Pokemon Go, un phénomène mondial venu du Japon

Nicolas 22 juillet 2016 0
Pokemon Go, un phénomène mondial venu du Japon

Pokemon Go est le phénomène incontournable du moment. Mais que se cache-t-il réellement derrière ce jeu ? Pourquoi a-t-il réalisé un tel buzz ? Et quelles en sont les retombées éventuelles ?

Il faut remonter à l’année 1996 pour voir la naissance du jeu de rôle Pokemon sur la Gameboy, dont le but est d’attraper puis d’entraîner une multitude de petits monstres afin d’obtenir des badges et de devenir le meilleur dresseur. Le jeu évolua et était représenté sur plusieurs consoles telles que la Nintendo 64 ou encore la 3DS. Et, c’est 20 ans plus tard que le jeu a pris une forme avec une réalité augmentée qui vient de le mener dans une autre dimension. Découvrons donc ce phénomène Pokemon Go de plus près.

Pokemon GO : qu’est-ce que c’est

Pokemon Go est le nouveau jeu de Nintendo et de Niantic. Le principe reste sensiblement le même que dans la version initiale du jeu née en 1996, votre but est de devenir un dresseur hors pair, néanmoins, des multitudes de changements ont été apportés, c’est cela que nous allons déchiffrer ensemble, point par point :

  • Au revoir les consoles, bienvenue aux smartphones.

Plus besoin d’acheter une console portable ou de salon, l’application est téléchargeable sur votre téléphone portable. Assurez-vous néanmoins d’avoir un smartphone relativement récent pour faire fonctionner le jeu et n’oubliez pas non plus que l’application consomme votre batterie à un rythme particulièrement élevé, d’où la nécessité d’avoir une Powerbank pour pouvoir profiter au maximum du jeu.

  • Un jeu gratuit mais…

L’alliance Niantic-Nintendo a décidé de se lancer sur un nouveau format de modèle économique pour le lancement de son jeu. Après l’immense succès des jeux « free to play » tel que Clash Royal, Candy Crush et beaucoup d’autres, le duo a décidé de faire de même avec Pokemon Go. Vous pouvez donc télécharger votre application gratuitement sur votre PlayStore et commencer à jouer. Par ailleurs, plusieurs options facultatives mais payantes sont disponibles. Vous pourrez ainsi obtenir, via la boutique, plusieurs objets intéressants comme des pokeball, de l’encens, des œufs. Mais tout cela à un coût, ces bonus s’achetant avec des « poképièces » qui elles-mêmes s’acquièrent avec de l’argent réel et non pas virtuel. Plus vous dépensez, plus votre jeu est facilité. L’intérêt de ce modèle économique et sa force résident dans le fait que comme le jeu est gratuit au départ, vous pensez pouvoir dépenser dans la boutique et en vous disant que ça ne reviendra jamais aussi cher qu’un jeu à l’achat. Les modèles « free to play » sont extrêmement rentables, euro après euro, certains dépensent des sommes faramineuses, pris par la folie du jeu et l’envie de progresser. Ainsi, par exemple, sur League of Legends, qui exploite le même modèle économique, certains ont « investi » plus de 5000 euros en 3 ans ! Encore une fois, l’achat n’est en rien obligatoire, il s’agit de « bonus » seulement.

  • Principe de la réalité augmentée

La révolution que propose ce jeu est dans son concept. Exit l’éternelle image déformée du geek boutonneux enfermé dans sa chambre et jouant à sa console. Pour jouer à Pokemon Go, vous devez absolument sortir de chez vous. Plusieurs objectifs sont établis : capturer des Pokemon, trouver des Pokeball etc… Par exemple, si vous avez un œuf de Pokemon, il vous faudra marcher un certain nombre de kilomètres avant de le voir éclore. Le principe est simple, grâce à la localisation de votre smartphone, le jeu vous propose une image ressemblant à celle de Google Maps et vous voyez votre avatar évoluer dans la rue au fur et à mesure de vos pas. Parallèlement, vous obtenez des indications sur les Pokemon à proximité, les endroits clefs proches comme une arène ou un PokeStop (lieu permettant de gagner des objets) et les autres joueurs qui évoluent à la recherche des mêmes choses que vous. Quand vous croisez un Pokemon, via l’appareil photo de votre téléphone, vous pouvez l’observer comme s’il était dans la rue, et c’est plutôt réaliste.

