Sécurité au Japon, tout pour se sentir bien

Aala 13 février 2015 5
Sécurité au Japon, tout pour se sentir bien

La sécurité au Japon est une des garanties de tranquillité que propose l’archipel nippon, à ses citoyens, mais aussi aux étrangers se rendant sur place. Voici les informations à savoir sur le niveau de sécurité au pays du soleil levant.

Lorsque l’on voyage à l’étranger, la question de la sécurité revient souvent, et l’on cherche à savoir si notre séjour dans ce pays va se passer « calmement » ou s’il faudra prendre certaines précautions. Le pays du soleil levant a cet avantage d’être un pays sûr et de garantir un niveau de sécurité que peu d’autres contrées peuvent offrir. Le tourisme au Japon ne cesse de se développer, le pays va accueillir les JO d’été à Tokyo en 2020, et vise les 20 millions de voyageurs au Japon à ce moment là. Et ces derniers auront de fortes chances de profiter paisiblement de leur séjour sur place.

Au Japon, la sécurité est une impression présente …

Être une fille, habillée en jupe et déambuler dans les rues de Tokyo ou Osaka à 4H00 du matin sans se sentir en insécurité …. Voila l’image que renvoi le Japon à tous les étrangers qui s’y rendent, et j’ai envie de dire que c’est bien vrai.

Ici, il y a peu de chance que quelqu’un vienne vous importuner, vous embêter, vous harceler, vous emmerder ou je ne sais quoi d’autre. Attention, je ne dis pas que ce n’est pas possible, je dis simplement que c’est moins courant. La criminalité est beaucoup moins présente, du moins se fait beaucoup moins ressentir que dans d’autres pays du monde. Ici, les menus larcins sont plus courant que les agressions et autres actes de violences. Et à moins de vous acoquiner avec les Yakuza, vous aurez peu de chance de vous retrouver dans des situations d’insécurité. D’ailleurs, même les Yakuza sont réputés pour être « polis » et ne faisant jamais de vague en public, ce que vous pouvez constater lors du Sanja Matsuri.

Même les catastrophes naturelles, présentent en nombre dans le pays (tremblements de terre, typhons, volcans, …) ne viennent pas réellement perturber ce sentiment d’être en permanence en sécurité au Japon. Vous pouvez sortir de chez vous et laisser la porte ouverte, personne n’entrera vous dérober vos biens. Vous pouvez vous rendre au Starbucks et poser votre téléphone sur la table pendant que vous allez commander au comptoir, sans crainte de le voir disparaître.

Le stress quotidien lié à l’insécurité est très faible car les risques sont quasi inexistant, si ce n’est de vous faire voler votre parapluie devant un Konbini ou bien encore votre vélo, et là aussi ce n’est pas si courant que cela. La sécurité en voyage au Japon est plutôt bien assurée pour les touristes (comme les résidents) et ce même si vous êtes une fille. Et la forte présence de policiers, notamment dans les Koban (postes de police de quartier) est des plus rassurante. Cette sécurité au quotidien est l’un des éléments qui manque le plus aux étrangers quittant le Japon.

… qui se retranscrit dans les statistiques

Vous n’êtes pas convaincu par les dires précédents et vous voulez des chiffres pour illustrer ceci? Rien de tel que des statistiques officiels et même des récompenses pour mettre en évidence ce sentiment de sécurité au Japon.

Tout d’abord, le Japon a été décrété comme étant le pays au monde le plus sûr où vivre puisqu’il dispose du plus faible taux de criminalité au monde (source). Et ajoutez à ceci que l’étude « Safe Cities 2015 » a attribué la première place, au classement des villes les plus sûres au monde, à Tokyo et la troisième place à Osaka (source 1 et source 2) et vous comprendrez à quel point ce pays peut-être un véritable havre de paix. On peut même aller plus loin en prenant en compte le « Global Peace Index » (GPI) qui mesure le niveau de paix de chaque pays du monde, et qui classe le Japon à la 8ème position sur 162 pays mesurés (source).

