Setsubun au Japon: bonjour le printemps et la chance, bye-bye les démons

Aala 3 février 2015 2
Setsubun au Japon: bonjour le printemps et la chance, bye-bye les démons

Le 3 février au Japon c’est la date qui correspond au Setsubun, ce changement de saison au pays du soleil levant, et où l’on chasse les démons de chez soit en espérant attirer la chance. Voici donc en quoi consiste cette tradition japonaise.

Au pays du soleil levant, il y a de très nombreuses célébrations, que ce soit les Matsuri japonais ou bien encore durant les jours fériés au Japon, il y a pas mal d’évènements en tout genre. Et le Setsubun est l’un d’entre eux, et même l’un des plus populaires.

Qu’est-ce que Setsubun au Japon?

Setsubun (分) au Japon, à l’origine, désigne la période de passage entre 2 saisons, et cette date correspond donc à la veille de l’été au Japon, de l’automne, de l’hiver japonais mais aussi du printemps. Dans l’imaginaire collectif d’aujourd’hui, Setsubun désigne le passage de l’hiver au printemps, même si à la base cette période était nommée Risshun (立春). Et pour être plus précis, le mot Setsubun en lui même désigne le noeud qui sépare chaque portion d’un bambou, faisant ainsi bien référence au passage d’une période à une autre.

Au Japon, cette célébration est perpétuée tous les ans le 3 février, et elle est d’origine chinoise. Elle arriva au pays du soleil levant au cours du VIIIème siècle. Ce ne sera qu’au cours de la période Edo (1603 – 1868) qu’elle prendra la forme qu’on lui connaît maintenant. Setsubun correspond donc, aujourd’hui, à la fête du printemps au Japon.

On mange du Ehomaki …

Le Ehomaki (恵方巻き) est tout simplement un maki de grande taille, non coupée, qu’il faut manger en une fois, en silence, le soir même de Setsubun. Mais attention, on ne le mange pas n’importe comment non plus. En effet, il vous faudra vous orienter vers la bonne direction pour cela. Celle-ci est déterminée en fonction du signe du zodiaque de l’année en cours. Par exemple, pour 2015 (année du mouton) il s’agira de la direction « Est – Sud-Est » (西南西).

Il est à noter que le terme « Eho » (恵方) signifie « direction favorable », d’où le fait de manger ce maki « géant » dans la direction qui est préconisée pour l’année en cours, afin d’attirer les bonnes fortunes. En mangeant ce Eho Maki, on peut ainsi s’entourer du bonheur (représenté par la feuille d’algue) et renforcer les liens (symbolisés par le rouleau du Maki sans aucun coupure). Cette tradition provient d’Osaka, et il aura fallu attendre 1998 que la chaîne de Konbini 7/11 nomme son maki « Ehomaki » pour voir ce nom adopté dans l’ensemble du pays.

… Et on jette des Fukumame

L’autre tradition, lors du Setsubun, et qui est d’ailleurs la plus populaire, consiste à jeter des haricots séchés et grillés. Mais pas à les jeter pour les jeter, non, non. En effet, il faut jeter des Fukumame (豆- haricots porte-bonheur) en prononçant la formule suivante: « Oni ha soto, Fuku ha uchi » (鬼は外、福は内) qui signifie « Dehors les démons! Dedans le bonheur ». Ceci s’appelle le Mamemaki (豆撒– lancé de haricots).

Le but de ce rituel est de chasser les démons et d’attirer la bonne fortune à l’intérieur du lieu, pour cette nouvelle saison qui commence. Ceci, à la base, est effectué par le Toshiotoko (男), à savoir l’homme de la maison né lors d’une année correspond au signe du zodiaque de l’année en cours, ou le maître de maison, et est aussi effectué dans les temples et les sanctuaires. Toutefois, de nos jours, c’est souvent l’ensemble des membres de la famille qui y participe, du fait du côté « amusant » de l’acte. Ces haricots sont jetés sur les « ogres », ainsi, il est courant de voir un membre de la famille porter un masque d’ogre (souvent vendu avec les Fukumame) et se faire jeter les haricots dessus par les autres membres de la famille.

Une fois les haricots lancés, on les ramasse, dans la mesure du possible, et la tradition veut que l’on en mange le nombre correspondant à son âge, dans une optique de bonne santé pour l’année à venir. Une variante de cette tradition propose d’en manger un de plus que son âge pour être encore plus fort face à la maladie. Enfin, une dernière pratique en cours durant Setsubun, consiste à planter une tête de sardine sur une branche de houx afin de chasser les ogres et démons.

En ce qui concerne les temples et les sanctuaires, nombre d’entre eux célèbrent Setsubun et l’évènement est ouvert au grand public. C’est ainsi le cas à Senso-ji à Tokyo, ou bien encore à Fushimi Inari à Kyoto.

Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter un bon Setsubun et à dire « Oni ha soto, Fuku ha uchi » (鬼は外、福は内) tout en jetant des haricots sur les ogres.

2 Comments »

  1. Mali 3 février 2015 at 11 h 26 min - Reply

    BON Setsubun ! Je ne connaissais pas cette tradition, du coup c’était sympa de la découvrir avec ton article (quoique, le coup de la tête de sardine, chelou quand même^^) :)

    • tunimaal 6 février 2015 at 9 h 43 min - Reply

      Il ne te reste plus qu’à venir l’expérimenter par toi même 😉

Leave A Response »