Kujiraya Shibuya : manger de la baleine à Tokyo

Aala 12 février 2014 16
Kujiraya Shibuya : manger de la baleine à Tokyo

Voici le Kujiraya Shibuya à Tokyo, restaurant spécialisé dans la viande de baleine. Un espace luxueux, des tarifs plus ou moins abordables et une expérience définitivement unique.

Préambule : avant de commencer cet article et de vous présenter ce restaurant, je vais clarifier quelques points, parce que dès que l’on parle de manger de la baleine, cela fait scandale, encore plus au Japon. Chaque culture est différente et il faut respecter ce que les autres mangent, parce que ce que nous mangeons est aussi différent pour eux. La cruauté contre les animaux est une atrocité sans nom qui ne devrait pas avoir lieu, mais il ne faut pas généraliser une pratique à tout un peuple et extrapoler. Ces points clarifiés, nous pouvons entrer dans le vif du sujet.

Le 6 mai 2011, j’arrivais pour la toute première fois au Japon, et plus précisément à Tokyo. Après avoir déposé mes affaires dans le capsule hôtel à Asakusa, une amie japonaise, rencontrée à Vancouver – Canada, est venue me récupérer pour aller manger un bout ensemble. Nous sommes allés dans un kaitenzushi (les restaurants à sushi où les plats défilent sur une ceinture tournante). Et le premier plat que j’ai pris et ingurgité sans savoir fût des sushi à la baleine.

La baleine, ça a quel goût ?

Une fois le premier sushi avalé, le goût inhabituellement différent m’a intrigué. J’ai donc demandé à mon amie et elle m’a répondu « tu as mangé ce que l’on appelle Kujira au Japon, cela veut dire baleine ». Sans le vouloir, la toute première chose qui entrait dans ma bouche au Japon fût de la baleine. Moi qui pensais manger un simple sushi au thon, j’ai été surpris. Mais attention, agréablement surpris, parce que le goût était délicieux.

Quand on me parlait de manger de la baleine avant cela, je m’imaginais toujours un goût de poisson, certainement fort et très caoutchouteux. Mais en faites, le goût que j’eus dans la bouche ce soir là fût le goût de bœuf faisandé. Ce fût bon, délicieux et savoureux, comme si il avait légèrement été cuit à point, et très loin du goût habituel des sushi et de leurs poissons crus.

Kujiraya à Shibuya : restaurant spécialisé dans la baleine

Après cette expérience inattendue, j’ai eu l’occasion à plusieurs reprises de manger, à nouveau, de la baleine. Mais ce fût à chaque fois en sashimi ou en sushi. Dans les supermarchés aux environs d’Asakusa, il n’est pas rare d’en trouver en vente sous cette forme, pour des prix d’environ 500 yen. Et puis j’ai entendu parler du Kujiraya.

Kujira en japonais signifie « baleine » et ya veut dire « magasin », donc comme son nom l’indique si bien, ce restaurant ne fait que de la baleine. Il est situé juste derrière le magasin 109, sortie Hachiko à la station JR Shibuya. En avril 2012 (et oui cela remonte à longtemps), je m’y suis rendu avec une autre personne, en milieu d’après-midi, afin de tester cela, par curiosité.

Dès qu’on entre dans le restaurant, un certain luxe s’installe. Les lumières sont tamisées, l’ambiance est très calme et le mobilier est légèrement épuré et classieux. Dans le restaurant, nous ne voyons que des salarymen japonais attablés par groupe de 4 à 8 personnes et avec beaucoup de plats devant eux.

Une fois installé et le menu en main, nous nous rendons vite compte que les tarifs sont quand même assez élevé (minimum 3500 yen chacun pour un menu simple). Et quand nous commandons, nous nous rendons compte que les portions ne sont pas très grande (regardez les photos plus bas pour vous en rendre compte par vous-même).

C’est là que je tourne la tête pour observer ce que les autres tables mangent et je fais rapidement un calcul pour constater que chaque client mange au minimum 20000 yen de plats. On va être vraiment ridicule avec nos 3500 yen par personne. Mais tant pis on se lance et on apprécie.

