Magome-Juku, ancienne halte de la Nakasendo

Aala 20 octobre 2015 1
Magome-Juku, ancienne halte de la Nakasendo

En plein cœur du Japon, dans la préfecture de Gifu et au Sud des Alpes japonaises se trouve un ancien relais de poste, Magome-Juku, qui a conservé son charme d’antan et vaut largement le détour.

Au Japon de l’ère Edo (1600 – 1868) il existait cinq routes principales (Gokaido) dont le rôle était de permettre la connexion entre différentes villes importantes du pays et la capitale de l’époque, Edo (ancien nom de Tokyo). Aujourd’hui, de ces cinq routes il existe encore quelques vestiges mais aussi quelques anciens postes de relais, plus ou moins habités et plus ou moins célèbres. Il existe ainsi Ouchi-juku, Tsugamo-juku, Hakone-Juku ou bien encore Magome-Juku.

Magome-Juku, bref historique

Aujourd’hui située dans la ville de Nakatsugawa, préfecture de Gifu, Magome-Juku (馬籠宿) garde en grande partie son charme d’antan et son aspect historique qui s’est construit, notamment, au cours de la période Edo.

Etape N°43 sur 69 de la célèbre Nakasendo qui reliait Edo (Tokyo) à Kyoto en passant par l’intérieur du pays, contrairement à la Tokaido qui passait en bord de mer, Magome-Juku fut, avant cela, une étape de la route du Kisoji (木曽), dans la vallée de Kiso, et qui reliait Niekawa-Juku (préfecture de Nagano) à Magome-Juku (préfecture de Gifu). Cette route, qui comportait 11 stations, avait une vocation commerciale afin de faciliter les échanges et remonterait au VIIIème siècle.

Ce n’est qu’au cours de l’ère Edo, avec l’arrivée au pouvoir des Tokugawa et la pacification du pays que Magome-Juku, ainsi que l’ensemble de la route du Kisoji, fut intégrée à la nouvelle route allant de Tokyo à Kyoto : la Nakasendo.

Cette ville étape allait prospérer des siècles durant, voyant son activité économique évoluer positivement avec l’accroissement des pèlerins parcourant le circuit entre la capitale culturelle (Kyoto) et la capitale politique (Tokyo) du pays. En 1843 elle comptait 717 résidents pour 69 bâtiments.

Avec l’avènement de l’ère Meiji et la chute du Shogunat, Magome-Juku perdit de sa superbe car la ligne de train chuo, ne passant pas par là, aller drainer le flux des passagers hors des sentiers de cette petite ville à flanc de montagne. Ce n’est qu’au cours du XXème siècle qu’elle fut restaurée et que son économie fut orientée vers le tourisme.

Le célèbre écrivain japonais Shimazaki Toson est né et a grandit à Magome-Juku et est enterré dans le cimetière de la ville. L’une de ses œuvres principales, « Avant l’aube » se déroule dans la vallée de Kiso et donc à Magome-Juku.

Enfin, pour la petite anecdote, le nom de « Magome » viendrait du fait que cette étape de la Nakasendo était escarpée, à flanc de montagne, ce qui en fit un lieu unique sur les routes des Gokaido. Le chemin étant difficile à pratiquer pour les chevaux, leurs propriétaires se devaient de les laisser à l’auberge une fois sur place. D’où le nom de la ville « Magome » qui est composé des Kanji japonais pour les mots « cheval » et « panier ».

Une balade et une expérience d’un autre genre

Une fois sur place, à Magome-Juku, vous comprendrez rapidement pourquoi le lieu a reçu une étoile au Guide Michelin. D’une beauté à couper le souffle avec un charme pittoresque qui vous fera voyager dans le temps, la rue se traverse en quelques dizaines de minutes. Mais, étant donné l’attrait du lieu, on a tendance à prendre son temps et à savourer chaque pas que l’on parcourt sur place, sur ces pavés, entourés de maisons en bois.

Que l’on parte du bas vers le sommet de la rue ou dans le sens contraire, le charme ne sera pas le même et la perspective non plus, c’est pourquoi je recommanderais fortement de faire au moins une fois l’allée retour.

Une fois la rue traversée et le charme ressenti, montez au sommet de la rue, à l’observatoire et admirez la vue imprenable sur la vallée et le Mont Ena. Avec un beau temps, notamment lors du coucher ou du lever du soleil vous ne pourrez qu’être ébahit par tant de beautés et ce mélange entre les créations humaines et celles de la nature. Magome-Juku se fond délicieusement bien dans le décor avoisinant.

Je vous recommande vivement de passer la nuit sur place, dans un Minshuku. En effet, à compter de 17H30 les commerces ferment et les touristes s’en vont. Vous aurez la rue à vous seul, ou presque. Que ce soit pour une balade au coucher / lever du soleil ou bien de nuit vous pourrez profiter pleinement de ce lieu reposant.

Profitez-en aussi pour vous restaurer avec quelques unes des spécialités locales ou encore pour faire un tour dans les musées :

  • Honjin / Tonson Memorial Museum : ancienne auberge principale de Magome-Juku elle est aussi le lieu de naissance de Shimazaki Tonson. Aujourd’hui il s’agit d’un musée à son honneur.
  • Wakihonjin Museum : un musée consacré à Magome-Juku et la Nakasendo
  • Tsuchimaya Shiryokan : au rez-de-chaussée se trouvent un restaurant et un magasin de souvenirs tandis qu’à l’étage se trouve un petit musée à l’honneur de Tonson mais aussi dédié aux débuts de l’ère Meiji.
  • Shimizuya Shiryokan : un petit musée exposant des objets divers et variés ayant appartenu aux habitants de Magome-Juku.

Comment se rendre sur place

Depuis la station de Nagoya prenez la ligne Chuo jusqu’à la station de Nakatsugawa (1H15 environ pour 1320 Yens). De là, devant la station, empruntez le bus (arrêt N°3) direction Magome-Juku (un départ par heure environ, et comptez 30 minutes pour arriver sur place.

Depuis Tsugamo-Juku vous pourrez soit effectuer la marche de 8 kilomètres environ pour arriver sur place. Comptez environ 3 à 4 heures de marche. Sinon, vous pourrez emprunter un bus pour un trajet d’environ 20 minutes et 560 Yens.

Si vous voulez découvrir un Japon d’une autre époque, en plein dans la montagne, et avec un décor à couper le souffle, Magome-Juku sera fait pour vous. Et puis, si vous aimez la randonnée vous serez servit sur place.

Retrouvez Magome-Juku sur Google Maps

Site Internet : http://travel.kankou-gifu.jp/fr/see-and-do/11/

Site Internet : http://www.kiso-magome.com/index.html

One Comment »

  1. BlackStoneD 27 octobre 2015 at 13 h 21 min - Reply

    Bonjour,
    Je trouve vraiment intéressante ta description de cette étape de la Nakasendo.
    C’est plus ou moins ce que je cherche pour ma prochaine rando au Japon.
    En fait je disposerai d’environ 10 jours, juste après la golden week 2016, au départ de Tokyo et retour au même endroit (mon fils vit là-bas et mon épouse y restera.
    J’aimerai partir pour 10 jours de marche (entre 15 et 30 km par jour), plutôt en montagne et avoir la possibilité de m’arrêter le soir dans un endroit où je pourrais rencontrer des gens pratiquant la même activité que moi.
    Je suis juste au début de ma réflexion et je serai preneur de tout conseil, info ou autre que vous pourriez me donner.
    Merci d’avance, B

Leave A Response »