Interview de Shi : une Maid à Akihabara, dévouée à sa passion

Aala 17 novembre 2012 24
Interview de Shi : une Maid à Akihabara, dévouée à sa passion

Aujourd’hui, je vous propose de découvrir le portrait de Shi une Maid à Akihabara. Découvrez une jeune demoiselle dévouée et passionnée par son travail hors du commun.

Cet été, j’ai rencontré la jeune Shi, par l’intermédiaire de mon ami Ken. J’ai eu la chance de faire son interview et de découvrir plus en profondeur le monde des Maid à Akihabara. Parce qu’être une soubrette au Japon n’est pas une chose courante pour les étrangers, je vous propose de découvrir ce portrait très intéressant. Bonne lecture à vous.

QUI ES-TU SHI ?

Pourrais-tu te présenter brièvement ?

Je m’appelle Shi, j’ai « 17 ans pour toujours » en tant que soubrette, mais dans la vraie vie j’ai 23 ans.

Que fais-tu dans la vie ?

Je travaille dans un café en tant que serveuse. Je suis aussi une « soubrette à Akihabara ». Je ne suis pas une étudiante, comparé aux autres Maid.

Quelles sont tes passions ?

J’aime bien aller dans différents cafés à thèmes pour les découvrir. Par exemple, dans le café où je travaille, on sert le thé glacé dans des bocaux pour poissons. J’aime bien découvrir ces endroits. J’aime aussi me reposer au soleil et dormir. En japonais on appelle cela : « Hinatabokko ».

Quels sont tes objectifs dans la vie et tes rêves ?

La raison pour laquelle j’ai commencé à être une Maid c’est parce que j’aime bien l’univers des Maid Café et que je veux faire sourire les gens (c’est mon but). Je suis vraiment curieuse à propos du monde des Maid. Je ne peux pas séparer ma vraie vie de ma vie de Maid. Je suis une véritable Maid. Je ne peux pas vivre la moitié de la journée en tant que « non-maid » et le reste de la journée en tant que maid, sinon la maid en moi risquerait de mourir.

maid in akihabara, maid à akihabara, soubrette japonaise, japanese maid, jeune soubrette japonaise, soumise japonaise, japanese submissive girl

SHI LA MAID ?

Quand es-tu devenue une Maid ?

Il y à de cela une année.

Pourquoi as-tu décidée de devenir une Maid ?

Parce que je voulais rendre les gens heureux. Et aussi parce que j’ai toujours envié les Maid et que je voulais devenir l’une d’entre elles.

Travailles-tu à Akihabara ?

Oui, mais aussi dans d’autres endroits. Je ne travailles pas dans un Maid café mais plus en tant que « Maid Guide ». Je ne travaille donc pas pour un café mais pour une agence de Maid. Notre travail consiste à guider les gens et leurs faire découvrir les environs. Je dois servir les « Maîtres » en allant avec eux dans les karaoké, par exemple, et les servir sur place. C’est un travail basé sur les relations humaines.

Comment joues-tu ton rôle de Maid ?

Je portes une tenue de soubrette, mais je ne la change pas en fonction des saisons. Je peux aussi changer de voix afin de m’adapter à mon personnage. Ma voix de Maid est une voix dite : « KAWAII », c’est à dire une voix douce et mignonne, une voix très enfantine. Je peux aussi faire plusieurs voix issues d’anime japonais. Mon style est ce que l’on appelle « MOE », c’est à dire une Maid de type « KAWAII » ou mignonne et enfantine.

Aussi, en tant que Moe Maid, j’utilise uniquement les Hiragana pour écrire. Les Kanji japonais sont considérés comme étant des caractères pour les adultes et les Katakana sont considérés comme étant masculin du fait de leurs courbes très brutes et droites. En effet, les Hiragana sont très arrondis et ressemblent à une écriture enfantine d’une jeune fille.

