Mariage japonais: déroulement et fonctionnement

Aala 20 janvier 2015 12
Mariage japonais: déroulement et fonctionnement

Le mariage au Japon est une institution bien ancrée, malgré son évolution au cours des dernières décennies. Je vous propose de découvrir le déroulement des cérémonies de mariage japonais.

Le 20 septembre 2014 je me suis marié au Japon, avec ma femme japonaise. Du moins, pour être plus précis, ce fut notre cérémonie de mariage japonaise, vu que nous étions déjà marié administrativement depuis le mois de mars 2014. Dans cet article je vais vous expliquer les bases d’une cérémonie de mariage au Japon, et au cours d’autres articles je vous expliquerais le fonctionnement du mariage administratif au Japon. Voici donc ce que vous devez savoir sur la cérémonie de mariage au Japon.

Le mariage au Japon en quelques chiffres

Alors qu’en 1970, le Japon célébrait plus d’un million de mariages (結婚 – Kekkon), en 2008 ce chiffre à chuté à un peu plus de 700,000. Et ce phénomène est aussi accentué par l’explosion du nombre de divorces (離婚 – rikon), passant de 95000 à plus de 250000 cas recensés au cours des mêmes années, soit un tiers des mariages célébrés au Japon.

En ce qui concerne l’âge du mariage, en 2006 les hommes japonais avaient tendances à se marier entre 25 et 29 (39% des hommes) et les femmes entre 25 et 29 ans (44% d’entre elles). Mais, comme dans la grande majorité des pays développés, l’âge du mariage continue à évoluer et les japonais se marient de plus en plus tard, sachant que socialement parlant, l’âge limite pour une femme est de 30 ans.

26% des couples japonais se forment sur le lieu de travail (chose souvent favorisée par les entreprises elles-mêmes), 15% au sein des amis proches et 10% dans le milieu scolaire et universitaire. Enfin, en ce qui concerne le mariage arrangé (見合い – miai) il est en forte baisse, puisqu’il concerne essentiellement les personnes nées avant 1960. Aussi, les réseaux sociaux sur le Net (Faceboook, …) et les chats spécialisés permettent de former des couples qui franchiront le pas du mariage.

Enfin, sachez qu’à son origine, le mariage au Japon n’avait pas un but d’amour mais bien d’utilité, comme dans l’ensemble des pays du monde. Aux époques Nara et Heian, ainsi, les japonais et japonaises se mariaient avec des gens de la même classe sociale, et par utilité plus que par amour. Toutefois, de nos jours, le mariage par amour à fortement pris le dessus sur les mariages arrangés et par intérêts (même si ces derniers n’ont pas disparus) et ils sont appelés « mariages d’amour » (恋愛結婚 – renai kekkon).

L’explosion des mariages à l’occidental au Japon

Comme vous pouvez le constater, dans les paragraphes précédents, le mariage au Japon évolue fortement, comme dans l’ensemble des pays du monde. Mais il y a un autre aspect qui évolue et il concerne la cérémonie de mariage. Et oui, même si les cérémonies Shinto sont encore bien ancrées au pays du soleil levant, les cérémonies de types occidentales explosent littéralement, à tel point qu’il est possible d’en voir des publicités de partout, notamment dans les transports en communs au Japon, ou encore à la télé.

Les japonais et japonaises raffolent de plus en plus des ces cérémonies dans de fausses chapelles (il y a très peu de chrétiens au Japon, moins de 2% de la population) tout de blanc vêtus et loin des clichés du mariage Shinto en kimono. Ces mariages occidentaux vendent un rêve de mariage moderne, plus dynamique et moins ancré dans la tradition japonaise à ces jeunes couples. Et d’ailleurs, de plus en plus d’entre eux se déroulent hors du Japon, notamment à Hawaii ou à Guam, 2 territoires fortement prisés par les japonais.

Mais, même si le mariage occidental au Japon explose, les mariages traditionnels perdurent et ne sont pas prêt de disparaître, bien au contraire.

La cérémonie des fiançailles au Japon

Pour ceux qui se marient selon les traditions japonaises, il se doivent d’abord de passer par la cérémonie des fiançailles traditionnelle (Nosai no gi). Celle-ci est aussi symbolique que légale au Japon, et engage les 2 futurs époux. Ainsi, en cas de rupture avant le mariage, la partie lésée peut se voir verser des dommages et intérêts.

