Comment s’excuser en japonais : Sumimasen, Gomennasai et plus encore

Aala 20 mars 2017 0
Comment s’excuser en japonais : Sumimasen, Gomennasai et plus encore

S’excuser en japonais est un acte « courant » mais hautement codifié, dont il faut être capable de maitriser les règles afin de ne pas commettre d’impair. Je vous propose donc de découvrir ce qu’il faut savoir pour dire pardon en japonais.

Cet article a été rédigé pour le blog « Un Gaijin au Japon » par l’école de japonais Coto Academy.

Lorsque l’on commence à apprendre le japonais, ou ne serait-ce qu’à s’y intéresser un minimum, on se rend vite compte que s’excuser en japonais est une part importante de la culture japonaise, une part non négligeable dont il faut maitriser les tenants et les aboutissants. Que ce soit pour dire « bonjour », « au revoir », « merci », … la langue japonaise ne manque pas de formules diverses et variées et la demande du pardon en japonais ne va pas échapper à la règle. D’ailleurs, même les Smiley japonais s’y sont mis avec des Emoji permettant de s’excuser quand ceci est nécessaire.

Demander pardon en japonais, au quotidien

Vous verrez fréquemment des Japonais dire « Sumimasen » et faire des courbettes, s’incliner, parfois de manière répétitive. Ceci pourra peut-être vous surprendre de prime abord, voir même en faire sourire certains d’entre vous. Mais il faut noter qu’il y a une différence d’interprétation au niveau de la signification des excuses entre la culture Occidentale et la japonaise. Ainsi, en Occident, s’excuser signifie avoir un sentiment de regret et notifier un échec dans une action, un acte, une parole, … Mais au Japon, s’excuser est perçu comme une action positive et souvent synonyme de responsabilité et d’humilité, fortement appréciés au Japon.

L’un des premiers mots que vous apprendrez en japonais pour vous excuser sera « Sumimasen » (すみません), un des mots les plus pratiques et plus fréquemment utilisé dans la langue japonaise, dans diverses situations. Ainsi « Sumimasen » pourra être utilisé pour s’excuser quand quelque chose de malencontreux vient de se passer (par exemple : bousculer quelqu’un) mais aussi pour remercier un individu. Ceci peut surprendre dans un premier temps que de devoir s’excuser pour remercier, mais en agissant de la sorte vous remercier la personne pour ce qu’elle a entreprit pour vous. Par exemple, lorsque vous recevez un cadeau, vous pouvez dire « Sumimasen » en le recevant, pour remercier la personne du geste qu’elle fait pour vous et aussi pour tout le mal qu’elle s’est donnée pour vous satisfaire.

On peut aussi utiliser « Sumimasen » lorsque l’on désire demander quelque chose à quelqu’un, un service ou autre. Ou bien même lorsque l’on veut interpeller une personne. Par exemple, pour appeler un serveur dans un restaurant on emploiera « Sumimasen ».

Il est bon de noter que lorsque vous voulez vous excuser pour une action passée il faudra dire « Sumimasen deshita » (すみませんでした).

Pour la petite anecdote, il est intéressant de regarder l’étymologie du mot « Sumimasen » qui provient du verbe « Sumu » (済む) signifiant « être accompli, finir, … » en japonais. La forme « masen » montrant la négativité en japonais, « Sumimasen » littéralement signifie « ce n’est pas terminé ».

De façon un peu plus « décontractée » on peut utiliser la formule « Gomen » (ごめん). Elle aura plusieurs variations possibles :

  • Gomen (ごめん) – forme courante
  • Gomenne (ごめんね) – forme courante, à connotation un peu plus « enfantine »
  • Gomennasai (ごめんなさい) – forme plus polie

Pour ce qui est de « Gomen », vous pouvez aussi utiliser la formule « Gomen Kudasai » (ごめんください), par exemple lorsque vous voulez entrer chez quelqu’un et que vous voulez attirer l’attention du propriétaire du lieu. Vous utiliserez cette expression, souvent avec une voix forte pour appeler la personne en question.

A tout ceci, si vous avez créé des soucis à votre interlocuteur, vous pouvez utiliser le terme « Meiwaku » (迷惑) qui signifie « problème ». Vous pourrez ainsi dire « désolé pour le / les problème(s) causé(s) » en utilisant une des formules suivantes :

  • « Go Meiwaku wo kakete sumimasen » (迷惑をかけてすみません)
  • « Go meiwaku wo kakete sumimasen deshita » (迷惑をかけてすみませんでした)
  • « Go meiwaku wo kakete gomen ne » (迷惑をかけてごめんね)
  • « Go meiwaku wo kakete gomen nasai » (迷惑をかけてごめんなさい)

En utilisant la forme en « -te » (-) des verbes japonais vous allez pouvoir préciser pourquoi vous vous excusez (en y ajoutant aussi bien Sumimasen que Gomennasai ou l’un de leurs dérivés). Par exemple, pour vous excuser de votre retard vous pourrez dire « Okurete sumimasen » (遅れてすみません).

A toutes ces formules vous pourrez aussi ajouter la formule « Honto ni » (本当に) qui voudra dire « je suis vraiment … » et ainsi vous pourrez accentuer vos excuses.

Enfin, entre personnes proches, il est possible d’utiliser des formules d’argot telles que « Warui, Warui » (悪い悪い) ou bien encore « Warukatta » (悪かった). Le mot « Warui » (悪い) signifiant « mauvais, mal » en japonais, en utilisant une de ces expressions, qui en sont dérivées, on sous-entend une demande d’excuse, un peu comme lorsque l’on dit « ma faute » en français.