Aussi, une autre chose importante, si on a un petit copain, dans la vie de tous les jours, on se doit de le cacher car cela perdrait tout son charme pour nos clients. Nous devons être, et rester, des jeunes filles pures et innocentes. D’ailleurs, il y a des Maid qui sont tellement prise par leur travail qu’elle n’ont pas le temps d’avoir une romance en dehors de cela. Elles disent que leur travail est leur véritable amour.

Qui sont tes clients ?

Ce sont essentiellement des hommes, de la fin de vingtaine à la quarantaine. Habituellement, les clients plus jeunes vont dans les Maid Café. Ce sont, en grande partie, des japonais. Les étrangers, pour leur part, me demande essentiellement leur route lorsqu’ils sont perdu. J’appelle mes clients masculin : GOSHUJIN SAMA (pour Maître) et mes clientes féminines : OJOU SAMA (jeune princesse). Une demoiselle est toujours une jeune princesse, quelque soit son âge.

Quels sont les tarifs de vos services ?

C’est assez cher. En effet, il faut compter entre 2000 et 5000 Yen par heure, par maid, selon le service demandé. Et pour des raisons de sécurité, nous sommes toujours 2 maid au minimum par client. Il faut donc compter entre 4000 et 10000 Yen par heure.

Les clients, habituellement, prennent une heure au début, puis ajoute une demie-heure ou une heure en plus, selon leurs envies. Les tarifs deviennent, par la suite, dégressifs selon la durée du service. Quelques fois, nous avons des requêtes spéciales, notamment pour les anniversaires. Dans ce cas, on peut-être amenées à aller chez le client et servir sur place. Sinon, on se doit de les emmener dans des endroits spéciaux pour lui. C’est comme une « obligation » en quelques sortes.

Peux-tu nous parler un peu plus des costumes dans ce travail ?

Il y en à plusieurs variétés et ils vont dépendre de la Maid, de sa personnalité, de son cadre de travail et d’autres critères.

Par exemple, il y à les MEGANE MEIDO. Elles portent des lunettes, ce qui est une partie de leur costume. Cet accessoires les rend plus mignonne. C’en est de même pour les oreilles de chats.

Pour ma part, je ne porte pas toujours le même costume. En privé, je peux porter un kimono, une jupe, un chemisier, … cela dépend de la situation. En tant que guide, je peux porter ce que je veux. Mais si il y a une requête de la part du client, je me dois de la respecter. Sinon, habituellement, je portes un costume de Maid, souvent noir.

Pour les accessoires, il y en a des dizaines et ils vont varier selon les Maid et le message qu’elles veulent véhiculer. Par exemple, le serre-tête est l’accessoire le plus répandue chez les Maid. Les lunettes sont souvent portées à cause de problèmes de vues, ce qui est le cas me concernant. Certaines Maid portent aussi un collier de chien et une laisse. C’est pour que les gens les identifient en tant que « soumise ». Parfois elles le sont, parfois elles ne le sont pas. Cela dépend de la personne.

Les accessoires sont en général portés pour améliorer le costume, pour le rendre plus mignon ou pour rendre la Maid encore plus innocente.

Quels sont tes sentiments par rapports à ce travail ?

Cela dépend essentiellement du client. C’est mon travail et c’est strictement professionnel. Je suis toujours attentive à tout. Je me dois de m’amuser sinon ce ne sera pas une véritable expérience, authentique, pour le client. Chaque personne est différente. Si le client est gentil, tout se passe bien et il n’essaye pas de harceler, et je suis contente. Il y à que quelques cas, très rare, de harcèlements. Dans ce dernier cas, cela peut s’avérer dangereux et c’est pour cela que nous sommes toujours 2 par client.

Est-ce que ce travail peut s’avérer dangereux par moment ?

Oui, de manière occasionnelle. En effet, quelques clients sont pervers. Mais la majorité sont des personnes qui respectent les règles. Des clients en arrivent à tomber amoureux de nous mais ne sont pas méchants. Mais d’autres pensent que nous sommes des prostitués et que cela est normal d’essayer de nous toucher. Or, nous ne sommes en aucun cas des prostitués, nous proposons uniquement un service dans un cadre différent, pour faire plaisir à nos clients. C’est un jeux de rôle.