Celle-ci consiste en un repas formel entre les 2 familles, organisé un jour dit « favorable » selon le calendrier chinois, et que vous pouvez retrouver par ici. C’est d’ailleurs, officiellement, la première fois que les 2 familles se rencontrent. Au cours de ce repas, des cadeaux symbolisant le bonheur, la longévité et la prospérité seront échangés. La future marié recevra un Obi (ceinture de Kimono) symbolisant les vertus féminines, tandis que le futur époux recevra un Hakama (pantalon traditionnel) représentant la fidélité. De plus, 9 autres cadeaux, emballés dans du papier de riz, sont offerts aux futurs mariés:

1 tonneau de sake symbolisant l’obéissance et la gentillesse dans le mariage,

– de l’argent pour le vin, étant donné qu’avant était offert un tonneau de vin, aujourd’hui il est remplacé par de l’argent destiné à se le procurer,

– 1 éventail, qui en s’ouvrant symbolisera un futur qui ira en s’améliorant

du chanvre qui symbolise la solidité des liens fraîchement tissés entre les mariés

de l’algue, symbole de fertilité et destiné à souhaiter que le couple ait de nombreux enfants

– de la seiche déshydratée, symbolisant le souhait que le couple dure dans le temps

– de la bonite déshydratée, symbolisant la longévité du couple

– une somme d’argent dite « impaire », comme par exemple 5000 Yen (il faut que le premier chiffre soit impair afin de ne pas être divisible et ne pas porter malheur au couple).

1 coquillage Ormeau, symbolisant la sincérité

Une fois cette cérémonie de fiançailles terminée, le futur couple est prêt pour organiser son mariage japonais.

mariage japonais (1)

Le mariage Shinto au Japon

Si vous êtes à Tokyo, un petit tour au Meiji Jingu (à côté du parc Yoyogi) en week-end vous confirmera que le mariage traditionnel japonais est encore bel et bien présent, puisque vous pourrez y voir, parfois, plusieurs mariages à la suite. Mais attention, celui-ci ne se déroule pas à n’importe quel moment de l’année. En effet, la grande majorité des mariages japonais ont lieu en automne, et sont basés sur le calendrier chinois, afin de choisir les dates « favorables » à une union.

Ainsi, du 10 au 17 octobre, les mariages traditionnels shinto n’ont pas lieu. Pourquoi? Tout simplement parce qu’au sanctuaire Shinto Izumo Taisha (dans la ville d’Izumo), à lieu, tous les ans à cette période, le Kamiari Matsuri, festival où tous les dieux du Japon sont conviés à se rendre sur place, désertant ainsi leurs sanctuaires respectifs, et empêchant tous les mariages à ce moment précis de l’année.

Le mariage shinto (神前結婚 – Shinzen Kekkon) ne peut se dérouler qu’après la réalisation d’un mariage civil à la mairie de résidence des époux, et est le mariage traditionnel japonais. Il se déroule dans un sanctuaire Shinto, dure seulement 30 minutes environ, et est mené par un prêtre assisté de Miko, femmes consacrant leur temps au sanctuaire et portant des tenues composées d’un haut de kimono blanc et d’un Hakama (bas) d’un ton rouge.

Lors de cette cérémonie, seuls la famille et les amis proches des mariés sont conviés, et elle se déroule dans un cadre intimiste, avec les convives installés en face à face, le long d’un « couloir » permettant l’accès des mariés à l’autel où se déroulera la cérémonie. Les futurs mariés sont ainsi au centre de l’attention, et l’épouse se tient à la gauche du marié.

Là, prendra place l’étape du San San Ku Do (三々九度 – 3 fois 3), il s’agit d’une étape très importante de la cérémonie. A ce moment, le mari se voit confier une coupe en laque rouge, qu’une Miko va remplir de sake. Il va incliner 3 fois la tête avant de boire le contenu de la coupe. Ensuite, cette même coupe sera confiée à la mariée qui réalisera la même opération que le marié.

