ENGLISH

         o Ambassade du Japon en France : http://www.fr.emb-japan.go.jp/consulaire/visa/index.html

        o Bureau d’immigration japonais : http://www.immi-moj.go.jp/english/index.html

         o Bureau d’immigration à Tokyo :

            Tokyo Regional Immigration Bureau

             5-5-30 Konan, Minato-ku, Tokyo 108-0075

             Tél : 03-5796-7112

Enfin, dans le cadre de votre demande de visa pour le Japon, il se peut que vous deviez faire appelle à un avocat, pour vous aider dans les démarches. Pour ce faire, vous pouvez trouver une liste d’avocats, parlant français ou anglais, sur le site de l’ambassade de France à Tokyo : http://www.ambafrance-jp.org/IMG/pdf/AVOCATS_-_17-02-2014.pdf?14203/c13d5144420d93fba6bcc2edafa0855c5195cdd8

     – Le marché de l’emploi au Japon

Le marché de l’emploi est caractérisé par un faible taux de chômage d’environ 4% ou 5% de la population active. En parallèle à cela, il existe une très forte baisse de la population active, due à la faible natalité et au vieillissement de la population. Enfin, il faut ajouter que les emplois « précaires » ont tendance à augmenter, comparé à il y a quelques décennies, notamment chez les jeunes et les seniors.

Si vous voulez trouver plus d’informations détaillées sur l’état du marché de l’emploi au Japon, mais aussi sur l’économie locale, vous pouvez consulter les sites suivants :

         o Ubifrance : http://www.ubifrance.fr/japon/information-marche.html

         o Chambre de Commerce et d’Industrie française au Japon : http://www.ccifj.or.jp/news-japon/

     – Droits du travail au Japon

Je ne vais pas rentrer dans les détails du droit du travail au Japon, d’une parce que ce serait très long, et de deux parce que je ne le maitrise pas pleinement et que je n’ai pas d’expertise en la matière. Mais, je vous fournis ici quelques éléments de bases pour votre information.

Il faut savoir qu’au Japon il existe 2 types de contrats de travail qui sont les suivants :

          o L’emploi régulier (Shain) : il comprend l’ensemble des contrats à durée indéterminée et à temps plein (un peu l’équivalent du CDI en France).

           o L’emploi irrégulier : ici se retrouvent les contrats à durée déterminée, les Arubaito (qui signifie « petit boulot »), les temps partiels (part-timer), les intérimaires et les autres contrats minoritaires.

Les horaires hebdomadaires de travail sont de 40 heures, soit 8 heures quotidiennes. Les heures supplémentaires sont tolérées dans un maximum de 45 heures par mois, et sont subordonnées à une majoration de 25%, même si concrètement tout ceci n’est pas toujours respecté.

En ce qui concerne les congés payés, vous avez le droit à 10 jours par an, après avoir travaillé un minimum de 6 mois dans l’entreprise et avoir eu un taux d’assiduité d’au moins 80%. Avec l’ancienneté, ces congés peuvent monter jusqu’à 20 jours annuels. Sachez que les japonais sont réputés pour ne pas prendre leurs jours de congés : http://www.lesechos.fr/22/11/2013/lesechos.fr/0203143594011_cette-nuit-en-asie—les-japonais-prennent-moins-de-la-moitie-de-leurs-conges-payes.htm

Toute entreprise de plus de 10 salariés se doit d’avoir un règlement intérieur qu’elle présentera à tout nouvel employé et au sein duquel doit être écrit les conditions générales de travail.

Enfin, en ce qui concerne le contrat de travail, il n’y en pas toujours, cela dépend des entreprises, et dans ce cas là, elles donnent une lettre d’embauche faisant référence au règlement intérieur de l’entreprise. Mais, quoi qu’il en soit, l’employé se doit d’être informé sur son travail, ses horaires, sa rémunération, ses congés, sa retraite, … Ceci est une obligation légale au Japon.

     – Salaires au Japon

Dès lors que vous travaillez au Japon, vous avez le droit à une rémunération, dans le cadre de cette activité professionnelle. Comme en France, il existe un salaire minimum au Japon, mais contrairement à chez nous, celui-ci n’est pas nationale mais régional. Chaque préfecture du Japon applique son propre salaire minimum.

Au 19 octobre 2013, il est de 869 Yen par heure dans la préfecture de Tokyo. Dans certaines préfectures du Japon il commence à 664 yen de l’heure, et Tokyo est la préfecture qui propose le salaire minimum le plus élevé. Vous pouvez voir les salaires minimums au Japon sur le site du Ministère de la santé, du travail et de la prévoyance japonais : http://www.mhlw.go.jp/stf/seisakunitsuite/bunya/koyou_roudou/roudoukijun/minimumichiran/index.html

La rémunération est composée du salaire de base auquel vient s’ajouter les éventuelles heures supplémentaires. A cela, de manière facultative, peut s’ajouter un bonus annuel versé 2 fois par an, et pouvant atteindre 1 à 3 mois de salaire en tout, en juin et décembre. Celui-ci dépendra du bon vouloir de l’entreprise, des performances de cette dernière et des performances individuelles de l’employé.

Vous pouvez accéder à une analyse complète des salaires moyens au Japon, par branches d’activités, sur le site du groupe de consulting Michael Page : http://www.michaelpage.co.jp/ContentArticle/page/7231/title/Salary-Survey.html

     – Certificate of Eligibility au Japon (COE) : le sésame pour votre visa Japon

J’en parlais plus haut, au début de ce guide, le Certificate of Eligibility (ou aussi communément appelé COE) sera un document vital pour l’obtention de votre visa vous permettant de travailler au Japon.

Il s’agit tout simplement d’un document délivré par les bureaux d’immigration régionaux basés au Japon et prouvant qu’un individu, non japonais, remplis les conditions éventuelles lui permettant d’obtenir le visa dont il fait la demande. En clair, c’est le sésame qui vous permettra de faire votre demande de visa auprès de l’ambassade du Japon dans votre pays, ou du bureau d’immigration si vous êtes déjà au Japon.

Attention, il est bon de savoir que même si vous réussissez à obtenir un COE de la part du bureau d’immigration, ce dernier ne vous garantit en aucun cas l’obtention du visa pour lequel vous allez postuler. Donc, ne criez pas victoire trop vite, même si en général le visa est quand même délivré.

Ce Certificate of Eligibility sera à remettre, en même temps que votre demande de visa avec votre passeport valide et une photographie d’identité à l’ambassade du Japon dans votre pays, ou au bureau d’immigration si vous êtes déjà au Japon. Vous n’avez pas besoin d’un COE pour un visa de tourisme (90 jours maximum) ou un Working Holiday Visa Japon. Mais pour les autres visas, vous en aurez besoin afin d’accélérer le processus de demande de visa pour le Japon.

Sa demande est entièrement gratuite, au contraire de la demande de visa qui vous coûtera quelque frais de timbres. Elle devra se faire par vos soins ou alors par un représentant légal, un employé de l’entreprise pour qui vous allez travailler, un représentant de l’école où vous allez étudier, un représentant légal ou alors un avocat. La demande se fait uniquement au Japon, mais vous n’avez pas besoin d’être présent pour celle-ci.