Après avoir découvert les premiers éléments du jeu Pokemon Go et ce qui en fait sa particularité, attardons-nous maintenant sur ses résultats et impacts dans la vie de tous les jours.

De fortes retombées économiques pour Pokemon Go

Apparu en Juillet 2016, il n’a pas fallu attendre longtemps pour que Niantic et Nintendo décollent en bourse. Le jeu n’était sorti que dans trois pays à son lancement (Etats-Unis, Nouvelle-Zélande et Australie) et déjà, Nintendo affichait 76% d’augmentation en bourse en une seule semaine. Grâce à son modèle économique « Free-to-play », le jeu dépasse actuellement Clash Royal et est devenu numéro 1 des revenus générés sur mobile. Le jeu est clairement devenu un incontournable ! Chaque jour c’est plus de 1.600.000 dollars de gagnés (au 15/07/2016) selon les estimations d’analystes financiers. Le 19/07/2016, Nintendo affichait même +120% en bourse et dépassait Sony.

Le plus gros fait d’arme du jeu reste encore son taux de recherches actuel sur le web. Habituellement, l’industrie pornographique est première sur les moteurs de recherche tels que Google et rien ne la surpasse. Mais, ça c’était avant car Pokemo Go l’a dépassé contre toute attente, comme nous pouvons le voir avec ce tweet d’un des sites concernés.

D’ailleurs, des entreprises essayent déjà de surfer sur la vague de popularité en lançant des offres alléchantes. T-mobile, un opérateur téléphonique aux USA, offre une data illimité pour Pokemon Go pendant une année. Aucun doute que ces forfaits vont faire fureur auprès des joueurs et qu’une nouvelle catégorie d’offres fleurira chez les autres opérateurs en France et ailleurs.

Un potentiel touristique exceptionnel

Avant d’entamer ce paragraphe, il faut savoir que, outre le fait de vous faire sortir de votre maison, le jeu vous attire dans certains endroits en particuliers. En effet, les lieux « importants » de Pokemon Go, comme les Pokestop, sont situés dans des zones culturelles. Cela peut être une église, un musée, un monument etc… Par exemple, aux Etats-Unis, les parcs sont de fréquents lieux de rencontres pour les joueurs car, souvent, il s’agit d’un point clef. Il n’est pas rare de voir des joueurs s’exclamer qu’ils découvrent des monuments pour la première fois. En dehors des énormes retombées économiques déjà développées plus haut, le potentiel touristique de Pokemon Go est élevé. Actuellement, les Pokemon sont attribués plus ou moins au hasard dans différents lieux, imaginez ce que pourraient faire les entreprises de tourisme et les gérants de musées ou de patrimoines culturels. Il suffirait qu’un Office de Tourisme, par exemple, lance un partenariat avec Niantic et Nintendo afin « d’héberger » un Pokemon attrayant ou une arène incontournable d’un point de vue du jeu pour voir les chiffres d’affluences exploser !!! C’est déjà ce que nous raconte ForeigPolicy : la seule ville Sud-Coréenne à avoir Pokemon Go explose son record de visites et, avec cela, son économie s’accroît également.
De même, dans le Queens, une pizzeria a utilisé des leurres pour attirer les Pokemon. En investissant 10 dollars, elle a augmenté son chiffre d’affaire de 75%, belle affaire !

Selon le site Gizmodo, il semblerait que MacDonald’s soit le partenaire numéro un de l’application suite à une fouille dans les fichiers du jeu. Ni Niantic, ni le groupe visé n’a voulu répondre à cette affirmation. Si cela s’avérait véridique, les enseignes pourraient devenir des lieux incontournables pour les joueurs, en étant désignées comme des arènes virtuelles par exemple, et cela permettraient un envol économique pour la firme. Récemment, un nouvel article est paru sur Techcrunch nous parlant même de 3000 Macdonald’s japonais qui deviendraient des endroits clefs  du jeu.

Dans un genre différent, l’équipe de football de Vancouver Whitecaps a dévoilé des nouvelles recrues à travers une vidéo mettant en scène les joueurs comme s’ils étaient des pokemon sauvages. Vous pouvez consulter la vidéo sur le site de l’Equipe. Tout le monde surf sur la vague du moment, Pokemon Go est devenu l’attraction du moment.

Une aide à l’activité physique quotidienne et aux rencontres ?