Les plats sont bons, s’enchaîne à une vitesse rapide et sont variés. On mange de la baleine en sashimi, en miso soupe, frite et cuite avec une sauce. Toutes les cuissons offrent une saveur différente et nous laissent sur notre faim, notamment à cause de la taille des portions servies. Pour ma part, la baleine frite fût ma préférée et de loin, quoi que les autres étaient aussi bonnes.

En environ 45 minutes, le repas est finit et il est temps de payer la note, soit un peu plus de 3500 yen chacun. Lorsque nous quittons les lieux, je constate qu’à plusieurs endroits, il est indiqué en anglais, et même dans d’autres langues, que le restaurant ne sert que de la baleine, comme pour anticiper toute mauvaise surprise. Plus tard j’apprendrais que la grande majorité des clients de ce restaurant, surtout le midi (car les tarifs sont moins élevés) sont des étrangers curieux et avides de nouvelles expériences.

Je pense que ce restaurant, si vous êtes curieux et avez envie d’essayer, est le meilleur endroit pour le faire, car il semblerait que ce soit le restaurant proposant de la baleine avec les tarifs les plus abordables de Tokyo. Vous pouvez retrouver son site Internet, en japonais, ici : http://www.kujiraya.co.jp/

Et voila, c’est ainsi que j’ai testé le Kujiraya de Shibuya à Tokyo, et que j’ai mangé de la baleine sous toutes ses formes. Et vous, vous aimeriez tester cet endroit ?

Retrouvez Kujiraya Shibuya sur Google Maps par ici:

2 Chome-29-22 Dogenzaka, Shibuya, Tokyo 150-0043, Japon


Agrandir le plan

16 Comments »

  1. grey 14 février 2014 at 9 h 55 min - Reply

    mouais, là pour entrer faut clairement pas compter sur moi, j’ai mes raisons.

    • tunimaal 16 février 2014 at 9 h 49 min - Reply

      A chacun son avis sur la situation je dirais 😉

  2. Inconnu 14 février 2014 at 12 h 19 min - Reply

    Bonne expérience. Je n’en ai jamais goutté mais pourquoi pas essayer. Comme toi j’ai mes préjugé la dessus, et l’aspect caoutchouteux me vient tout de suite à l’esprit. Cependant j’ai entendu des choses pas très rassurante sur les conditions de pèche.. :s

    • tunimaal 16 février 2014 at 9 h 51 min - Reply

      Salut,

      les conditions de pêche, on aime à les mettre en avant dans les pays occidentaux pour critiquer l’aspect consommation d’une viande que l’on a pas l’habitude de pêcher. Mais je pense que les occidentaux faisant cela, devraient avant tout regarder les conditions de pêches dans leurs propres pays, et comment eux aussi (voir même plus) détruisent l’écosystème marin.

  3. pauline 14 février 2014 at 15 h 38 min - Reply

    Il est vrai que cela peut choquer beaucoup de personnes. Mais tu l’as dit, chaque pays sa tradition, certain voudront tester ,d’autres jamais. Je comprends tout à fait. Je serais capable de tester un sushi de baleine,mais pas de manger un repas entier à partir de baleine.
    Bravo pour avoir fait cet article

    • tunimaal 16 février 2014 at 9 h 59 min - Reply

      Salut Pauline,

      bah alors il ne te reste plus qu’à aller là-bas et tester des sushi alors ^_^

  4. Manu 15 février 2014 at 7 h 14 min - Reply

    Un goût de viande ? Je ne savais pas ! Pour nous occidentaux ce n’est pas top de manger de la baleine, mais je suppose qu’au Japon ils n’ont aucun problème avec ça ??