Pour faire la demande de Certificate of Eligibility, il vous faudra fournir les documents suivant :

          o Formulaire de demande de COE : http://www.immi-moj.go.jp/english/tetuduki/kanri/shyorui/01-format.html

          o Photo d’identité (4cm X 3cm) du demandeur et datant de moins de 3 mois

          o Une enveloppe timbrée à 380 Yen pour le retour du certificat (au Japon)

          o Les documents listés ici : http://www.immi-moj.go.jp/english/tetuduki/kanri/shyorui/Table3-1.html

          o Si la demande est faite par une tierce personne, et en votre nom, un document attestant de son mandat pour agir en votre nom

          o La lettre de garantie : http://www.moj.go.jp/content/000007382.pdf

La demande de COE prend entre 1 et 3 mois, et ce dernier vous est envoyé (ou à votre mandataire) directement au Japon. Il ne vous restera plus qu’à l’ajouter aux autres documents demandé (voir plus haut) pour la demande de votre visa.

CV Japonais : comment bien le rédiger

Vous connaissez donc les bases du marché de l’emploi au Japon, vous avez des idées concernant les attentes vis-à-vis de cela, et vous savez quel genre d’emploi vous voulez cibler. Lorsque vous aurez trouvé la ou les entreprises où postuler, il vous faudra leur adresser un CV japonais, appelé le Rirekisho, qui vous permettra d’espérer avoir un entretien d’embauche. Dans cette partie, nous allons nous intéressé à ce fameux CV japonais et la façon de le remplir. Vous verrez, rien de bien sorcier en soit.

     – Comment rédiger son CV Japonais

Sincèrement, ce n’es pas très difficile. Tout d’abord, sachez que si vous postulez pour une entreprise japonaise, vous aurez de grandes chances de devoir remplir votre CV en japonais. Si vous ne parlez pas le japonais, ou ne maitrisez pas cette langue, soyez honnête et n’essayez pas de faire remplir ce CV par quelqu’un d’autre, parce que le jour de l’entretien d’embauche, votre niveau de japonais sera visible. Si il vous manque du vocabulaire, mais que vous parlez japonais, rien de bien méchant, faite vous simplement aider et apprenez les nouveaux termes de vocabulaire.

cv japonais rireikisho

Le CV japonais, disons traditionnel, s’appelle donc le Rirekisho et il consiste tout simplement en un formulaire à acheter (par exemple dans un conbini au Japon pour environ 100 Yen) et à compléter au stylo noir, de préférence. Dans ce Rirekisho, vous devrez simplement remplir les champs en y mettant les informations suivantes :

          o Photo d’identité : sur un fond de couleur neutre et jusqu’aux épaules

          o Nom et prénom du candidat

          o Coordonnées : téléphone, adresse de contact, date d’anniversaire, sexe

          o Votre cursus scolaire

          o Vos expériences professionnelles

          o Vos éventuels certificats ou permis (comme le permis de conduire japonais)

          o Les motivations pour travailler dans cette entreprise

          o Des informations diverses, pouvant être demandées par l’entreprise

Je vous mets ici, en photo, un exemple de CV japonais, qui vient format A3, avec les indications sur les informations à compléter, pour vous aider et vous orienter. Notez que pour les adresses et dates, il vous faudra les écrire au format japonais, chose que je vous explique plus bas.

Pour ce qui est des expériences professionnelles, privilégiez celles en relations avec le poste pour lequel vous postulez. De plus, veillez à ne pas laisser de blanc dans votre cursus professionnel ou scolaire sans pouvoir l’expliquer. Par exemple, si il y a une année où vous n’avez rien fait, vous devrez le justifier.

Pour les langues que vous parlez, veillez à mettre lesquelles et à stipuler si vous disposez d’un test officiel attestant de votre niveau (par exemple le JLPT pour le japonais ou le TOEIC pour l’anglais), ceci est un meilleur moyen pour les recruteurs de vous évaluer.

Dans vos motivations, expliquez concrètement pourquoi vous voulez travailler dans cette entreprise et à ce poste, qu’est-ce qui vous attire et évitez de dire que vous faite cela pour obtenir un visa pour le Japon.

Enfin, chose à savoir, le CV japonais n’est pas que traditionnel puisqu’il existe une forme plus moderne qui consiste à la simple traduction du CV de type anglophone ou francophone. Il est souvent utilisé par les entreprises étrangères, ou même des entreprises japonaises recrutant des étrangers et pourra vous être demandé à la place du Rirekisho. Celui-ci sera en général plus facile à faire pour vous, puisqu’il vous faudra garder la forme normale de votre CV français et le traduire en japonais, tout simplement.

     – Comment bien écrire l’adresse en japonais

Comme je vous l’expliquais plus haut, il va vous falloir écrire votre adresse en japonais, je vous explique donc, ici, comment bien écrire une adresse japonaise, compréhensible. Pour ce faire, vous pouvez décider d’écrire de deux façons différentes

          o En romaji (caractères latin)

Ms Watanabe Sakura

Sun Tower

7-9 Jinnan 1 Chome

Shibuya-ku, Tokyo-to 150-0041

         o En japonais

〒150-0041 東京都

渋谷区神南1丁目21−3

サンタワー23号室

渡辺桜

Comme vous pouvez le voir, lorsque l’on écrit une adresse en japonais, on inverse l’ordre des éléments puisque l’on commence par le code postal, la préfecture, puis la ville, le nom du quartier et l’adresse et ensuite viennent le nom du bâtiment et le nom de la personne en dernier. Il est bon de noter qu’en japonais le nom de famille vient avant le prénom.

    – Comment bien écrire la date en japonais

L’autre élément que vous allez devoir écrire de manière japonaise sera la date. En ce qui concerne les mois et les jours, là, vous n’aurez pas vraiment de difficulté puisqu’ils sont comptabilisés comme chez nous, à savoir 12 mois par an et le même nombre de jours pour chacun d’entre eux, pour un total de 365 jours annuel.

La différence se fera dans l’année et son mode de comptabilisation. Vous pouvez le faire de manière grégorienne, comme chez nous, en disant « 2014 » ou alors à la manière japonaise en disant « Heisei 26 » qui signifiera la 26ème année de l’ère Heisei (pour l’empereur en place). En effet, au Japon, on comptabilise les années en fonction de l’année de règne de l’empereur en place, de sa prise de pouvoir à son décès. Lorsqu’un nouvel empereur prend le pouvoir, une nouvelle ère commence et celle-ci est désignée par un nouveau nom. On comptabilise alors à partir de « 1 » et chaque nouvelle année augmente d’un. Vous pouvez retrouver l’équivalence des années en japonais, depuis l’ère Meiji en 1868, dans le document ci-joint: Equivalence des années japonaises depuis l’ère Meiji à nos jours

Une année s’écrira donc en commençant par le nom de l’année, son année, le mois et le jour.