Toutefois, il y à toujours des clients qui pensent qu’ils peuvent nous séduire et nous ramener chez eux, mais cela ne marche jamais. Cela devient un problème si un client veut nous séduire pour que l’on devienne sa petite copine.

Quelles sont les réactions des gens vis-à-vis des Maid ?

Il y à beaucoup d’incompréhensions par rapport à notre rôle. Pour faire quelque chose que vous aimez, vous devez prendre la responsabilité des conséquences. Lorsque nous sommes dans les espaces publics, nous nous devons de respecter les autres. Il y à des gens qui détestent les Maid, c’est pour cela que nous cachons nos uniformes quand nous marchons dans les espaces publics. Nous faisons attention aux gens qui ne nous aiment pas et nous essayons de rester discrète. Il y à des règles et nous les respectons. Nous voulons que les gens nous respecte et nous agissons en conséquence.

Quelles sont les réactions des Gaijin vis-à-vis des Maid, selon toi ?

Je ressens que les étrangers nous perçoivent comme de véritables Maid au final, un peu comme les japonais. Ils ne font pas vraiment la différence.

Mais au Japon, vous avez différentes catégories de Maid :

  • TSUNDERE : elles aiment tellement leurs clients qu’elles sont obligées de cacher leurs sentiments. Elles agissent donc très froidement envers eux. Cela est un rôle uniquement, l’ensemble de cette relation est fausse. D’ailleurs, certaines de ces Maid jouent tellement bien leur rôle qu’elles n’hésitent pas à mettre de la sauce soja dans le café des clients, par exemple. Des clients aiment ce jeu et d’autres moins et quittent les lieux. C’est un peu comme une relation « S&M ».

  • MOE MEIDO : ce sont les plus populaires. Elles sont « soumises et innocentes ». Ce sont les plus gentilles et adorables. Elles sont entièrement dans le style japonais : des « Yes men ». Vous pouvez leur serrer la main mais vous ne pouvez pas les étreindre ou les toucher. Si un client essaye de les toucher, elles diront « S’il vous-plaît, ne faites pas cela car sinon vous ne pourrez plus revenir, or je veux que vous reveniez ». Elles portent des costumes de type Victorien (comme dans Alice aux pays des merveilles) ou des costumes de style japonais (comme dans les manga).

  • YANDERE : il faut comprendre là « les Maid au cœur malade ». Elles sont toujours déprimées et elles se comportent d’une manière dépressive. Elles donnent l’impression qu’elles vont pleurer. Elles vous diront toujours « Revenez me voir s’il vous plaît. Vous allez beaucoup me manquer ». La moitié de cela n’est que mise en scène.

Les Maid, peu importe leur catégorie, n’ont pas leur droit de contacter les clients directement, c’est une promesse. Elles se doivent d’être innocente et ne doivent pas abuser des hommes. Elles vendent de l’innocence, du rêve et du fantasme. Les hommes sont parfaitement au courant de cela.

maid in akihabara, maid à akihabara, soubrette japonaise, japanese maid, jeune soubrette japonaise, soumise japonaise, japanese submissive girl

SHI, SA FAMILLE ET SES AMIS

Comment es-tu dans la vraie vie ?

Tu dois découvrir par toi même ^_^. Mais je dirais plutôt « soumise et innocente ». Pour moi, je ne joue pas un rôle mais je suis moi-même dans un cadre professionnel. Je ne me sens pas entièrement « soumise et innocente » mais j’aimerais bien. J’essaye donc de ressentir cela de manière professionnelle pour compenser. Les sentiments personnels et professionnels sont toujours connectés.

Les Maid sont connues au Japon. Pour certaines personnes, ce travail est juste un plaisir et permet de gagner de l’argent. Mais pour moi c’est différent. Je veux faire cela professionnellement et prendre mes clients en considération. Je m’adapte toujours aux attentes de mes clients. Les Maid ne sont pas seulement mignonnes. Elles se doivent d’être professionnelles aussi.