Ensuite, la seconde coupe de laque rouge sera confiée à la mariée, et rempli de sake par une Miko. La mariée inclinera la tête 3 fois avant d’en boire le contenu et de confier la coupe à son futur époux, qui devra réaliser la même étape. Enfin, la 3ème coupe sera confiée au mari qui devra en boire le contenu après avoir incliné la tête 3 fois, et la mariée devra en faire de même par la suite.

En réalisant cette opération 3 fois avec 3 coupelles différentes, le but est d’atteindre le chiffre 9 (3 fois 3). Au Japon, les chiffres 3, 5, 7 et 9 sont signe de chance et bonheur, et le chiffre 9 est celui qui attire le plus la fortune et la chance. Les 3 coupelles, quant à elles, symbolisent le passé, le présent et le futur. En buvant ainsi le sake, les futurs mariés prêtent le serment de partage éternel des joies et peines.

Ensuite, vient l’échange des alliances, symbolisant ce mariage et son aspect éternel. Le futur marié passe la bague au doigt de sa future femme, et celle-ci en fait de même, le tout devant les convives qui sont ainsi les témoins privilégiés de cette union. Ensuite, une Miko remet un papier plié au marié, qui va l’ouvrir et lire ses voeux à l’ensemble de l’audience. Enfin, la cérémonie est clôturé par le prêtre qui entonne une prière.

Après ceci, une des Miko va remettre une branche de rameau de Sasaki aux mariés, qui devront la manipuler avec minutie lors d’un rituel codifié. Après cela, les Miko servent du sake à l’ensemble des convives qui vont ainsi trinquer avec les nouveaux mariés. C’est ainsi que ce clôture cette cérémonie de mariage traditionnel japonais.

mariage japonais (6)

Lors de cette cérémonie, les tenues portées par les mariés sont aussi codifiées. Ainsi, la mariée portera un kimono appelé Shiromuku (白無垢) à manches longues et de couleur blanche. Il faut savoir que les kimono à manches longues (furisode) sont exclusivement réservés aux femmes non mariés (comme pour le Seijin no Hi) et que la couleur blanche, pour un Kimono, est réservée pour le mariage (pour la mariée) et pour les funérailles (pour le défunt). Enfin, la mariée porte une coiffe particulière formée du grand chignon agrémenté d’ornements, et celle-ci est très souvent une perruque. Le tout est couvert par le Watoboshi, une coiffe en forme de coquille d’oeuf.

La mariée est maquillée de blanc, avec les lèvres rouges, dans un style se rapprochant de celui des Geisha. La couleur blanche à vocation à montrer la position de future mariées aux Dieux (Kami). Toute la tenue de la mariée est accompagnée d’un long manteau blanc touchant le sol en toute part, et appelé Uchikake. Et elle portera des sandales blanches appelées Zori. Elle aura aussi, à ses mains, un éventail doré et argenté (扇子 – sensu), une petite boîte servant de sac à main (箱迫 – hakoseko) et qui contiendra un peigne et un miroir.

En ce qui concerne le marié, sa tenue est beaucoup plus « simple » et sera composée d’un Hakama (pantalon bouffant) surmonté d’une Montsuki (veste), le tout étant assez sobre et d’une couleur sombre (noir, bleu foncé ou gris) quoique le blanc est aussi présent (ce qui fût mon cas lors de mon mariage).

La cérémonie Shuugen, plus ancienne cérémonie du Japon

Voici maintenant la présentation détaillée de la cérémonie appelée Shuugen, qui se trouve être la plus ancienne cérémonie de mariage au Japon, et qui fut celle que j’ai eu pour mon mariage avec ma femme, en septembre 2014. L’ensemble des informations qui vont suivre sont basées sur celles fournies par le restaurant où j’ai célébré mon mariage, Hamadaya à Tokyo, qui est l’un des plus anciens restaurants de la capitale et s’est spécialisé dans le service haut de gamme et traditionnel.

La cérémonie Shuugen est la cérémonie de mariage la plus ancienne du Japon. Son origine remonte à plus de mille ans, à la période Heian au VIIIe siècle. Au Japon, le mariage ne se conçoit pas uniquement comme l’union entre les mariés, mais aussi comme un engagement entre la mariée et le marié ainsi que leurs familles respectives. En exprimant la gratitude envers les attaches et aux liens entre les personnes, les mariés échangeront des coupes de sake devant les convives, réunis en tant que témoins du serment de leur amour éternel.