En France, nous connaissons tous le slogan : « Manger !Bouger !» qui montre que nous ne pratiquons, globalement, pas assez d’activités sportives alors qu’il est recommandé de pratiquer 30 minutes d’activité physique par jour.  Jouer à Pokemon Go ne vous fera pas accomplir des miracles, mais il vous forcera à sortir marcher, ce qui est déjà une avancée. Il ne faut pas oublier qu’aux USA, l’obésité est fréquente (environ 33% des adultes en 2008 et 17% des enfants). L’application ne vaincra certainement pas l’obésité mais permettra de la combattre un peu et ce de manière ludique.

Ce jeu a connu un tel engouement que des rassemblements pour chasser les Pokemon se sont créés rapidement, des gens s’organisaient sur Facebook pour sortir en bande et « attaquer » une arène. Nintendo a ainsi réussi à faire sortir les gens de chez eux. Des joueurs ont déjà créé une carte interactive qui vous permet de notifier où se trouve tel ou tel Pokemon.

Pokemon Go est donc un jeu en réalité augmentée qui pousse le joueur à pratiquer une activité en extérieure et à se déplacer, tout en étant un vecteur important de liens sociaux. En vous baladant, vous rencontrerez d’autres dresseurs mais également d’autres individus qui ne jouent pas, ce qui pourrait être une belle occasion de faire de nouer de nouveaux contacts.

Abus et limites du jeu

Très vite, malgré l’engouement général, les utilisateurs ont créé plusieurs types de dérives. Les joueurs ne regardent plus le paysage et leur environnement, malgré les recommandations de l’écran de lancement du jeu, ce qui conduit à des situations très dangereuses ; certains s’arrêtent en plein milieu d’un passage piéton tandis que d’autres jouent en conduisant. Les règles essentielles de sécurité sont oubliées ! Par exemple, deux hommes sont tombés d’une falaise en voulant attraper un Pokemon, heureusement plus de peur que de mal, mais cela devrait alerter les joueurs.

Il est également possible de notifier directement sur le jeu si l’on a aperçu un Pokemon afin que d’autres puissent venir le capturer. Le partage d’informations semble être une idée géniale sauf qu’en pratique, des gens en profitent pour organiser des guet-apens et détrousser l’utilisateur solitaire venu capturer le Pokemon.

Ainsi, il est bon de rappeler quelques règles de bases pour éviter tout problème : penser à votre sécurité avant de vouloir attraper un Pokemon, vérifier que vous n’êtes pas dans une propriété privée ou en infraction vis à vis du lieu où vous vous situez et finalement gardez à l’esprit que le jeu peut s’avérer très prenant, attention à vos dépenses !

Le 19/07/2016, des opposants à l’application aux USA ont déjà recueilli plus de 767 000 signatures pour faire interdire le jeu sur le sol Américain. De même en France, la police, via Twitter, a rappelé qu’il était primordial de respecter le code de la route et de ne pas se servir de son téléphone en conduisant. En cause, les nombreuses dérives du jeu, mais l’application est-elle le réel problème ?
L’application n’est pas dangereuse en soit, mais l’utilisation que les joueurs en font peut l’être.

Une application au centre de toutes les attentions

Outre les limites affichées, notamment en terme de sécurité, il n’a pas fallu attendre longtemps avant de voir les premières attaques DDOS. Il s’agit d’envoyer une quantité massive de requêtes à un serveur afin de le surcharger. Dans le cas de Pokemon Go cela a saturé les serveurs, le 16/07/2016 personne ne pouvait se connecter, les serveurs pensant que déjà trop de personnes étaient en train de jouer. Il semblerait que les hackers soit PoodleCorp, une « organisation » déjà connue pour avoir attaqué des Youtubeurs comme Pewdiepie et ils préviennent que ce n’était qu’un début, qu’une action de plus grosse envergure sera menée. A l’heure actuelle Niantic n’a rien confirmé et nous ne savons pas s’il s’agit de bluff ou seulement de la surcharge habituelle des serveurs.

En conclusion, Ce jeu permet aux gens de sortir et de découvrir des lieux qu’ils n’auraient jamais visités en temps normal. Pokemon Go est une révolution d’un point de vue technologie et une innovation mais tout n’est pas encore maîtrisé parfaitement et cela entraîne de nombreuses dérives qu’il va falloir canaliser. Le tourisme, notamment au Japon, va-t-il profiter de l’engouement pour ce jeu populaire pour attirer les voyageurs dans des lieux souvent délaissés ?

              

Leave A Response »