Week-end camping au lac Saiko – Mont Fuji

Aala 14 juillet 2014 14
Week-end camping au lac Saiko – Mont Fuji

Voici le récit de mon week-end de camping au bord du lac Saiko, au pied du Mont Fuji, en ce mois de juillet. Une expérience unique et tellement japonaise en soit.

Depuis que j’ai commencé mon tour du monde, en novembre 2009, j’ai eu l’occasion de faire du camping en Australie, aux USA et au Canada, et je n’avais pas encore pris le temps d’en faire au pays du soleil levant. J’avoue que le fait d’aller dans la nature, monter sa tente et faire un feu de camp me manquait énormément. Alors je suis parti à « l’aventure », pour faire du camping au Japon. Et disons le clairement, l’expérience fut unique en son genre.

Du camping au pied du Mont Fuji, en bord de lac

Je me disais que « tant qu’à faire du camping », autant le faire dans un cadre agréable et unique en son genre. Et c’est comme ça que j’ai opté pour la région de 5 lacs du Mont Fuji pour planter ma tente, pour la première fois au Japon. Je savais que la zone regorgeait de campings en bord de lac, et après une brève recherche Internet, mon choix s’est arrêté sur un camping, de la chaîne PICA, en bord du lac Saiko (ou lac Sai pour être plus précis).

Ensuite, j’ai réservé mes billets de bus pour me rendre dans la région des 5 lacs du Mont Fuji, en passant par Kawaguchiko station, au départ de Shinjuku à Tokyo. Quelques 3500 Yen plus tard, je disposais d’un aller –retour en bus, entre Tokyo et le lac Saiko, pour le samedi et dimanche. Il me faudrait environ 2 heures pour me rendre sur place.

Le typhon Neoguri était prévu dans la région jusqu’au vendredi, donc j’avais quelques craintes avant le départ, mais au final, ce dernier est passé rapidement, et ne s’est pas attardé sur la région. Le vendredi matin on n’entendait plus parler de lui. C’est donc par une belle journée ensoleillée que je quittais Tokyo le samedi matin. Et surtout que j’espérais que j’allais pouvoir voir mon cher ami le Mont Fuji. Mais, contrairement à ma journée à Kawaguchiko, ce dernier à refusé de se montrer et a préféré resté caché derrière de gros nuages gris.

La météo nuageuse sur place ne m’a pas empêché de profiter de ce week-end dans la nature, loin de Tokyo. Bien au contraire, j’ai profité du lac Saiko à proximité pour m’y relaxer, et de la tente pour me reposer. Un week-end sympathique, en nature, entouré de montagnes et avec un lac à proximité, dans un camping tellement confortable. Et puis, ce fut l’occasion de faire un bon feu de bois et d’y préparer quelques poissons, des légumes grillés et de flamber quelques marshmallow à la fin.

Camper au Japon, au pays du confort et du luxe

J’ai eu l’occasion de faire du camping auparavant, mais jamais dans de telles conditions, loin de là. Je n’avais jamais vu cela auparavant. Je me demandais même si j’étais dans un camping ou un hôtel. Il y avait tout ce dont je pouvais avoir besoin et même plus.

Lorsque j’avais fait du camping auparavant, dans ma vie et dans d’autres pays, j’étais habitué aux toilettes sales avec des toiles d’araignées, des cuisines souvent sales ou petites, et des douches souvent froide. Et là, c’est pour les campings. Je ne vous parle même pas des fois où j’ai fait du camping sauvage, en plein de la nature, sans rien autour de moi.

Et bien là, au camping du lac Saiko, il y avait tout. 2 grandes cuisines toute propres, des toilettes d’une propreté hallucinante, un café vendant des boissons froides et chaudes et des crêpes, et le comble du comble, il y avait un sento. Un sento qui m’a permis de prendre une douche et de me « baigner » dans une eau à 40°. Je n’avais jamais connu un camping aussi bien équipé auparavant. Mais, je vous rassure, il n’y avait pas que le camping qui était bien équipé.

Ajouté aussi le fait qu’il y avait un point d’eau dans lequel nageaient des dizaines de truites. Après avoir payé quelques 1600 Yen, j’avais le droit à une canne à pêche et d’attraper 4 truites. Et laissez-moi vous dire, que vu leur présence plus que nombreuse, ce fut plus qu’un jeu d’enfant et qu’en quelques minutes je repartais avec mes 4 poissons.

Les japonais m’ont fait passer pour un « petit pauvre mal équipé ». J’arrivais pourtant avec ma tente 3 places, achetée pour 15,000 Yen, mon sac de couchage résistant au grand froid et avec matelas intégré, ma popote avec ses couverts, … Et ma femme avait loué au camping le matériel qu’ils nous manquaient.

Mais rien à faire. Lorsque j’ai installé notre tente, je me suis senti ridicule comparé aux autres « campeurs » qui avaient des tentes dignes de maisons. La taille et l’équipement de ces dernières me faisait dire qu’ils avaient dû investir une véritable fortune dans leur matériel, ils étaient aussi bien équipé que lorsqu’ils font l’ascension du Mont Fuji, à savoir: trop équipé. Et tous les japonais disposaient de tentes toutes plus grandes et plus équipées les unes que les autres. Nous, on était le petit couple venu avec une tente de « petit joueur ».