Le terme Shuugen est composé de deux caractères chinois signifiant “des paroles et célébration”. Les mariés viennent de faire leur premier pas en tant que couple. Leur lien vient d’être attaché. Et les convives réunis à la cérémonie ont pour mission d’offrir leurs paroles de soutiens et d’encouragements pour que le couple puisse reconfirmer leur dévouement l’un envers l’autre. Aussi, les invités, en témoignant du sourire des mariés, pourront être assurés que leur engagement est ferme et définitif. Ils seront conviés à accorder leurs bénédictions aux mariés en leur souhaitant une vie commune remplie de bonheur !

Lorsque les mariés entre dans la salle de cérémonie, où les convives sont déjà présent, et assis en face à face, laissant un couloir pour le passage des futurs époux, la mariée est conviée à montrer son Hakoseko, aussi appelé porte-miroir.

Le hakoseko est une bourse décorative portée par les femmes adultes à la période Edo , du XVIIe au XIXe siècle. La bourse contient un miroir, un rouge à lèvres et d’autres accessoires indispensables pour une allure soignée et exprime les vœux d’une vie remplie de beauté féminine et d’amour.

Ensuite, la mère de la mariée est conviée à attacher le Hakoseko au manche du Kimono de sa fille, et elle la prend ensuite par la main pour l’accompagner à l’autel où se déroulera la cérémonie, et où elle rejoindra le marié qui l’attend, le tout sous les applaudissements des convives.

Et c’est à ce moment précis que le cœur de la cérémonie Shuugen peut commencer. Depuis les temps anciens les japonais croient que les couples sont liés par un fil rouge du destin. Le rituel a pour but de remercier ce lien et de le renforcer. Ainsi, va débuter le « sankon-no-gi », rituel des trois coupes.

mariage japonais (5)

Un ensemble de trois tasses à sake a été préparé sur l’autel. Les chiffres impairs 3, 5, 7 et 9 sont considérés comme apportant la chance et le bonheur au Japon. Parmi ces chiffres, le 9 est le plus grand et attirant plus fortement la fortune et le bonheur. Les trois tasses symbolisent le passé, le présent et le futur. En buvant le sake du même ensemble de tasses, les mariés prêtent le serment de partage éternel des joies et des peines.

Le marié prend la première tasse à la main, rempli de sake, et la bois en 3 gorgées. Cette tasse symbolise le passé et exprime la reconnaissance aux parents, aux ancêtres, à toutes les vies passées qui ont contribué à l’union du couple. Elle est ensuite passée à la mariée qui réalise le même procédé.

La deuxième tasse est prise en main par la mariée qui la boit en 3 gorgées. Cette tasse symbolise le présent et exprime l’amour entre les mariés, leur fidélité et leur soutien mutuel. Elle est ensuite confié au marié qui réalise la même opération.

Enfin, le marié prend la troisième tasse en main et la boit en 3 gorgées. Cette tasse symbolise le futur et exprime l’engagement du couple à bâtir un foyer rempli d’amour tout au long de leurs vies. Elle est ensuite passée à la mariée qui réalise la même opération.

Pour un peuple qui pratique l’agriculture, tel que les japonais, le sake est, depuis les temps anciens, une boisson sacrée, offerte aux divinités. En buvant ce sake ensemble, le couple se promet fidélité et confiance réciproques.

Ensuite, ayant échangé leurs promesses entre eux, le moment est venu pour eux de prêter serment devant l’ensemble des convives. Pour matérialiser le serment, le couple procédera à l’échange des alliances. Le cercle que forment les alliances, sans début ni fin, symbolise l’amour éternel. Le marié placera l’alliance à l’annulaire de la main gauche de la mariée, ensuite la mariée en fera de même avec son époux.