     – Équivalence des diplômes français au Japon

Jusqu’à dernièrement, les diplômes français n’étaient pas reconnus au Japon, et vice-versa. Cette chose vient d’être corrigée par la signature d’un accord en mai 2014 entre la France et le Japon. Depuis, les diplômes français sont reconnus au Japon, dans un but de faciliter la poursuite des études au pays du soleil levant. Ceci aura, certainement, à terme, un impact sur le marché de l’emploi, puisqu’il sera possible de valoriser à juste titre ses études françaises au Japon. Vous pouvez retrouver toutes les informations concernant ce traité par ici : http://www.cdefi.fr/1399471333572/0/fiche___article/&RH=CDE_ACCUEIL

     – Vocabulaire japonais pour la recherche d’emploi

Lors de la phase de rédaction de votre CV japonais, vous allez devoir utiliser du vocabulaire japonais, et très probablement des termes que vous n’avez pas l’habitude d’écrire ou d’utiliser couramment. Dans ce cas là, je vous recommande vivement d’utiliser un dictionnaire ou de faire appel à un natif japonais, pour mieux vous orienter. Attention, le but n’est pas de faire remplir votre CV par quelqu’un d’autre, mais juste de vous corriger pour ne pas que vous laissiez commettre des erreurs. Dans le document ci-joint, je vous donne quelques termes de vocabulaire que vous aller trouver dans les Reikisho: cv japonais quelques mots de vocabulaire

Rechercher un travail au Japon à plein temps et / ou à durée indéterminée

Vous en savez plus sur les conditions de travail au Japon, les modalités d’obtentions de visa et la rédaction du CV japonais. Maintenant, il ne vous reste plus qu’à trouver l’emploi que vous recherchez tant. Deux solutions vont s’offrir à vous : l’emploi régulier et l’emploi irrégulier (voir plus haut). Ici je vais vous donner une liste de coordonnées d’organismes pouvant vous aider dans votre recherche d’emploi régulier au Japon. Et je vais diviser cela en « recherche depuis l’étranger » et « recherche depuis le Japon », pour m’adapter au mieux à votre situation.

     – Chercher un travail au Japon depuis l’étranger

          o APEC : l’Agence Pour l’Emploi des Cadres vous aidera dans votre projet d’expatriation en vous prodiguant conseils et documentations utiles, et même des offres d’emplois (selon les disponibilités). Allez faire un tour sur le site web pour trouver plus d’infos : http://www.apec.fr/ où vous pourrez même consulter des fiches infos sur le Japon : http://recruteurs.apec.fr/Recrutement/Marche-Emploi/Fiches-Apec/Fiches-pays/Continents/Asie/Travailler-au-Japon

      o Espace Emploi International : le pôle emploi international propose des offres d’emplois pour l’étranger, ainsi que des ressources documentaires sur les conditions de vie et de travail par pays. Vous pouvez consulter le site web par ici : http://www.emploi-international.org/ et voir la fiche Japon par là : http://www.pole-emploi-international.fr/www.eei.com.fr/eei/divers.jsp?url_a_afficher=inform/pays/carte.htm&eeidate=20140609015237276&eeisecurite=-1402620535

          o Ministère des affaires étrangères et européennes : si vous voulez travailler à la mission économique ou à l’ambassade de France au Japon, il vous faudra passer le concours du ministère des affaires étrangères et valider une première affectation à Paris avant d’être muté au Japon.

Ministère des Affaires Etrangères

Bureau des concours et examens professionnels

23 rue La Pérouse, 75775 Paris cedex 16

Téléphone : 01 43 17 63 76 – Télécopie : 01 43 17 70 97

Site Web : http://www.diplomatie.gouv.fr/en/

          o Maison des français à l’étranger : ici vous ne retrouverez pas d’offres d’emplois à proprement parlé, mais beaucoup d’informations utiles pour votre future expatriation. Vous pouvez tout consulter directement sur le site web : http://www.mfe.org/

Maison des Français à l’Etranger

48 rue de Javel 75015 PARIS

Tél : 01 43 17 60 79.

      o Agence pour l’enseignement du français à l’étranger : vous pourrez y retrouver toutes sortes d’offres d’emplois en relation avec l’enseignement du français à l’étranger et aussi de l’encadrement scolaire.

Agence pour l’enseignement du français à l’étranger

Services centraux, 57 boulevard des invalides, 75351 Paris

Tel: 01.53.69.30.90 Fax : 01.53.69.31.99

Site Internet: http://www.aefe.fr/

       o VIE et VIA : les Volontariat International en Entreprise et Volontariat International en Administration peuvent être une excellente opportunité de mettre un pied dans le monde du travail au Japon. Vous pourrez ainsi partir en mission à l’étranger pour une durée de 6 à 24 mois. Les personnes bénéficiant de ce programme perçoivent une compensation financière mensuelle basée sur le niveau de vie du pays d’accueil, sans prise en compte du niveau de qualification pour le travail. Ce programme s’adresse aux jeunes de 18 à 28 ans inclus. Vous pouvez retrouver plus d’infos et les offres de VIE et VIA par ici : http://www.civiweb.com/

        o JET Program : le « Japan Exhange and Teaching Program » peut-être un excellent moyen de trouver un emploi, dans le domaine de l’enseignement. C’est un programme offert par le ministère japonais et qui s’adresse aux jeunes étrangers de moins de 35 ans. En général, sont proposés, des postes d’assistants de professeurs de langues dans les collèges et lycées japonais (l’affection est décidée par le ministère). Il vous faudra maitriser un minimum le japonais et disposer d’au moins une licence. Site Internet : http://www.jetprogramme.org/ et aussi CLAIR qui aide dans la liaison : http://www.clairparis.org/fr/

     – Chercher un travail au Japon depuis le Japon

          o Le service Emploi Formation de la CCIFJ (CCPEFP) : ce service conseil et aide au recrutement des français au Japon. Il publie régulièrement des offres d’emplois sur son site Internet : www.ccifj.or.jp/BE/ De plus, au même endroit, il est possible d’enregistrer sa candidature, sous forme de mini CV, et celle-ci sera accessible aux entreprises potentiellement intéressées.

Ce service publie aussi, tous les ans, un annuaire recensant les entreprises françaises au Japon, et les entreprises japonaises intéressées par le marché français. Ce guide est consultable gratuitement au bureau de la CCIFJ à Tokyo et à Osaka. Vous pouvez aussi l’acheter pour la somme de 6000 yen, auprès du même bureau, ou en France à la librairie du Commerce Extérieur, 77 Bd Saint-Jacques à Paris (Tél : 08 10 81 78 17).

travailler au Japon annuaires d'entreprises françaises

Enfin, dernier point, les services de la CCFIJ (CCPEFP) proposent de recevoir les ressortissants français au Japon, en recherche d’emploi, pour un entretien d’orientation et de conseil. Il vous faut prendre un RDV par ici : emploi@ccifj.or.jp

CCIFJ

Iida Bldg 2F, 5-5 Rokubancho

Chiyoda-ku, Tokyo 102-0085

Tél : 03 3288 9621 Fax : 03 3288 9558

Site Internet: http://www.ccifj.or.jp/BE/

          o Hello Works : il s’agit tout simplement de l’équivalent du pôle emploi japonais. De nombreuses offres d’emplois sont proposées sur place. Vous pouvez aussi prendre un RDV avec un conseiller (certains parlent anglais, mais il faut faire une demande à l’avance) pour être conseillé et orienté. Le service est limité aux personnes en possession d’un visa les autorisant à travailler au Japon. Vous devrez vous rendre au Hello Works dont dépend votre lieu de résidence, sinon vous vous verrez refuser le RDV.

