Souvenirs de Marnie – Analyse

Nicolas 14 septembre 2016 4
Souvenirs de Marnie – Analyse

Cap sur Souvenirs de Marnie, film du studio Ghibli sorti en 2014. Une histoire d’amitié et de découverte de soi nous est proposée dans cette œuvre de Hiromasa Yonebayashi.

Synopsis

L’asthme commence à être fortement problématique pour la jeune Anna. Sa mère adoptive décide de l’envoyer à la campagne proche de la mer, à Hokkaido. Elle découvrira une intrigante et grande maison inhabitée proche d’un étrange marais. Dans ce marais, elle fera la rencontre de Marnie, une personne étrange et intrigante mais pleine de bonté. Qui est Marnie ? Pourquoi apparait-elle devant Anna ?

Le film étant basé sur sa fin, je vous conseille de ne pas lire l’article si vous souhaitez voir le film, cela pourrait vous le gâcher.

Souvenirs de Marnie : une héroïne mal dans sa peau

Pendant la première partie du film, Anna est perçue comme une enfant détestable. D’un côté, on nous montre ses talents ainsi que tous les efforts que les autres réalisent afin que la jeune fille se sente bien et de l’autre côté, Anna est exécrable avec les gens qui l’entourent. A plusieurs reprises, elle méprise sa famille ou ses amis. L’adolescente reproche à sa mère de « gémir » lorsque celle-ci lui dit au revoir dans la gare, elle ne considère pas sa tante et son oncle à leur juste valeur et  ira même jusqu’à traiter une enfant de « grosse truie » alors que celle-ci essayait d’établir le contact entre-elles. Mal à l’aise dans sa peau, on voit clairement que la jeune Anna n’arrive pas à créer des liens avec son entourage. Elle ne perçoit que le côté négatif des gens qu’elle rencontre. Néanmoins, elle s’en rend compte mais cela ne fait qu’aggraver les choses. Elle est en pleine crise d’adolescence. Plus ses relations se détériorent, plus elles se dévalorisent et vice-versa, elle est ancrée dans un cercle vicieux. La petite Anna est hantée par la mort de sa famille et par le fait d’être élevée par quelqu’un d’extérieur à son sang. Malgré cela, dès qu’elle rencontre Marnie, son visage s’illumine et un changement s’effectue. Son sourire commence à naître, les émotions positives apparaissent. Ce n’est qu’à la fin que nous comprenons les sentiments et la situation de la jeune fille, lorsque la peintre Hisako raconte sa jeunesse. Marnie n’est autre que la grand-mère de Anna. Par l’intermédiaire du fantôme, Marnie essaye de se faire pardonner d’avoir été absente pendant toutes ces années et, par la même occasion, de permettre à Anna de mieux percevoir la vie, d’en profiter. Elle réussira et, grâce à cela, à la fin du film, Anna est une jeune fille épanouie, mieux dans sa peau.

Mes impressions

J’ai trouvé l’histoire très inégale et la grande majorité du film est très ennuyeuse. Nous sommes là à contempler une adolescente en pleine crise existentielle, tout le monde est aux petits soins avec elle mais elle ne s’en aperçoit pas. Il ne se passe presque rien d’autre. Lors de la rencontre avec Marnie, l’inverse se produit, beaucoup de questions se posent. A ce moment-là, l’intrigue évolue enfin et nous propose quelque chose d’intéressant. Néanmoins, je ne vous cache pas que je m’attendais à une schizophrénie de la part d’Anna, ce qui rendait le film encore plus prévisible. Vous l’aurez compris, je m’ennuyais. Rares sont les moments qui m’ont transporté dans l’univers tellement je n’aimais pas le personnage d’Anna. Mais plus le film avance et plus son caractère évolue, ainsi que mon avis. Lorsque l’on découvre qui est réellement Marnie, les émotions ont surgi en moi. Le film a pris une toute autre dimension et cette révélation m’a grandement étonné et ému. Tout au long du film des indices nous sont donnés pour nous induire en erreur. Dans un souvenir, Anna tient une poupée qui ressemble à Marnie, dans ses rêves, on pense qu’elle divague. Rien n’indiquait ce qui allait se produire à la fin.
Au final, le film est malheureusement trop inégal pour être un succès. Hiromasa Yonebayashi n’est toujours pas au niveau de Hayao Miyazaki et de Isao Takahata. Néanmoins, je trouve ce film meilleur qu’Arrietty, le petit monde des chapardeurs, même si la musique était beaucoup plus mémorable dans ce dernier. La relève n’est toujours pas assurée au sein du studio Ghibli entre Goro Miyazaki qui peine à réaliser un bon film d’animation en multipliant les échecs, la mort de Yoshifumi Kondō et Yonebayashi qui n’est pas mauvais mais qui a le malheur d’être à la suite de deux monstres de l’animation.

Les sentiments de la jeune fille ne sont pas assez bien exploités pour que le film soit une réussite, l’auteur ne nous transporte pas dans son univers malgré une fin magnifique. J’ai été à la fois déçu si on considère l’ensemble du film et à la fois émerveillé par la révélation finale. Et vous, qu’avez-vous pensé de ce film ?

 

4 Comments »

  1. hollympia 15 septembre 2016 at 16 h 40 min - Reply

    Pour ma part, je ne suis pas sûre qu’il s’agisse du fantôme de Marnie, on peut aussi penser, comme Marnie racontait les épisodes qu’Anna « vit avec Marnie » à Anna quand elle était bébé, on peut aussi penser que la maison a réveillé ces souvenirs de récits chez Anna qui ressurgissent en rêves notamment. Pour cela je m’appuie sur le fait qu’à plusieurs reprises on constate que qd Anna passe du temps avec Marnie on la retrouve endormie et Marnie lui dit à un moment qu’elle « n’était pas là qd ça s’est produit » comme si son inconscient lui signifiait qu’il s’agit de souvenirs… Mais ça n’engage que moi…

    • Nicolas 15 septembre 2016 at 16 h 52 min - Reply

      Ah bah non aucun soucis !
      Il n’y a pas de vérité absolue (à moins que l’auteur ne le dise dans une interview, ce qui n’est pas le cas ahah). Ton interprétation est possible également et c’est ce qui fait le charme des Ghibli aussi je pense, on le perçoit tous comme on le souhaite !

  2. Hollympia 15 septembre 2016 at 16 h 56 min - Reply

    Oui c’est aussi ce que j’aime dans cette œuvre c’est du vrai fantastique dans le sens littéraire du terme: on a du mal à savoir ce qui peut être expliquée rationnellement ou non, la limite en réalité, imaginaire et irréel est floue

  3. Hollympia 15 septembre 2016 at 16 h 57 min - Reply

    Réalité, imaginaire ou surnaturel (jr ne retrouvais plus le mot^^)

Leave A Response »