Après ceci, l’ensemble des convives est appelé à se lever et prendre une tasse de sake qu’ils vont partager avec les mariés afin de renforcer les liens entre toutes les personnes présentes sur place. Le mot Sake provient du mot « sakaeru » qui veut dire « prospérer ». Les japonais croient qu’un fort lien est crée quand on boit le sake d’un même tonneau ensemble. Et en ce jour le couple compte sur la présence des familles et amis pour renforcer le lien entre eux en buvant le sake sacré. Lorsque le maître de cérémonie dit « Omedeto Gozaimasu », l’ensemble des convives et les mariés boivent leur sake en une seule gorgée, en même temps.

Ensuite, vient le rituel de remerciement. Au Japon tout commence par la courtoisie et finit par la courtoisie. Les japonais accordent beaucoup d’importance à la courtoisie. Les mariés s’adressent ainsi à leurs convives pour les remercier de leur présence en ce jour de bonheur pour eux. Et c’est sur ces remerciements que ce termine la cérémonie de mariage Shuugen au Japon.

La réception et le repas d’après mariage

Une fois la cérémonie de mariage terminée, les convives sont invités à se joindre aux mariés pour une réception et un repas. Celle-ci se déroule avec des invités préalablement sélectionnés car le coût de la réception est extrêmement élevé. Par exemple, mon mariage a eu un coût total de 5 Millions de Yen pour 40 invités, soit un coût par invité de 125000 Yen, ce qui n’est pas donné. En général, un mariage avec une quarantaine d’invités coûte en moyenne 3 Millions de Yen.

mariage japonais (3)

Au cours de cette réception, la mariée apparaîtra d’abord dans son Kimono blanc, puis se changera ensuite pour un kimono de couleur, souvent orné d’un Héron, symbole fort du mariage. Les convives peuvent porter des habits de types occidentaux ou des kimono, selon leurs envies. Pour les hommes portant un costume, la cravate blanche sera de rigueur. Enfin, les invités sont accueillis par les familles des mariés ou leurs amis proches, et devront remettre une enveloppe à leur arrivée, contenant de l’argent avec un montant dit « impair » (généralement 30000 Yen pour une personne venant seule ou 50000 Yen pour un couple, les sommes paires étant gage de malchance, elles sont malvenues), en guise de cadeau de mariage. Cette somme d’argent sert à couvrir une partie des frais du mariage et à aider les jeunes mariés à se lancer dans la vie. Elle est remise dans une enveloppe spéciale appelée Shugibukuro.

Ensuite, les convives sont installés à leurs tables, perpendiculaires à la scène où se trouve la table des mariés, et les membres de la famille sont placés aux tables les plus éloignés des mariés. Le repas, les discours et les animations peuvent commencer, et varieront selon les mariages. A la fin de la réception, les mariés saluent leurs convives en leur offrant des cadeaux appelés Hikidemono.

C’est aussi au cours de cette réception qu’aura lieu le traditionnel rituel du « Kagami-Biraki », ou l’ouverture du miroir, rituel indispensable lors d’évènements festifs au Japon. Depuis les temps anciens les japonais ont pour coutume d’ouvrir un miroir pour célébrer l’avenir. Le miroir symbolise la joie et les magasins de sake ont profité de ce symbole pour nommer le couvercle du tonneau du sake comme le « miroir ». On dit aussi que la forme ronde et plate représente l’harmonie et la richesse. Le mot « hiraku » veut dire « ouvrir » et exprime l’action d’ « étaler comme un éventail ouvert ». Le jour du mariage, le tonneau sera ouvert en célébration à la nouvelle vie commune des mariés. Le cris seront, lors de l’ouverture du tonneau de sake seront « Yoisho, Yoisho, Yoisho ». Je dirai « se-no » et veuillez me suivre en criant « yoisho, yoisho, yoisho » de façon joyeuse. Ensuite, une fois le tonneau ouvert, du sake sera servit à l’ensemble des convives qui porteront un toast au bonheur des nouveaux mariés.

mariage japonais (2)

L’after party pour les autres invités

C’est une pratique beaucoup plus moderne qui consiste à organiser, le soir du mariage, une after party. La cérémonie de mariage et la réception qui suit ont lieu en journée (souvent l’après-midi) et l’after party a elle lieu le soir.