Site Internet Hello Works (en japonais) : https://www.hellowork.go.jp/

Liste des Hello Works, au Japon, proposant un service en anglais (ou autres langues) : http://www.mhlw.go.jp/bunya/koyou/dl/120418.pdf

Site Internet Hello Works Tokyo (en anglais) : http://tokyo-foreigner.jsite.mhlw.go.jp/english.html

          o Kimi Information Center : publie tous les mois une brochure, que vous pourrez vous procurer pour un coût de 100 yen, avec des offres d’emplois diverses et variés. Vous pouvez en consulter sur leur site Internet.

Kimi Information Center

Oscar Building 8F, 2-42-3 Ikebukuro,

Toshima-ku, Tokyo 171-0014

Tél : 03-3986-1604 Fax :03-3986-3037

Site Internet : http://www.kimiwillbe.com

          o WorksJapan : un site d’aide pour les jeunes étrangers en recherche d’emploi dans une entreprise japonaise. Il s’adresse aux jeunes diplômés ou étudiants. Le site Internet : https://www.global.worksjapan.co.jp/

          o Japan Times Jobs : le célèbre journal en anglais propose une multitude d’offres d’emplois accessibles aux étrangers. Le site Internet : http://job.japantimes.com/

            o Daijob : la version anglaise du célèbre site japonais. Vous pourrez y déposer votre CV et postuler à des offres d’emplois, assez facilement, tout en augmentant votre visibilité auprès des recruteurs. Le site Internet : http://www.daijob.com/en/

           o Indeed : un moteur de recherche d’emploi qui vous permettra de trouver, rapidement, des offres d’emplois en vous basant sur des mots clés. Le site Internet : http://jp.indeed.com/

          o CareerCross : un site de référence dans la recherche d’emploi au Japon, avec beaucoup d’offres. Le site Internet : www.careercross.com/en/

         o Gaijinpot.com : on ne présente plus le plus célèbre des sites Internet de conseils pour les étrangers, qui propose tout une gamme d’articles et d’infos utiles. Sur cette plateforme se trouve aussi toute une série d’offres d’emplois à destination des étrangers au Japon. Le site Internet : https://jobs.gaijinpot.com/index/index/lang/en

         o Chambres de Commerces Etrangères au Japon : elles réunissent, sur un site Internet en commun, plusieurs dizaines d’offres d’emploi, accessible après inscription, et auxquelles vous pourrez postuler en ligne, depuis le site ici : https://japan.careerengine.org/accj/index/index/lang/en

          o Les sites Internet spécialisés : ils proposent des offres d’emplois dans un domaine ou un secteur particulier, ce qui vous évite d’avoir à chercher sur des sites généralistes, et peut réduire le temps consacré à la recherche d’emploi au Japon.

  • Be The One : un site spécialisé dans la mode, les cosmétiques et la vente au détail, pouvant proposer, parfois, quelques offres d’emplois au Japon. Le site Internet : http://www.bethe1.com/fr/
  • FindJob.net : un site, en japonais, proposant des offres d’emplois dans le domaine du graphisme. Site Internet : http://www.find-job.net/
  • Japan Design : site en japonais proposant diverses offres d’emplois dans le domaine du graphisme. Site Internet : http://jobs.japandesign.ne.jp/
  • Rakujob : site en japonais qui propose des offres d’emplois dans le domaine de l’anime, des jeux vidéos et dessins. Site Internet : http://raku-job.jp/

          o Cabinets de recrutement pour les cadres moyens :

  • AQUENT

IT, Graphisme, Design et Marketing.

Site Internet : http://www.aquent.co.jp/

  • DISCO Inc.

2-15-1 Koraku, Bunkyo-ku,

Tokyo 112-8515

Tel : 03-5804 5500

Fax : 03-5804 5739

Site Internet:http://www.disc.co.jp/

  • The Ingenium Group

My Square Building, 3F, 2-10-3 Azabu-Juban, Minato-ku

Tokyo 106-0045

Tel: 03-4560-1000 Fax: 03-4560-1049

Site Internet: http://www.ingeniumgroup.com/

  • ENWORLD

6F Kojun Building

6-8-7 Ginza

Chuo-ku, Tokyo104-0061

Tel : 03-3289-3101

Site Internet :http://enworld.com/jp/

  • RECRUIT

Recruit Ginza 8 Bldg, 8-4-17 Ginza, Chuo-ku

Tokyo 104-8001

Tel: 03-3575 1111

Site Internet: http://www.recruit.jp/

  • STAFF SERVICE

(Agence d’intérim – Cabinet de recrutement Ingénieurs)

Kyoicho bldg 6F

3-12 kiyoicho Chiyoda-ku

Tokyo 102-0094

Tél : 03-3255 5601

Site Internet : http://www.staffservice.co.jp

          o Cabinets de recrutement pour les cadres moyens et supérieurs :

  • Adecco Career Staff

Otemachi Financial Center 17F, 1-5-4 Chiyoda-ku

Tokyo 100-0004

Tél : 03-5220-6765

Fax : 03-5220-6766

Site Internet:http://tenshoku.adecco.co.jp/index.html

  • CDS K.K

New Horizon Ebisu Bldg, 3-14-20 Higashi, Shibuya-ku

Tokyo 150-0011

Tél : 03-4550-6980

Fax : 03-5766-5821

Site Internet : http://www.cds-consulting.com

  • East West Consulting K.K.

Chichibuya Bldg., 3-7-4 Kojimachi, Chiyoda-ku

Tokyo 102-0083

Tél : 03-3222-5531

Fax : 03-3222-5535

Site Internet : http://www.ewc.co.jp

  • Executive Search International

503 Akasaka Heights Bldg., 9-5-26 Akasaka, Minato-ku

Tokyo 107-0052

Tél : 03-3479-0918

Fax : 03-3479-0858

Site Internet:http://www.esijpn.com/index_e.html

  • Global Independant Inc.

Kotani Bldg. 8F, 1-6-6 Yurakucho, Chiyoda-ku,

Tokyo 100-0006

Tél : 03-5201-3790 / Fax : 03-3539-2348

Site Internet :http://www.globalindependent.co.jp/

  • HDI (Human Development Institute)

No.2 Hayakawa Bldg., 1-25-3 Higashi Ikebukuro, Toshima-ku,

Tokyo 170-0013

Tel:03-3989-8151

Site Internet :http://www.hdi.co.jp

  • JAC Recruitment Japan

Spécialiste dans le domaine international, informatique et financier

14F Jinbocho Mitsui Bldg, 1-105 Kanda Jinbocho, Chiyoda-ku,

Tokyo 101-0051

Tél : 03-3262-8171 / Fax : 03-3265-0590

Site Internet:http://www.jacjapan.co.jp

  • Michael Page

Kamiyacho-MT Bldg, 13F, 4-3-20 Toranomon, Minato-ku

Tokyo 105-0001

Tél : 03-5733 7166

Fax : 03-5733 7167

E-mail : enquiries@michaelpage.co.jp

Site Internet :http://www.michaelpage.co.jp

  • Veritas International

17-2 Kamiyama-cho, Shibuya-ku

Tokyo 150-0047

Tél : 03-3481-5931

Site Internet :http://www.veritas-executive.com/index.asp

          o Cabinets de recrutement pour les cadres supérieurs

  • Alex Tsukada International Ltd.