Ceci est une part de ma vie. Cela restera toujours ancré en moi. Par exemple, si quelqu’un n’a plus d’eau dans son verre, je le remarquerais et je lui en servirait, même si les gens pensent que je ne devrais pas le faire. Cela se passe de la sorte, même dans ma vie privée. Pour moi, au final, cela reste une excellente expérience qui pourra toujours me servir dans ma vie future (par exemple si je veux devenir une serveuse ou autre).

Comment ta famille et tes amis ont réagit lorsque tu as décidée d’être une Maid ?

Pour ma famille il n’y avait aucun problème à cela. Ils m’ont dit « fait comme bon te semble, tu es libre ». Mais j’ai des amies Maid qui ont dû partir de chez elle, quitter leur ville natale, pour faire ce travail, car leur famille n’aime pas cela. Pour mes amis, ils m’ont toujours supporté sans jamais me juger ou me critiquer. Le monde des Maid est un univers spécial qui à besoin de beaucoup de compréhension de la part des autres.

Un dernier mot peut-être ?

Si vous voulez découvrir plus sur cet univers des Maid, je vous invite à venir nous rendre visite et d’en profiter.

Voici donc pour cette interview très enrichissante sur cet univers parfois mal compris. J’espère que vous en aurez appris beaucoup. Je tiens à remercier Shi pour son temps et sa franchise lors de cette interview. Et vous, que pensez-vous de l’univers des Maid au Japon ? Etes-vous déjà allés dans un Maid café ou bien voudriez-vous vous y rendre ?

24 Comments »

  1. G. 17 novembre 2012 at 8 h 53 min - Reply

    Bonjour !
    Un point de vue très intéressant !
    Je ne suis jamais allée au Japon, pour l’instant, mais ces Maid Cafés sont une de ces curiosités que j’aimerais découvrir !
    J’aimerais connaître ta propre expérience de ces endroits !
    L’année prochaine, je projette d’aller au Japon. Notre professeur de japonais nous a presque conseillé de travailler comme maid ou hostess (je suppose qu’il s’agit de métier bien différents… ?). Existe-t-il des maid cafés qui emploient des étrangères ?
    Encore merci pour cet article très riche (comme d’habitude ! ^^). Et bonne continuation !

    • tunimaal 17 novembre 2012 at 9 h 02 min - Reply

      Salut,

      c’est curieux que votre professeur puisse conseiller de travailler dans les Maid Café ou bien en tant qu’Hostess.

      Il y à quelques Maid Café qui embauche des étrangères, si elles parlent le japonais. Pour ce qui est du travail d’Hostess, il s’agit là d’un travail où il faut faire fantasmer (sexuellement) le client et l’amadouer en faisant la conversation, afin de l’inciter à revenir tout en consommant un maximum. Hostess au Japon est un travail de nuit qui n’est pas toujours aisé et qui n’est pas nécessairement une bonne recommandation. Après cela dépend de la personne et de ses envies, car c’est un métier qui peut « bien payer ».

      Enfin, pour ce qui concerne mon expérience personnelle dans les Maid Café, tu peux la retrouver ici: http://www.gaijinjapan.org/maid-cafe-in-akihabara-anniversaire/

      • G. 17 novembre 2012 at 16 h 56 min - Reply

        (En fait, j’avais déjà lu ton article, mais ça fait du bien de se remettre à jour ^^)
        C’est vrai qu’il est étrange que notre professeur nous ai conseillé ce job. D’autant plus que nous sommes loin de maîtriser le japonais. Peut-être est-ce quelque chose que les étudiantes étrangères font habituellement pour gagner quelques sous ?