Les excuses formelles en japonais

Après avoir vu en détail les formules de politesse en japonais, que l’on peut utiliser au quotidien, il est temps de s’attarder sur les formules plus formelles. C’est ici que va entrer en jeu la forme « Moushiwake Arimasen » (申し訳ありません). Il existe plusieurs variantes à cette formule, étant déjà formelle, qui peuvent la rendre encore « plus polie ». Ainsi en remplaçant « Arimasen » par « Gozaimasen » (ございません) on augmente le niveau de politesse. A ceci on peut aussi ajouter la forme du passé, en utilisant « Deshita » (でした) pour faire des excuses sur un acté passé. Ainsi, on obtiendrait les formules suivantes :

  • Moushiwake arimasen (申し訳ありません) – forme polie au présent
  • Moushiwake gozaimasen (申し訳ございません) – forme « plus polie » au présent
  • Moushiwake arimasen deshita ((申し訳ありませんでした) – forme polie au passé
  • Moushiwake gozaimasen deshita (申し訳ございませんでした) – forme « plus polie » au passé

Enfin on peut ajouter un niveau d’excuses plus important (sans changer le niveau de politesse) en ajoutant le mot « Taihen » (大変) devant n’importe laquelle des quatre formules ci-dessus. Ceci montrera que l’on est « très » désolé. Ainsi on obtiendra, par exemple, l’expression « Taihen Moushiwake Arimasen » (大変申し訳ありません).

Vous pourrez utiliser ces formules dans le cadre de votre travail au Japon, dans des relations avec des clients ou des personnes que vous ne connaissez pas et envers qui vous voulez vous excuser.

Shitsurei Shimasu, une autre formule pour s’excuser

En plus des formules pour s’excuser de manière formelle, il existe d’autres variations de formules de politesse, pour demander pardon. Ainsi, il est possible d’utiliser l’expression « Shitsurei shimasu » (失礼します), dérivée du mot « Shitsurei » (失礼) signifiant « impoli », dont la traduction serait plus vague que pour « Moushiwake arimasen », puisque cette dernière montre clairement une volonté de remords.

  • « Shitsurei shimashita » (失礼しました) – excuses formelles
  • « Shitsurei » (失礼) – excuses formelles « simplifiées » (les femmes ne doivent pas l’utiliser)

Cette formule peut aussi être utilisé lorsque l’on entre dans une pièce, notamment dans le monde du travail, ou bien lorsque l’on quitte un lieu en premier. Lorsque l’on entre chez quelqu’un on utilisera la formule « Ojamashimasu » (お邪魔しますje crée une gêne) pour s’excuser.

La gestuelle pour s’excuser en japonais

Au Japon, outre le fait de prononcer les formules de politesses citées au-dessus pour s’excuser, il vous faudra aussi agir physiquement en conséquence afin de montrer, par la gestuelle, que vous voulez vous excuser. Pour ceci aussi il y aura plusieurs possibilités et des codifications qu’il faudra respecter afin de ne pas commettre d’impair.

Ainsi, si vous passez devant quelqu’un ou entre deux personnes, il est normal de mettre votre main à la verticale devant votre visage, tout en vous inclinant légèrement et en disant « Sumimasen », afin de signifier aux personnes que vous êtes désolé de passer devant, ou entre, elles.

Quand on s’excuse il est aussi normal de devoir s’incliner sous forme de courbettes (un article dédié aux courbettes verra le jour prochainement) pour amplifier sa demande de pardon. Selon la situation un certain angle d’inclinaison devra être respecté. Cela peut aller d’une simple inclinaison de la tête à s’agenouiller pour s’incliner vers le sol, en passant par une inclinaison du dos.

Autre fait, qui peut parfois prêter à sourire pour certaines personnes étrangères à ces coutumes, il est bon de s’incliner lorsque l’on s’excuse au téléphone, aussi. Alors, certes l’interlocuteur ne peut pas le voir, mais comme pour le sourire, on peut l’entendre puisque le mouvement du corps a un impact sur la respiration (même léger) que l’on peut identifier, même à l’autre bout de la ligne.

Dogeza, s’agenouiller pour demander pardon

Voici la forme d’excuses « ultime » au Japon, le « Dogeza » (土下座), qui consiste à joindre les mains, se mettre à genoux et poser le front à terre, en s’assurant que les genoux, les coudes et le front touchent le sol, pour demander pardon à son interlocuteur. C’est une position qui peut être utilisée pour demander pardon, signifier le respect envers une personne socialement supérieure et pour demander une faveur à quelqu’un.

Vu la « force » de cette position, elle n’est utilisée que lorsqu’une personne a fortement déviée d’une situation et doit se faire pardonner des actes jugés « fortement déplacés ». Et lorsqu’elle est utilisée, la personne qui la reçoit, face à cet acte, a tendance à accepter la demande de pardon sachant que le demandeur est allé jusqu’à réaliser le « Dogeza » pour lui.

Au travers de ces quelques paragraphes vous avez pu en apprendre un peu plus sur l’art de s’excuser en japonais, la signification de termes tels que « Sumimasen », « Gomennasai » ou bien encore « Moushiwake arimasen », « Shitsurei shimasu » et « Dogeza », et dans quelles situations les utiliser. Demander pardon au Japon est aussi une façon de remercier son interlocuteur, donc n’hésitez pas à en user lorsque vous jugez que c’est nécessaire.

Leave A Response »