Suite 1131, Wien Aoyama Bldg.

2-2-15 Minami Aoyama, Minato-ku

Tokyo 107-0062

Tél : 03-3478-5477

Site Internet : http://www.alex-japan.com

  • Career Incubation Inc.

Business, IT; Finance

Pacific Morks Akasaka-Mitsuke 6F

3-20-6 Akasaka, Minato-ku

Tokyo 107-0052

Tél : 03-5545-8530

Fax : 03-5545-8531

Site Internet:http://www.careerinq.com/

  • Egon Zehnder International Co., Ltd.

Marunouchi Mitsui Bldg.3F

2-2-2 Marunouchi, Chiyoda-ku

Tokyo 100-0005

Tél : 03-5219-0450

Site Internet : http://www.egonzehnder.co.jp

  • Heidrick & Struggles Japan Ltd

Atago Green Hills MORI Tower 38F

2-5-1 Atago, Minato-ku

Tokyo 105-6238

Tél : 03-4520-7800

Site Internet :http://www.heidrick.co.jp/

  • Russell Reynolds Associates Japan

Izumi Garden Tower 14F 1-6-1 Roppongi, Minato-ku

Tokyo 106-6014

Tél : 03-5114-3700

Fax : 03-5114-3701

Site Internet:http://www.russellreynolds.co.jp/

  • Robert Walters Japan

Shibuya Minami Tokyu Building 14 Floor 3-12-18 Shibuya, Shibuya-ku,

Tokyo 150-0002 Tel: +81 (0) 3 4570 1500 Fax: +81 (0) 3 4570 1599

Site Internet:http://www.robertwalters.co.jp

          o Se créer un réseau : le networking est un excellent moyen de se faire des contacts qui pourront, potentiellement, se transformer en offre d’emploi pour vous. Pour ce faire, il vous faudra rejoindre des associations ou des évènements ciblés. Voici quelques coordonnées.

  • Foreigne Executive Women (FEW): une association réservée exclusivement aux femmes et dont l’adhésion est payante. Vous pourrez avoir accès à de nouveaux contacts et des offres d’emplois.

            Azabudai Flat 301, Azabudai 3-3-27, Minato-ku,

            Tokyo 106-0041

            Tél : 090-7216-5171

            Site Internet : http://www.fewjapan.com/

  • Femmes Actives au Japon (FAJ) : pour les femmes uniquement, avec adhésion payante. Cette association propose une aide au networking professionnel. Le site Internet se trouve ici : http://www.femmesactivesjapon.org/
  • Freelance France Japon (FFJ) : le réseau des freelances français et japonais, qui permet aussi de faire du networking intéressant. Cette association est réservée aux personnes en freelance, et l’adhésion est payante. Le site Internet se trouve ici : http://freefrajap.ning.com/
  • Career Forum : un site où vous pourrez vous inscrire pour des forums d’emplois, et qui vous permettront d’accéder à de nombreuses opportunités de travail au Japon. Le site Internet : http://www.careerforum.net/?lang=E
  • Meetup.com : un site gratuit qui propose des groupes par thématiques, et il n’est pas rare d’en trouver liés au networking. Un bon moyen de rencontrer de nouvelles personnes et d’obtenir de nouvelles opportunités de travail. Le site Internet : http://www.meetup.com

          o Les magazines : il existe de très nombreux magazines proposant des offres d’emplois et qui sont facile d’accès. En voici donc un listing, non exhaustif.

  • Les magazines japonais :
  • とらばーゆ(toraba-yu) : hebdomadaire à l’attention des femmes (http://toranet.jp)
  • Salida : pour les femmes de 20 à 40 ans environ
  • ガテン (Gaten) : hebdomadaire pour femmes et hommes artisans, ouvriers, cuisiniers
  • An : un magazine à destination des jeunes étudiants en recherche de jobs (arubaito) (http://weban.jp)
  • Type : mensuel à destination des hommes commerciaux, comptables, …
  • Les magazines japonais « gratuit » : ils sont disponibles dans les conbini au Japon, les stations de trains et autres lieux publics. Plusieurs titres existent, tels que Hot Pepper, Town Work, R42, Job Click, Domo, Job Aiden, …

 travailler au Japon magazines

  • Les magazines en anglais:
  • Metropolis: hebdomadaire (parution le vendredi) avec des offres d’emplois (metropolis.co.jp)
  • Tokyo Classified : propose un grand nombre d’offres d’emplois

Rechercher un travail au Japon, temporaire ou à durée déterminée

Vous êtes de passage au Japon, sur une période courte ou moyenne (par exemple en WHV Japon), ou vous ne voulez pas rechercher un contrat de travail à durée déterminée ? Dans ce cas là, vous pourrez trouver un travail à mi-temps et / ou à durée déterminée. Voici les coordonnées des lieux où vous pourrez effectuer vos recherches. Les petits boulots sont communément appelés Arubaito ou Baito en japonais.

     – L’intérim au Japon

Avant de vous lancer dans la recherche de travail en intérim au Japon, je vous invite à consulter le site de la JASSO (Japan Staffing Services Association) qui propose une liste des agences d’intérim au Japon ainsi que les informations légales sur cette forme d’emploi au pays du soleil levant. Le site Internet: http://www.jassa.jp/

          o Adecco Japan

Kowa Building No. 45,

1-15-9 Minami Aoyama,

Tokyo 107-0062

Tél : 03-3470-9300

Fax : 03-3470-9301

Site Internet:http://www.adecco.co.jp/

          o Adecco Japan

Shinjuku Sanney Build. 6F

Shinjuku-ku Nishi-shinjuku 1-22-2

TEL.03-5326-3770

FAX.03-5326-3771

Site Internet:http://www.adecco.co.jp/

          o Manpower Japan

Landmark Tower 36F,

2-2-1, Nishi-ku,

Yokohama-shi, Kanagawa 220-8136

Site Internet:http://www.manpower.co.jp/

          o Pasona Group Inc.

Ginza TS Bldg.