        • tunimaal 18 novembre 2012 at 11 h 03 min - Reply

          Franchement, d’après ce que j’ai vu, ce ne sont pas les boulots les plus prisés. Mais pour les hostess en général tu n’as pas toujours besoin du japonais puisque certains hostess club proposent des services en anglais. Pour les Meido kissa tu en aura besoin.
          Perso, en tout cas, je te déconseille cela :-)

  2. bulle 18 novembre 2012 at 2 h 47 min - Reply

    Ton article est très intéressant. Je suis déjà aller dans un maid cafe et j’ai bien aimer ^-^ C’est très facile de devenir accroc à ce genre d’endroit ^o^

    • tunimaal 18 novembre 2012 at 11 h 02 min - Reply

      C’est clair que si on aime cet univers c’est facile de devenir accroc, mais qu’est-ce que c’est cher 😉

  3. Leslie 25 novembre 2012 at 15 h 13 min - Reply

    Wow, entrevue vraiment intéressante, mais j’avoue que il y a quelques trucs qui m’ont mise mal à l’aise « Je dois servir les « Maîtres » », avec une voix enfantine + il y a quelques clients pervers. J’essaie de pas en rire…mais je crois que ça fait partie du lot de différences culturelles que je ne comprendrai jamais. Tant mieux si elle est bien payée et qu’elle rend des gens heureux!

    • tunimaal 26 novembre 2012 at 10 h 48 min - Reply

      Sortie de leur contexte, c’est clair que ces phrases peuvent surprendre, mais il faut les remettre dans le contexte. Les Maid à Akihabara jouent un rôle de soubrette « soumise » au bon vouloir du « maître ». Mais cela n’est qu’un jeu, une mise en scène enfantine sans plus.

      • Leslie 26 novembre 2012 at 16 h 38 min - Reply

        Oui j’espère bien que ce n’est qu’un jeu :p
        Il y a quand même des jeux..disons..surprenants.

        • tunimaal 2 décembre 2012 at 4 h 41 min - Reply

          Au final, ce qui est surprenant pour certains est normal pour d’autres 😉

  4. Haydée 27 novembre 2012 at 16 h 10 min - Reply

    Je ne connaissais pas du tout. On aura tous entendu parler des geishas (ce n’est pas le même délire, mais j’ai tout de suite pensé à ça), du coup je ne suis pas du tout étonnée de voir ce type de métier au Japon. Par contre, conseiller ou recommander à des Européennes d’en faire leur métier, c’est un peu culoté quand bien même ce doit être une excellente manière d’apprendre la langue. Lorsque je suis partie vivre en Espagne, mon niveau n’a jamais autant augmenté que lorsque je suis sortie avec un Espagnol :)

    • tunimaal 2 décembre 2012 at 4 h 42 min - Reply

      Cela peut faire penser à la « petite » Geisha moderne, même si il faudrait plus se tourner vers les Hostess pour ça …

      Et c’est clair que recommander ça à des étrangères c’est bizarre en soi.

  5. Pierre 28 novembre 2012 at 0 h 00 min - Reply

    Excellente l’interview!
    C’est un monde que je trouve fascinant et ça m’avait vraiment intrigué d’en voir pas mal à Tokyo.
    Je suis content d’y voir un peu plus clair sur cette activité merci :)

    • tunimaal 2 décembre 2012 at 4 h 48 min - Reply

      De rien, au plaisir 😉

  6. Davy 6 décembre 2012 at 11 h 13 min - Reply

    Je suis allé dans des maid cafés pendant mon séjour à Tokyo et j’ai vu plus de mecs louches que de clients respectables . J’ai pû voir un client sauter sur une maid (aggression vite maîtrisée par le staff mais néanmoins choquante) ainsi qu’un type qui se tripotait à une table voisine en reluquant les maids. Je pense qu’il n’y a pas de place pour l’innocence dans ce genre d’établissement et personellement j’ai été choqué et déçu . D’autant que l’un des maid cafés dans lequel je me suis rendu offrait ouvertement des prestations sexuelles .
    Celà n’engage que moi ,bien sûr,mais je trouve hypocrite de se servir d’un univers enfantin pour arriver à des fins qui relèvent de la prostitution .
    C’est hypocrite et malsain à mon sens .