Elle permet aux mariés d’inviter plus de monde à venir les féliciter en ce jour heureux, et ainsi partager leur bonheur avec plus d’amis. Le mariage et sa réception étant vraiment cher, l’after party se développe de plus en plus, afin de pouvoir convier plus de personnes et ainsi impliquer tout son entourage à son mariage. Il s’agit souvent d’une soirée organisée dans un restaurant loué pour l’occasion, et où chaque convive va payer son repas.

Et voici donc comment se déroule le mariage japonais, très codifié, notamment pour les cérémonies traditionnelles, et qui tend à évoluer et à s’occidentaliser de plus en plus, même si le mariage Shinto est encore fortement présent au Japon.

12 Comments »

  1. Florian 20 janvier 2015 at 17 h 04 min - Reply

    Salut Aala et surtout félicitations pour ton mariage ! Tu es décidément tomber fou amoureux du Japon ^^

    J’aurais une petite question sur le point financier (oui désolé, je suis comptable et j’ai quelques déviances professionnelle xD), tu dis que ça à couté 5 Millions de Yens ! Est-ce qu’il n’y a pas d’erreurs sur ce chiffre ? Et s’il n’y en a pas, pourrais-tu nous dire ce qui coute tellement cher ?

    Les mariages en France coutent en moyenne entre 5 et 10 mille euros, mais là une note a 35000euros c’est dingue ! Et ça me fait un peu peur si jamais je trouve la perle au pays du Soleil Levant ^^

    • tunimaal 21 janvier 2015 at 14 h 13 min - Reply

      Salut Florian,

      et non, il n’y a pas d’erreur sur le chiffre, nous avons bien payé 5 Millions de Yen (en sachant que le prix moyen est de 3 Millions de Yen).

      Il se trouve que notre mariage a coûté si cher parce que le lieu où il s’est déroule (un restaurant ancien et très prisé) n’était pas donné, tout comme la location des Kimono ou bien encore le repas (3 étoiles Michelin) et la présence des Geisha.

      Quoi qu’il en soit, les mariages au Japon sont extrêmement chers, et c’est aussi pour cela que les invités payent une fois sur place.

      • Florian 27 janvier 2015 at 18 h 00 min - Reply

        D’accord, eh bien ! Sa doit être super beau en tout cas ^^ Encore félicitations 😉

        • tunimaal 27 janvier 2015 at 18 h 08 min - Reply

          Merci beaucoup 😉

  2. Amelie 21 janvier 2015 at 5 h 29 min - Reply

    Super article, j’ai assisté à plusieurs mariages dont un certains nombres de mariages entre japonais, mais aucun n’avait vraiment fait la totale niveau tradition… j’ai quand même l’impression que ça se perd un peu…

    • tunimaal 21 janvier 2015 at 14 h 15 min - Reply

      Oui, ça se perd un peu, et certainement à cause du coût de l’opération, mais aussi parce de plus en plus de japonaises veulent faire dans l’occidental.

  3. mimi 21 janvier 2015 at 7 h 25 min - Reply

    Merci pour cet article très complet et interessant!
    C’est encore plus precis lorsque tu as vecu toi-meme tout le deroulement de A a Z!
    Une question cependant, tu disais dans tes articles que tu ne buvais pas d’alcool en temps normal, as-tu du boire les verres de sake pour faire honneur aux personnes presentes lors du mariage?
    Je me posais la question… Encore bravo pour l’article!

    • tunimaal 21 janvier 2015 at 14 h 15 min - Reply

      Salut Mimi,

      en ce qui me concerne, lors de mon mariage, le sake a été remplacé par de l’eau (ayant la même symbolique dans ce cas).

  4. besma 22 janvier 2015 at 0 h 04 min - Reply

    Merci.
    Je me rejouie d avance de vous lire . Bon voyage !

    • tunimaal 22 janvier 2015 at 16 h 14 min - Reply

      Merci Besma 😉

  5. Arthur 25 janvier 2015 at 19 h 44 min - Reply

    C’est un super article. Je pensait pas qu’il y a avait autant de codes de à respecter. Ça change quand meme beaucoup du mariage occidental.

    • tunimaal 26 janvier 2015 at 22 h 51 min - Reply

      Dans beaucoup de cultures il y a autant, voir même plus, de règles et codes à respecter pour un mariage ^_^

Leave A Response »