5-2-1 Ginza, Chuo-ku

Tokyo 104-0061

Site Internet:http://www.pasonagroup.co.jp/english/index.html

          o Temp staff

Shinjuku Maynds Tower

2-1-1, Yoyogi, Shibuya-ku, Tokyo

Tél : 03-5350-1212

Site Internet :http://www.tempstaff.co.jp/english/

     – Arubaito ou Baito au Japon

          o Jobs in Japan : permet de déposer sa recherche d’emploi et de consulter les quelques offres sur place. Site Internet : http://www.jobsinjapan.com/

         o Tokyo Notice Board : quelques offres d’emplois sont proposées sur le site de ce magazine gratuit. Le site Internet : http://www.tokyonoticeboard.co.jp/

                     o Tokyo Connections : propose des offres d’emplois à destination des étrangers. Le site Internet : http://www.tokyoconnections.com/

                 o Craig’s List Japon : le célèbre site américain propose des offres d’emploi au Japon, mais attention aux arnaques. Le site Internet : http://www.craigslist.org/about/sites#ASIA

                    o Forum Tokyo Petites annonces : après avoir rejoint le groupe, vous pourrez avoir accès à quelques offres d’arubaito. Le site Internet : https://fr.groups.yahoo.com/neo/groups/tokyo_petitesannonces/info

       o Hiragana Times : le magazine en anglais / japonais propose quelques offres d’emplois de type arubaito. Site Internet : http://www.hiraganatimes.com/

          o PARF : une agence de modeling qui propose des petits boulots aux étrangers, en tant que modèles. Site Internet : http://www.modelscouts.com/agencies/parfe.html

         o Les devantures de commerces : aussi bien les magasins que les restaurants affichent régulièrement des offres d’emplois sur leurs devantures. C’est une bonne opportunité pour trouver rapidement un arubaito.

 arubaito au Japon

     – Travailler dans la restauration au Japon

          o AMICALE DES CUISINIERS ET PATISSIERS FRANCAIS AU JAPON (Tokyo)

c/o Le Petit Bedon, Hillside West-A

13-13 Hachiyama-cho, Shubuya-ku

Tokyo 150-0035

Tel: 03-5457-0086

E-mail : president@acpfj.com

          o AMICALE DES CUISINIERS ET PATISSIERS FRANCAIS AU JAPON (Osaka)

c/o The Ritz Carlton Osaka, 2-5-25 Umeda, Kita-ku

Osaka-shi,

Osaka 530-0001

Tel: 06-6343-7000

Fax: 06-6343-7001

E-mail : VP-Kansai@acpfj.com

          o CENTRE DE GASTRONOMIE FRANCAISE

(French Food Culture Center)

Tokyo Gas Shinjuku Showroom 2F,

3-7-13 Nishi-Shinjuku, Shinjuku-ku, Tokyo, 160-0023

Tel : 03-5381-6071

E-mail : ffccinfo@u-com.co.jp

Site Internet : http://www.ffcc.jp/

          o LE CORDON BLEU PARIS LTD

Roob 1 Bldg, 28-13 Sakuragaku-cho,

Shibuya-ku, Tokyo 150-0033

Tel : 03-5489-0141

Tel : 03-5457-2711

Site Internet: http://www.cordonbleu.co.jp/

E-mail : ccointreau@cordonbleu.edu

         o Aux Bacchanales : restaurant de type français à Tokyo (Akasaka, Ginza, Kioicho, Osaki) Hakata et Kyoto. Site Internet : http://www.auxbacchanales.com/

               o Le bouchon Lyonnais – Lugdunum : célèbre restaurant français à Tokyo, recrutant souvent des serveurs francophones. Site Internet : http://www.lyondelyon.com/fr/index.php

     – Professeur de français au Japon

Vous pourrez aussi travailler en tant que professeur, ou tuteur, de français et donner des cours de langues à des japonais. Et si vous avez un bon niveau en anglais, vous pourrez même le faire dans cette langue là. 2 options vont s’offrir à vous.

          o A son compte (freelance) : vous allez chercher les étudiants par vous-même et donner des cours privés (chez l’étudiant, dans un café, …) payé, souvent, 3000 Yen de l’heure. Si vous voulez vous lancer dans cette voie là, je vous recommande de voir mon guide pour devenir « prof de français au Japon ».

          o Professeur en école : vous pouvez décider de postuler dans une école de langue, lorsqu’elles recrutent. Mais, sachez que pour les places de professeurs de français, il y a de moins en moins d’offres et des diplômes (notamment le FLE ou une licence) sont souvent réclamés par les recruteurs. Voici une liste d’école où vous pourriez postuler (sans garantie qu’elles recrutent) :

  • AJ-France (Kyoto)

Gallery You 2F, 74-1 Kamigamo-sakurai-cho, Kita-ku, Kyoto 603-8054

Tel: 075-703-0115

Site Internet: http://www.aj-france.com

  • APEF

Kudan 101 Bldg 6F, 1-8-1 Kudan-kita, Chiyoda-ku, Tokyo 102-0073

Tel: 03-3261-9969

Site Internet: http://apefdapf.org

  • Athenée Français

2-11 Surugadai, Kanda, Chiyoda-ku, Tokyo, 101-0062

Tel : 03-3291-3391

Site Internet : http://www.athenee.jp

  • Centre Culturel Franco-Japonais – CCFJ Translation Centre

Daini Seiko Bldg 7F, 4-2-11 Kudan-kita, Chiyoda-ku, Tokyo, 102-0073

Tel : 03-5216-7161

Site Internet : http://www.ccfj.com

  • Ecole Sympa

2-21-28-201 Hasagaya-kita, Suginami-ku, Tokyo, 166-0001

Tel : 03-3337-7933

Site Internet : http://www.ecolesympa.com

  • Espace Français

Kaikei Bldg 3F, 3-26-3 Shinbashi, Minato-ku, Tokyo, 105-0004

Tel: 03-5537-8524

Site Internet: http://www.kizuna-jp.com

  • Escapade Française – Meguro

1B Koshin House, 2-9-21 Kamiosaki, Shinagawa-ku, Tokyo, 141-0021

Tel: 03-5421-3354

Site Internet: http://www.escapadefr.com

  • Escapade Française – Ebisu

1-15-2 Hiroo, Shibuya-ku, Tokyo, 150-0012

Tel: 03-5421-3354

Site Internet: http://www.escapadefr.com

  • Classes de Français

8-4-7 Akasaka, Minato-ku, Tokyo, 107-0052

Tel: 03-3475-0745

Site Internet: http://www.classes-de-francais.com

  • Institut de Français

212 Naka-Meguro Manshion, 1-15-10 Kami-Meguro, Tokyo, 153-0051

Tel: 03-3719-6750

Site Internet: http://www1.plala.or.jp/afjg/francais-index.html

  • Primots SARL

Komaba-Yuwa Bldg 1F, 3-11-14 Komaba, Meguro-ku, Tokyo 153-0041

Tel : 03-3465-7707

Site Internet : http://www.primots.com/fra/index.html

     – Wwoofing :

Si vous voulez travailler autrement, plus dans une forme de volontariat, le Wwoof peut s’avérer être un bon plan. Il s’agit tout simplement de volontariat (normalement en fermes organiques) en échange de l’hébergement et des repas. Cela peut vous permettre de vous rendre dans certains lieux reculés du Japon et découvrir la vie à la ferme sur place. Vous pouvez toutes les informations utiles sur le site Internet : http://www.wwoofjapan.com/main/index.php?lang=en

Bien préparer son entretien d’embauche au Japon

Voici quelques règles élémentaires et des conseils qui vous permettront de mieux maitriser votre éventuel entretien d’embauche au Japon, et ainsi d’augmenter vos chances d’être recruté.