    Qu’est-ce qu’il se dit de la surpêche par là-bas ? Je suis curieux

    • Shafton 16 février 2014 at 8 h 04 min - Reply

      Je suis passé avec une amie juste devant ce restaurant il y a un mois de ça et elle m’a dit que la viande de baleine n’était pas aussi populaire au Japon qu’on pouvait le croire à l’étranger. Ca reste surtout un luxe et un brin « attrape-touriste ».

      • tunimaal 16 février 2014 at 10 h 10 min - Reply

        En faites, tous les japonais ne la consomme pas, mais c’est un animal qui est consommé de manière tout ce qu’il y a de plus normal. Par exemple, il n’est pas rare de la trouver aux menus des cantines des écoles primaires, collèges et lycées. De plus, si tu te rend dans le quartier de Asakua, à Tokyo, de très nombreux restaurant et supermarché en vendent. Sa consommation se fait plus dans les quartiers « traditionnels » de la capitale, et dans d’autres villes et villages au Japon

    • tunimaal 16 février 2014 at 10 h 07 min - Reply

      Au Japon, tout le monde ne mange pas de la baleine, mais en tout cas c’est quelque chose qui ne dérange pas tant que ça car c’est culturel.

      La « surpêche » est définie selon les critères occidentaux, si je ne me trompe. Il ne faut pas oublier que le Japon est un pays où cet animal est consommé depuis longtemps. On pourrait en dire de même avec les Européens qui surpêche le colin par exemple.

      • Shafton 16 février 2014 at 15 h 31 min - Reply

        Loin de là l’idée de juger ceux qui mangent (ou pas) de la baleine mais les quotas ne sont pas des critères « occidentaux » ils sont définis par de manière internationale par les pays pro-chasse et anti-chasse.
        Et honnêtement on peut pas comparer la surpêche d’un poisson comme le colin et la chasse d’un mammifère marin, la menace d’extinction n’est pas la même. D’autant plus que la baleine est chassée par la Japon pour des raisons « scientifiques » pour être finalement vendue sur le marché. Alors que cette viande ne trouve pas preneur, sa consommation est baisse même sur l’archipel.

        • tunimaal 17 février 2014 at 10 h 53 min - Reply

          Salut Shafton,

          hé bien justement, j’ai envie de dire que les critères sont bels et bien occidentaux, du moins européen et américain. En effet, les critères sont toujours définis lors de « négociations » et on ne va pas se leurrer sur le fait que les européens et américains ont toujours le plus de poids à ce jeu là (suffit de regarder toutes les organisations internationales pour s’en rendre compte) et de plus, il ne faut pas oublier que le Japon, même si ce n’est pas officiel, est quand même sous l’emprise, du moins la dépendance, des Etats-Unis.

          En ce qui concerne le colin, il fait bien partit des poissons en surpêche et menacé d’extinction, tout comme la baleine et près d’un tiers des autres poissons dans le monde. Une simple lecture, par ici (au paragraphe « les poissons à ne pas acheter ») http://www.encyclo-ecolo.com/Guide_d%27achat_poissons te permettra de te rendre compte qu’une grande partie des poissons menacés d’extinction proviennent et sont consommés en Europe et Amérique. A titre d’exemple, l’anchois de France qui est une espèce en voie de disparition a vue sa pêche interdite en 2005 puis à nouveau autorisée en 2010.

          Il est facile de taper sur un pays étranger, de dire que sa consommation de tel ou tel animal est abusive juste pour cacher sa consommation personnelle et abusive. C’est ce que font la majorité des pays. Et pour la baleine, cela choc beaucoup parce que dans tous les pays du monde ou presque on ne la mange pas. Et puis, comme c’est le Japon, et que c’est loin et tellement différent, c’est encore plus facile de pointer du doigt. D’ailleurs, le Japon n’est pas le seul pays à consommer de la baleine, puisque c’est le cas en Europe du Nord, mais eux ne sont guère critiquer!!!

          Je pars du principe qu’un pays qui fait le con ne doit pas venir donner des leçons à un autre pays, même si sa culture est différente. Nous ne sommes pas meilleurs que les autres et n’avons pas le droit de critiquer les modes alimentaires des autres juste parce qu’ils sont différents des nôtres.