Enfin, en lisant le « livre blanc sur la criminalité au Japon » (mise à disposition du grand public par le Ministère de la Justice au Japon, par ici en japonais et par là en anglais) on peut constater les éléments suivants:

– en 2013, les infractions au code pénale on fortement diminuées, pour la 11ème année consécutives, pour atteindre le chiffre de 1,917,929 cas référencés contre 3,693,928 en 2003.

– en 2013, les arrestations se sont élevées à 53,1% pour les infractions relevant du code pénal, ce qui est en augmentation, en sachant que le taux d’arrestations pour les crimes graves (meurtres, agressions, …) est plus important encore.

– le délit le plus recensé en 2013 reste le vol de vélo avec un taux de 29,2%, suivi du vol à l’étalage avec un taux de 13%. On est loin des crimes violents.

Tous ces éléments réunis tendent à démontrer que le Japon est un pays sûr, où l’on peut vivre ou voyager en toute sérénité sans avoir à craindre pour sa sécurité. Il est toutefois bon de préciser qu’il ne fait pas parti de la mentalité des autochtones de déposer plainte systématiquement lorsqu’un délit est commis, et de ce fait, les statistiques officielles peuvent être faussées. Mais, même en tenant compte de cet élément, ceci ne change pas le sentiment général de sécurité.

Au Japon, les crimes sont tellement moins fréquent que lorsqu’il s’en produit, ils sont sur-médiatisés, et la police met en œuvre tous les moyens à sa disposition pour les résoudre rapidement. C’était le cas avec ce violeur présumé chassé par 4000 policiers, 900 véhicules, des hélicoptères, des bateaux et des chiens renifleurs, avant d’être arrêté en direct devant les caméra de les télé japonaise (source).

Entre le ressenti général, les statistiques officielles et les diverses « récompenses », on peut aisément se rendre compte du niveau de sécurité au Japon.

5 Comments »

  1. Alec 14 février 2015 at 4 h 13 min - Reply

    Difficile de croire que Toronto et Montréal sont aussi bien classés et si proche d’Osaka et Tokyo quand même! Je déménage à Montréal en revenant du Japon cet été et je peux dire que je me sentirai pas en sécurité tant que je ne serai pas partie de là. Ce que je peux remarquer c’est que les quartiers  »chauds » au Japon et ceux d’autres grandes villes sont la différence. Par exemple, Montréal Nord est dangereux tant dis que Kabukicho à Tokyo ne fait pas peur.

    • tunimaal 14 février 2015 at 4 h 50 min - Reply

      J’ai vécu un an au Canada (essentiellement à Vancouver) et j’avoue que là-bas je me sentais plus en sécurité que dans d’autres pays, même si il y avait un peu de criminalité. Mais, c’est clair qu’en rapport au Japon ce n’est pas pareil.

      • Alec 14 février 2015 at 5 h 45 min - Reply

        Je crois que Vancouver est bien côté sécurité en général, mais le  »downtown » semble plus dangereux que les quartiers chauds de Toronto et Montréal, mais là-dessus je ne saurais dire je n’ai jamais été moi personnellement à Vancouver je remet cela à plus tard. Mais Tokyo est spécial. On me prend pour un fou ici quand je dis que j’ai laissé 100 000Y, mon cellulaire et mon passeport dans un sac sur la plage. Ou bien on me croit menteur.

  2. Marie 12 mai 2015 at 23 h 41 min - Reply

    J’ai vécu un an au Japon et depuis que je suis revenue en France j’ai peur de tout et je me méfie de tout le monde, alors qu’avant je ne m’en souciais pas vraiment. Ça change la vie le sentiment de sécurité au Japon à tel point que je ne me sens même plus à l’aise dans mon propre pays…

    • tunimaal 1 juin 2015 at 11 h 43 min - Reply

      Aaaah, on prend vite goût aux bonnes choses 😀

Leave A Response »