Bonne présentation : au Japon, lorsque l’on recherche un emploi, il y a une tenue adaptée qu’il est normalement demandé de porter (surtout pour les japonais) et qui s’appelle le « Recruit Suit ». Vous pouvez en trouver les détails dans mon article « Shukatsu, la recherche d’emploi au Japon ». Si vous respectez ce code, notamment lorsque vous postulez pour une entreprise japonaise, vous donnerez une bonne image de vous.

 travail au Japon

Bien connaître l’entreprise : c’est vital et à ne surtout pas négliger, parce que durant l’entretien on vérifiera si vous en savez un minimum sur l’entreprise. Si vous maitrisez le japonais, vous pourrez acheter les livres spécialement édités pour le Shukatsu et qui donnent toutes les informations sur une entreprise. Sinon, Internet sera votre meilleur ami.

 entreprises japonaises

Pas de retard : a éviter absolument, sinon vous pourrez dire adieu à vos chances de recrutement. Pensez à vérifier l’itinéraire à l’avance, en utilisant Google Maps. Cherchez les transports en communs que vous devrez utiliser, et n’hésitez pas à prendre un taxi si nécessaire.

Ayez plusieurs copies de votre CV avec vous : cela peut-être utile au cas où plusieurs recruteurs sont en face de vous et n’auraient pas une copie de votre CV. Montrez ainsi que vous savez anticiper les choses.

Maitrisez votre CV : ce qui est écrit sur votre CV doit correspondre à ce que vous allez dire à l’entretien. Donc n’exagérez rien lors de la rédaction du CV et n’hésitez pas à relire ce dernier avant votre entretien, car il sera la base des questions qui vous seront posées. Attention aux niveaux de vos langues parlées, soyez capable de les maitriser comme indiquer sur votre CV.

Que pouvez-vous apporter à l’entreprise ? Voici la question à vous poser et surtout la chose que le ou les recruteurs chercheront à savoir : quelle sera votre valeur ajoutée ? Si l’entreprise vous recrute, qu’allez-vous lui apporter ? Si vous arriver à répondre à cette question, en démontrant clairement qu’avec vous l’entreprise pourra évoluer, alors vous aurez marqué de bons points.

Quelques articles utiles dès que vous trouverez du travail :

Une fois que vous aurez fait toutes les étapes au-dessus, vous aurez grandement avancé dans votre recherche de travail au Japon. Et si vous avez arrivé à trouver votre Graal, voici quelques articles supplémentaires qui pourraient s’avérer utile pour vous :

–  Ouvrir un compte bancaire au Japon

–  Acheter un téléphone au Japon

Louer un appartement au Japon

La Resident Card japonaise

– 2 livres à lire : The blue eyed salaryman et The accidental office lady

Cet article n’a pas pour vocation de vous garantir de trouver un travail au Japon, mais bien de vous orienter sur les bases, de vous aider et de vous donner des pistes de recherché utiles. Après, il ne tient qu’a vous d’arriver à travailler au Japon, en vous mettant à fond dans votre recherche d’emploi et en la structurant bien. Si vous avez des questions, des remarques ou d’autres adresses ou contacts, la zone de commentaires est là pour ça.

Sources : Ubifrance et CCIFJ +tous les sites cités dans l’article + expériences personnelles + témoignages d’étrangers au Japon

26 Comments »

  1. Galae 17 juin 2014 at 5 h 52 min - Reply

    Merci pour cet article! C’est vraiment super. Quel travail de depouillement!
    Je n’en suis pas encore la, mais ca me servira sans doute a un moment donne.

    • tunimaal 20 juin 2014 at 5 h 04 min - Reply

      De rien et au plaisir 😀

  2. Saito 18 juin 2014 at 14 h 45 min - Reply

    Vous faites un travaille admirable, respect.
    Pensez-vous que les restaurants du style « Ya » embauche facilement au Japon ?
    ja!

    • tunimaal 20 juin 2014 at 5 h 13 min - Reply

      Qu’est-ce que tu entends par un restaurant du style « Ya »?

  3. Tugdual 2 juillet 2014 at 2 h 25 min - Reply

    Merci pour cet article très précis qui semble bien coller avec ce qu’on peut entendure ici et là sur l’assiduité et la relation qu’ont les japonnais avec le travail.
    Il y a quelques années, je faisais parti de ces jeunes qui rêvent de Japon et l’idéalisent un peu trop quitte à en osculter la réalité. C’est un pays qui aujourd’hui m’attire toujours autant, mais je ne pense pas avoir le profil pour être capable d’y travailler et de faire toute les concessions que cela implique. Ou alors il faudrait que ce travail soit un véritable travail-passion.

    • tunimaal 4 juillet 2014 at 6 h 44 min - Reply

      Je pense qu’il y en a beaucoup dans ton cas, qui ont idéalisé ce pays, puis avec le temps se sont rendus compte des différence de vie.

  4. Yoann 2 juillet 2014 at 7 h 41 min - Reply

    Bonjour Alaa,

    J’aurais une question à propos du test toeic. Lequel vaut-il mieux passer : listening and reading ou writing and speaking. Il me semble que le « writing and speaking » est plus utile mais apparemment on ma dit que les Japonais accordait plus d’importance au listening and reading . Merci d’avance…

    • tunimaal 4 juillet 2014 at 6 h 45 min - Reply

      Les japonais semblent accorder moins d’importance aux compétences orales, et de ce fait, il est en général recommandé de passer le « listening and reading ». mais si tu en as l’opportunité, je te recommande les 2 comme ça tu auras une véritable idée sur ton niveau.

  5. Devillers 24 juillet 2014 at 16 h 46 min - Reply

    Bonjour Aala Je suis ton périple. J’admire ton expérience et le temps que tu prends à enrichir autrui Félicitations Liliette

    • tunimaal 28 juillet 2014 at 11 h 37 min - Reply

      Bonjour Liliette,

      merci beaucoup pour ton message, cela faisait longtemps 😉

  6. Mehdi 29 juillet 2014 at 15 h 48 min - Reply

    Salut,

    Je viens de tomber sur ce site, et c’est une très bonne mine d’informations pour tout ce qui concerne le Japon.

    Je profite de cet article pour poser quelques questions, au cas où d’autres auraient les mêmes interrogations que moi. Je suis en passe de finir mon cursus d’ingé dans le génie électrique à l’INSA de Lyon. Je sors donc d’une relativement bonne école en France.

    Cela dit, je me tourne de plus en plus vers le Japon, qui, d’après les informations que j’ai glané, cherche pas mal d’ingés dans mon domaine (électronique, électrotechnique, …).

    Mon cas est le suivant : je suis en cours d’apprentissage de la langue, suis bilingue français/anglais, et quelqu’un de relativement carriériste. Je me suis bien renseigné sur les images « types » du Japon, comme le temps de travail très élevé, mais ça me dérange pas du moment que je m’amuse au boulot. En somme, mon interrogation se porte principalement sur mon expérience.

    Serait-il préférable de perfectionner ma maîtrise de la langue et travailler dans une entreprise japonaise/franco-japonaise en France le temps de me faire une petite expérience, ou alors cela vaut-il le coup de me lancer directement en sortie d’école ? Je prends aussi en considération l’évolution professionnelle. Un étranger peut-il bien évoluer au Japon ?