    • tunimaal 9 décembre 2012 at 5 h 08 min - Reply

      Salut Davy,

      merci beaucoup pour ton opinion. Je la rejoins, mais en partie seulement. Déjà, je pense qu’il ne faut pas généraliser. Tous les maid café ne font pas de la prostitution, très loin de là.

      L’agression dont tu as pu être le témoin est un fait qui doit être isolé et qui ne se produit pas si souvent que cela, preuve en est, Shi, le dit elle-même que cela est rare. Elle travaille en tant que maid depuis plusieurs années.

      Après, pour l’univers enfantin, c’est une part de la culture japonaise qui est différente de la notre. Mais cela n’est, et ne reste, que du domaine du fantasme, en général (même si il y à toujours de écarts).

      Enfin, des agressions, des pervers etc… il peut y en avoir de partout. J’ai été directeur de supermarché en France, et il m’est arrivé à plusieurs reprises de devoir gérer des cas où des hommes harcelaient les caissières ou autres situations du genre. Comme quoi le cadre ne fait pas le tout. il s’agit plus de la personnalité des individus.

  7. Vincent 6 décembre 2012 at 13 h 19 min - Reply

    Vraiment génial ! Je ne connaissais pas du tout « les Maid » et j’étais un peu perdu au début de l’interview mais au final je viens de découvrir leurs rôles, leur travail, et les limites – c’est vraiment une excellente interview… merci ! :)

    • tunimaal 9 décembre 2012 at 5 h 04 min - Reply

      De rien, c’est un peu le but de cette interview au final 😉

  8. Anne 4 juin 2013 at 14 h 45 min - Reply

    C’est très intéressant. Je n’ai pas osé rentré dans un maid café, a cause de cette espèce d’aura mystique qui entour les maids. Mais en faite ce ne sont pas des extraterrestres XD

    • tunimaal 5 juin 2013 at 5 h 26 min - Reply

      Oui ce ne sont pas des extraterrestres, loin de là. Au contraire, elles sont « normales ». Elles jouent plus un rôle qu’autre chose.

  9. Yasser 30 novembre 2014 at 19 h 27 min - Reply

    Article très intéressant, je comptais bien aller dans un café maid un jour quand je voyagerais au Japon, mais je pensais pas que c’était si cher ! D’autant plus que je voulais juste qu’on m’appelle Goshujin-sama comme dans les animes.XD Mais je ne pense pas que ça en vaut le prix haha
    En tout cas, merci pour cet article, c’est en quelque sorte comme si j’y étais.
    Je te félicite pour ton blog au passage et j’espère que ton rétablissement se fait rapidement. ^^

    PS : Tu es le pro ici, mais normalement on dit : Tsundere et pas Tsudere, des personnes qui aiment mais montrent totalement le contraire. Au pire ça doit être une erreur de frappe. 😀

    • tunimaal 4 décembre 2014 at 19 h 09 min - Reply

      Salut Yasser,

      le tarif dans l’article, ici, n’est pas pour un Maid café mais pour un service où 2 maid t’accompagnent et te font visiter la ville, ou autre. En Maid Café, il faut compter environ 1500 à 2000 Yen pour une heure.

      PS: merci pour Tsundere, en effet, une erreur de frappe 😉

  10. Nanami 16 mai 2015 at 15 h 34 min - Reply

    Certains aspects de leur métier me gênent. C’est purement personnel car je n’aime pas le jeu de rôle. Ce qui me gêne encore plus c’est lorsque Shi dit qu’elle ne joue pas vraiment un rôle. Ce rôle de « soumise et innocente », elle le possède déjà naturellement hors contexte professionnelle. (« Pour moi, je ne joue pas un rôle mais je suis moi-même dans un cadre professionnel. »)
    La question que je me pose est : pourquoi souhaiter être soumise ?
    En tout cas, interview très intéressante. Merci !

    • tunimaal 1 juin 2015 at 12 h 01 min - Reply

      Disons que c’est une question de personnalité ^^

Leave A Response »