Porco Rosso – Analyse

Nicolas 1 septembre 2016 0
Porco Rosso – Analyse

Sorti en 1992, intéressons-nous à Porco Rosso, œuvre d’Hayao Miyazaki au sein du studio Ghibli. Montez à bord d’un hydravion et profitez des décors et de la sympathique histoire qui vous est proposée.

Synopsis

L’histoire se déroule quelques années après la première guerre mondiale. En Italie, Marco était un héros de la guerre, il a refusé ce titre et est devenu un cochon. Actuellement, on le surnomme le Porc Rouge « Porco Rosso », c’est un chasseur de prime hors pair. Il sera accompagné par Fio, une technicienne de 17 ans qui n’a rien à envier aux plus anciens et il pourra compter sur son amie d’enfance, la chanteuse Gina. Le film nous compte les péripéties de ce pilote d’hydravion.

Deux interprétations possibles

Dans le film, la transformation en cochon de Marco peut être interprétée de deux manières.
D’un côté, il est probable que cette métamorphose survienne lorsque la mentalité de Marco évolue, modifiant ainsi son rapport à la condition humaine. Il ne prend plus réellement goût à la vie depuis qu’il a vu tous ses amis périr dans les airs.
D’un autre côté, Miyazaki a un point de vue légèrement différent. Lorsque l’on perd de vue son idéal, on se transforme petit à petit en ce que la société nous dicte d’être. Cela expliquerait la métamorphose en cochon, animal disgracieux. On retrouve ce processus dans le Voyage de Chihiro également. D’ailleurs quand le personnage fait une action qui lui semble réellement intéressante, il est perçu comme humain, c’est le cas lorsqu’il prend la décision de sauver la jeune Fio.
A la fin du film, nous ne savons pas réellement s’il redevient humain suite à sa rencontre avec Fio ou s’il reste un cochon. Mais est-ce vraiment important ? Personne, tout au long du film, ne se questionne à propos de la condition de porc du héros. Il ne choque personne. A l’inverse de Kiki la petite sorcière où la jeune fille provoquait des regards effrayés, les gens sont indifférents à la tête de cochon de Marco.

Les femmes au centre du film

Hayao Miyazaki a tenu à rendre hommage aux femmes. En effet, à cette époque, au Japon,  les femmes s’occupent des fourneaux, du ménage et des enfants, elles sont considérées comme inférieures aux hommes. Néanmoins dans Porco Rosso, la gente féminine occupe une place particulière et principale. La société japonaise est représentée par Marco qui est un homme très misogyne n’ayant aucune confiance dans le savoir-faire féminin. Dès le départ, pour la réparation de son avion, il refuse que la petite fille de son ami de longue date s’en occupe. Mais, petit à petit, son  avis évolue, il parvient à surmonter ses préjugés. D’ailleurs les femmes sont plus nombreuses que les hommes dans ce film. Fio et Gina occupent des rôles principaux au côté de Marco et ce ne sont que des femmes, ainsi qu’un vieil homme, qui s’occupent de la réparation de l’hydravion du héros. Elles feront d’ailleurs un excellent travail et permettront même d’ajouter de l’humour grâce aux mamies qui, malgré leur âge, continuent de travailler et de s’amuser en permanence.

Critique de la guerre

Comme d’habitude, le manichéisme n’a pas sa place dans les œuvres de Hayao Miyazaki et plus globalement du Studio Ghibli. Néanmoins, cette fois, il n’y a même pas de méchant. On peut penser que Curtis est quelqu’un de malintentionné mais il n’en est rien, on ne peut le considérer comme quelqu’un de malfaisant, il agit seulement en fonction de l’époque dans laquelle il évolue. En réalité, toute l’action du film s’est déjà réalisée et n’est pas montrée aux spectateurs. En effet, Marco est devenu un porc célèbre, ses amis aviateurs sont morts et il s’est reconverti en chasseur de prime. Le film ne contient que la suite d’une aventure forte en rebondissants. Certes, le long métrage comporte plusieurs scènes d’actions mais rien d’éprouvant pour les spectateurs. La seule scène que l’on peut considérer comme triste est déjà achevée, il s’agit de la montée au paradis des aviateurs, le moment décisif de la vie de Marco.
Le film est une critique de la guerre dans la même fibre que le tombeau des lucioles de Isao Takahata ou du Château ambulant par exemple. Toute l’œuvre est basée sur les conséquences d’une confrontation entre plusieurs pays. Les personnages ont leur histoire forgé à partir de cela. Gina fut mariée de nombreuses fois à des aviateurs décédés à cause de la guerre, Marco est devenu ce qu’il est suite à un affrontement aérien et les femmes travaillent à la place des hommes car ceux-ci sont réquisitionnés.
Au final, le film aborde de façon légère des thèmes qui le sont beaucoup moins. Humour et personnages burlesques se mélangent et s’assemblent pour décrire le rôle des femmes dans la société, la guerre et les histoires d’amour compliquées.

Porco Rosso est un film qui détend, il permet de passer un moment au calme. Il n’est pas mauvais, loin de là, mais il me manque un petit quelque chose qui me ferait l’apprécier. Et vous, qu’en pensez-vous ?

Leave A Response »