    TL;DR : Y a t-il des ingénieurs partis au Japon et quels sont leurs retours d’expérience ? Quid des ingénieurs étrangers là-bas, sont-ils valorisés ?

    Désolé pour le gros pavé lancé dans la mare, et félicitations pour ton blog Aala, il est génial.

  7. Camille 20 août 2014 at 17 h 18 min - Reply

    Hello !
    Merci pour ton article et ton blog, c’est vraiment super utile et intéressant !
    Quand tu dis ‘Ne cherchez pas un visa, cherchez un emploi’, je suis d’accord que l’emploi en lui-même doit être ton premier critère de motivation pour postuler à une offre, mais est-ce que cela sous-entend qu’il faut déjà avoir un visa permettant de travailler (pvt, etudiant…) pour postuler à un premier job (et ensuite se faire sponsoriser un visa de travail temps plein) ? Est-ce possible de postuler sur place à des offres avec un visa de tourisme ? (pour quelqu’un parlant francais, anglais et japonais mais ayant + de 30 ans)
    Encore merci !

    • tunimaal 1 octobre 2014 at 5 h 56 min - Reply

      Salut Camille,

      non, tu n’es pas obligée d’avoir un visa pour postuler pour un travail. Cela dépendra juste de l’entreprise et de sa politique d’embauche. Certaines ne veulent pas sponsoriser et d’autres sont plus ouvertes sur le sujet.

  8. Nawel 3 septembre 2014 at 22 h 05 min - Reply

    Bonjour, avec mon copain nous aimerions partir au Japon pendant un an pour y découvrir la culture japonaise. Seulement j’ai une certaine retissence sur le travail une fois arrivés à. Tokyo. On ne parle pas du tout japonais et on aimerais juste faire un petit job qui n’est pas difficile a trouver comme femme de ménage dans un hotel ou autre…
    Penses tu qu’il est possible de trouver se genre de travail en ne parlant pas du tout le japonais. Merci à toi et ton blog est vrmt une grande aide afin de préparer se voyage.

    • tunimaal 1 octobre 2014 at 6 h 30 min - Reply

      Bonjour,

      il est possible de trouver des emplois dans la restauration par exemple, ou dans certains hôtels, même si tu ne parles pas japonais.

  9. kolargol 20 octobre 2014 at 0 h 00 min - Reply

    Bonjour,
    Felicitation pour votre site, c’est une mine d’infos pour ceux qui souhaitent en connaitre plus sur le Japon…
    J’ai la chance d’être marié à une japonaise, et je souhaiterai postuler a un « Visa d’époux »
    (a ce jour nous vivons en france)
    Mais ma question est de savoir si notre mariage effectué en France et non au Japon est valide en terme de reconnaissance ? Ou faut il se marier sur le sol japonais?

    Est ce que ce visa d’époux est aisé à obtenir?

    Je suis titulaire d’un doctorat (bac+8), est ce que cela peut jouer en ma faveur?

    • tunimaal 20 novembre 2014 at 6 h 30 min - Reply

      Bonjour,

      oui le mariage fait en sol français est reconnu au Japon, il suffira de le faire retranscrire. Pour cela, je te recommande de te tourner vers l’ambassade du Japon en France.

  10. YomiGaeru 28 octobre 2014 at 12 h 07 min - Reply

    Salut !
    Cela fait un moment déjà que je connais ce blog, et que je prend plaisir à lire, sans jamais poster de commentaire.
    J’en profite donc pour te féliciter sur le travail énorme que tu fournis ^.^

    De plus j’aurai besoin de conseil pour préparer ma demande de visa travail.

    Voici ma situation,
    Je suis au Japon depuis février 2014 en visa working holiday, et depuis Mai 2014 je travaille dans un restaurant Français à Nagoya dont le chef est Français expatrié depuis 17ans maintenant.

    Mon patron et sa femme sont d’accord pour m’aider à obtenir un visa travail, pour que je puisse continuer de travailler avec eux.

    Pour quel visa devrai-je postuler ?
    Je ne trouve pas vraiment le titre du visa correspondant à ma situation, sachant que je n’ai pas été transféré d’une entreprise en france vers le japon.

    Merci beaucoup ^.^

    • tunimaal 20 novembre 2014 at 7 h 23 min - Reply

      Il te faudra postuler pour le visa de travail de 3 ans dans ce cadre là 😉

  11. odile 11 mars 2015 at 9 h 50 min - Reply

    bonjour
    J’ai le projet de monter une bibliothèque/librairie internationale à Tokyo.
    Comment orienter les premières démarches à suivre ?
    Par quoi commencer ?

    • tunimaal 31 mai 2015 at 10 h 37 min - Reply

      Bonjour Odile,

      la première chose à faire serait une étude de marché pour savoir si ça ne se fait pas déjà (ce qui est le cas), ce qui est proposé par la concurrence, ce qui est recherché par les clients potentiels, …. Ensuite tu verras pour les étapes suivantes.

  12. goth kawaii 8 avril 2015 at 20 h 11 min - Reply

    salut Aala je voudrais savoir si je pourrais de venir mangaka au japon par se que je ne sais pas si il vont attribués se metié a une étrangère mais je voudrais vraiment le relaissé car c’est mon plus grand rêve de vivre au Japon a Tokyo et d’être mangaka et si tu pouvais me dire des conseilles pour que j’arrive merci d’avance et j’adore tes vidéos :)

    • tunimaal 1 juin 2015 at 1 h 55 min - Reply

      Salut Goth Kawaii,

      je vais être réaliste avec toi, beaucoup de japonais mangaka galèrent pour réaliser leur métier et en vivre, alors il te faudra quelque chose de vraiment unique pour arriver à percer dans ce milieu.

  13. Guitarmanfire 5 mai 2015 at 8 h 43 min - Reply

    Salut, je t’ai découvert sur tes lives Youtube et j’ai quelques questions : Comment faire pour réussir a avoir un visa pour pouvoir travailler un minimum quand on a plus de 30 ans donc pas de Working holiday et n’ayant pas de License?? Es ce que si je monte une boite je peux acceder à un visa? Je t’explique je veux faire un tour du monde sans avoir de truc prédéfini ni de temps je fais au feeling mais bon le Japon je l’ai déjà fais 2 fois et je suis fan de la culture et tout le reste d’ailleurs je suis entrain d’apprendre le Japonais et je me dis que si je me pointe au Japon j’aimerais pouvoir faire des pti boulots pour réussir à amortir mes dépenses. Merci de m’éclairer et sinon vraiment très bien ton blog et tes lives je te suis et c’est vraiment cool bye

    • tunimaal 1 juin 2015 at 10 h 09 min - Reply

      Salut,

      pour obtenir un visa de travailler il faut au minimum un diplôme de niveau universitaire ou des années d’expériences dans ton domaine d’activité. Si tu crée une entreprise, tu peux avoir un visa à la condition d’avoir 5 million de Yens de capital ou alors 2 employés à plein temps/

Leave A Response »