Et concernant l’équipement, lorsque je suis allé préparer les poissons, que j’avais pêché, dans la cuisine, je n’avais que mon fidèle Opinel (qui me suis dans mon tour du monde depuis novembre 2009) et là aussi j’étais ridicule comparé à l’équipement des japonais qui m’entouraient. Définitivement, nous n’avions pas du tout le même niveau, loin de là.

Les japonais « jouaient » au camping

A la fin du week-end, je suis reparti avec le sentiment que les japonais ne campaient pas mais qu’ils jouaient au camping. Entre un équipement presque surréaliste pour du camping, un camping suréquipé aussi, et un confort à l’extrême, ce lieu était presque aussi bien qu’un hôtel, à la seule différence que l’on dort dans la nature. D’ailleurs, pour ceux qui ne voulaient pas dormir dans des tentes, ils pouvaient louer des caravanes ou des chalets sur place, ce que la grande majorité à fait d’ailleurs.

Autre point qui m’a marqué, dans ce sens, c’est le fait que la majorité des « campeurs » sont venus juste avant que la nuit ne tombe, aux environ de 18H00 et sont repartis tôt le lendemain matin, aux environs de 08H00. Juste le temps pour eux d’installer leur tente, ou de s’installer dans leur chalet ou caravane, d’allumer un feu avec le matériel qu’ils avaient loué auprès du camping, de manger, boire quelques bières et de dormir. Puis, se réveiller le matin, démonter la tente, nettoyer et repartir.

Je n’ai pas vraiment senti d’esprit de camping sur place, mais plus une envie de s’échapper de la ville et de venir passer la nuit dans la nature, sans perdre son confort de vie habituel, entre amis ou en famille.

Quoi qu’il en soit, l’expérience fut vraiment excellente et surprenante et m’a donné envie de refaire du camping au Japon, ainsi qu’à ma femme. Et c’est prévu, nous y retournerons dès que l’occasion se présentera à nouveau.

14 Comments »

  1. Alan 17 juillet 2014 at 20 h 55 min - Reply

    Ce qu’on retiendra de l’article, c’est l’opinel au Japon et… Aala s’est marié ?!

    • tunimaal 24 juillet 2014 at 9 h 57 min - Reply

      Bah l’Opinel il me suit depuis 5 ans maintenant ;-), et pour le mariage ça fait un moment déjà 😀

  2. Florian 18 juillet 2014 at 11 h 07 min - Reply

    Belle expérience Aala,

    Quand tu dis  » les Japonais ne campaient pas mais qu’ils jouaient au camping. » , en effet j’en ai bien l’impression et ça gâche le principe de camping à mon sens, comme le fait de devoir payer pour pêcher (cependant très belle truite) ou avoir un hôtel, chalet, ça m’a l’air plus un commerce qu’autre chose pour les Japonais non ?

    As-tu déjà rencontré des Japonais qui fesaient réellement du camping sur ta route ?

    • tunimaal 24 juillet 2014 at 10 h 01 min - Reply

      Je n’ai pas encore rencontré de japonais faisant du « vrai » camping, mais après les japonais aiment bien avoir un minimum de confort et de « sécurité » en général.

  3. tran 22 juillet 2014 at 9 h 18 min - Reply

    Salut, je suis supris dès que je lis ton blog du camping, les japonais ne campaient pas mais ils jouaient. Je voulais te demander si tu peux prendre 1 photo de toilette propre au camping? Car je veux voir l’intérieur de toilette.
    J’éspère que ma demande ne te dérange pas.
    A bientôt
    Alexis

    • tunimaal 24 juillet 2014 at 10 h 11 min - Reply

      Quand j’ai écrit l’article j’avais finit mon camping, donc trop tard pour ta photo 😉

  4. YATTA 23 juillet 2014 at 6 h 52 min - Reply

    Bonjour,
    Sympa cette petite virée en forêt et l’endroit me parait très beau. La caravane américaine que l’on aperçoit sur l’une de tes photos, c’était aussi un client du camping ?
    Je n’ai pas l’impression que les Japonais utilisent beaucoup le camping-car ? est-il possible d’en louer un ?
    Bonne continuation.
    Yatta

    • tunimaal 24 juillet 2014 at 10 h 14 min - Reply

      Les caravanes étaient fixes dans le camping, a qui elles appartiennent. Les japonais n’ont pas trop ce genre de véhicule.

  5. fatima 2 août 2014 at 14 h 43 min - Reply

    je suis tombée par hasard sur ton blog, j’ai lu quelques pages. Waouh, ça donne envie de voyager!! cela fait longtemps que je n’ai pas pris de vacances… cette année je pars à l’aventure!! je tacherai de regarder ton blog de temps en temps!!

    • tunimaal 1 octobre 2014 at 5 h 12 min - Reply

      Je te souhaite plein de bons voyage alors 😉

  6. Tony 13 août 2014 at 13 h 52 min - Reply

    Ha ha, c’est génial ! J’adore l’idée que les japonais « jouent » au camping. Je ne suis jamais encore allé au Japon, mais je prévois de m’y rendre l’année prochaine. A lire ton blog, le décalage culturel a l’air assez énorme. Donc ça doit être hyper intéressant culturellement et sociologiquement parlant.

    • tunimaal 1 octobre 2014 at 5 h 45 min - Reply

      Oui, le décalage est très très intéressant ^_^

  7. chanchan 27 juin 2015 at 14 h 13 min - Reply

    Bonjour ; faut il réserver le camping ? merci

Leave A Response »