  5. Shafton 17 février 2014 at 11 h 17 min - Reply

    Salut,

    Je pense que tu confonds le fait d’avoir une opinion et le fait de juger. Pour ma part je ne juge pas les japonais parce qu’ils mangent de la baleine.

    Je comprends bien que les pays « occidentaux » ne sont pas les mieux placer mais c’est pas pour autant qu’on a pas le droit d’avoir (juste) un regard critique (et toujours sans pour autant condamner quiconque) sur le Japon. Sinon dans ces cas là on ne dit plus rien, car la plupart tous les pays sont critiquables et je trouve ça facile.
    Même si les espèces de colin et de sardine sont en voie de disparition, la situation est plus facilement réversible pour ces dernières par des restrictions et/ou l’élevage, ce qu’on peut pas faire avec des baleines qui se reproduisent tous les 2-3 ans avec uen période de gestation d’un an.
    Pour ce qui est des pays Nordique, le blog s’appelle GaijinInJapan donc je n’ai pas étendu le sujet jusque là.

    En arrivant au Japon, de manière générale il y a beaucoup de sujet que je n’abordais pas avec les japonais par peur qu’ils prennent ça comme un jugement ou de travers mais en réalité ils sont beaucoup plus lucides sur leur pays, donc je ne vois rien de mal à avoir ce genre d’avis.

    • tunimaal 17 février 2014 at 11 h 32 min - Reply

      Salut,

      je ne confonds pas, mais tu sais débattre par écrit n’est pas aussi facile que par la parole, et certaines choses peuvent être interprétée de plusieurs manières différentes 😉

      Concernant le regard critique on a tout à fait le droit de l’avoir, et heureusement, mais on ne peut pas vraiment critiquer quelqu’un quel qu’il soit (et ça peut importe le pays, l’origine, la culture, ….) si de son côte on ne fait pas mieux dans le même domaine (ici là pêche et la consommation de poissons).

      Tu parles de réversibilité plus aisée pour les colins et sardines, mais est-ce vraiment le cas avec une population qui tend à croître en Europe et Amérique et des entreprises qui veulent toujours plus de profits? Pourquoi la pêche de l’anchois de France a-t-elle été interdite en 2005 et à nouveau autorisée en 2010? L’appât du gain est plus fort que tout au final, et cela pour tous les pays du monde quel qu’il soit. Le 1er danger pour les animaux c’est l’homme avide d’argent.

      Si je te parle des pays nordique, c’est parce que très très régulièrement quand on parle de chasse à la baleine et qu’on y associe le Japon alors là c’est le drame, mais dès qu’il s’agit d’aller manger de la baleine en Europe du Nord alors là il n’y a plus aucun souci. C’est pour montrer le manque total de logique dans les réflexions que la masse fait sur ce fait.

      Je ne remets pas en cause ton avis loin de là, mais ce que je dis c’est que si on pointe quelqu’un ou une autre culture (je ne parle pas que du Japon attention) il faut s’assurer que derrière on est réglo sur la question. D’ailleurs, tu semblerais ne pas vouloir consommer de baleine car elle est en voie de disparition, mais manges-tu les poissons des autres espèces en voies de disparition?

  6. Shafton 13 mars 2014 at 13 h 31 min - Reply

    Désolé pour la réponse tardive et comme tu dis débattre par écrit n’est pas facile, mais je sais qu’ici on peut au moins débattre sereinement. Mais pour répondre à ta question je dirai que chacun à ses chiffres, les pêcheurs ont leurs chiffres, les écolos ont leurs chiffres … en ce qui me concerne je ne vais pas de ce fait ajouter d’espèces à ma liste si celles qu’on mange couramment le sont déjà.

    • tunimaal 13 mars 2014 at 17 h 37 min - Reply

      Pas de souci l’ami, tu réponds quand tu veux, je serais toujours là 😀

      C’est clair que de toute façon les chiffres sont manipulables et manipulés au final.

Leave A Response »