Des japonais en Tunisie, de surprise en suprise

Aala 20 mars 2015 4
Des japonais en Tunisie, de surprise en suprise

C’est en Août 2014 que ma belle famille japonaise, accompagnée de ma femme, a posée les pieds en Tunisie pour la première fois, dans mon pays d’origine. Récit de cette semaine dans l’accueillante terre du Nord de l’Afrique.

Quelques mois après mon mariage franco-japonais, et un mois avant mon mariage au Japon, ma femme, accompagnée de ses parents, m’a rejoint en Tunisie, pour une semaine en plein coeur du mois d’Août, dans la chaleur sèche locale, loin de l’été japonais et de son humidité. Une semaine qui s’est avéré chargée en émotions et activités, et qui nous aura rempli la mémoire de souvenirs uniques.

Entrée en matière en douceur

J’étais arrivé en Tunisie au début du mois d’Août, une dizaine de jours avant que ma belle famille ne me rejoigne. Ma mission était d’organiser leur séjour sur place afin de leur faire découvrir un maximum de choses en un minimum de temps. J’avais bien quelques idées en tête et je savais ce qu’ils aimaient, donc je me suis adapté et j’ai concocté un programme basé sur un maximum de surprises pour leur montrer les charmes de mon pays d’origine.

Dès leur arrivée à l’aéroport de Tunis, je les ai emmené en bord de mer pour aller manger du poisson plus frais que frais, mais loin des standards japonais. Là, dans la poissonnerie, les poissons étaient exposés, les clients choisissaient ce qu’ils voulaient, la cuisson et se les faisaient servir à table. Une bonne entrée dans le vif du sujet pour mes trois « convives » de la semaine, qui ont pu savourer leur repas accompagné de la traditionnelle harissa tunisienne et des boissons locales telles que la Apla ou encore la Boga cidre, bien loin de la Ramune ou de la bière japonaise.

Ensuite, c’est direction de le site historique de Carthage, classé patrimoine mondial de l’UNESCO, que je les ai emmené, pour découvrir l’un des seuls endroits que les japonais connaissent de la Tunisie. D’ailleurs, la Tunisie est tellement peu connue des japonais que j’avais déjà entendu l’un d’entre eux dire que c’était la capitale du Népal. [Je vous laisse imaginer ma tête ce jour là.]

Après une visite « express » du site, en bord de mer et juxtaposé au palais présidentiel, nous nous sommes dirigés vers le célèbre quartier tout de bleu et blanc vêtu qu’est Sidi Bou Saïd. Là, nous avons visité une maison traditionnelle puis nous nous sommes relaxés en terrasse du célèbre Café des Délices, avec sa superbe vue sur le port et la mer méditerranée. La journée se termina et il nous fallu avaler les dizaines de kilomètres qui nous séparaient de ma ville, celle de Sousse, au Sud de la capitale.

Un séjour de découvertes en surprises

Dès le lendemain, le programme devenait extrêmement chargé en surprises. Tôt le matin nous avons pris la voiture, et j’informais ma belle famille que nous dormirions à l’hôtel le soir venu, en leur demandant de prendre des affaires de rechanges, sans leur en dire plus. Ce que j’aime bien avec les japonais c’est qu’ils ne posent pas trop de questions et qu’il y a ainsi moins d’occasion de rater une surprise. Parce que ce jour là je leur avais prévu une grosse surprise qui arriva après 8 heures de voitures (stops compris).

Nous venions d’arriver dans le Sud de la Tunisie, nous avions quitté le Nord, et nous étions entrés dans la ville de Douz, où la température frôlait les 50°. Là, j’ai regardé ma femme et mes beaux parents droit dans les yeux et je leur ai dit « ce soir nous dormons dans le désert et nous allons nous y rendre à dos de chameaux ». Quel ne fut pas le choc, la surprise et l’émotion pour eux à la fin de ma phrase.

Ma femme était heureuse comme pas possible. Il faut que je précise que la première fois que j’avais rencontré ma femme, alors que nous n’étions pas encore un couple, elle m’avait dit que son plus grand rêve était d’aller voir le désert de ses propres yeux, un jour. L’occasion était trop belle de lui permettre de réaliser ce rêve, en plus dans le plus grand désert du monde. Ma belle-mère, quant à elle, ne semblait pas, mais alors pas du tout, d’accord avec cette option « désert » et semblait m’en vouloir.

Quelques minutes plus tard, après avoir récupéré le matériel et suivi notre guide, nous étions aux portes du désert, là où nous attendaient nos chameaux. Nous sommes montés dessus et j’entendais ma belle-mère se plaindre. Mais cela n’a pas duré bien longtemps avant qu’elle ne tombe sous le charme unique du désert et qu’elle commence à parler avec son chameau, prénommé Mohamed. Par moment elle était tellement heureuse qu’elle chantait et rigolait, la « mauvaise » surprise de mon annonce l’ayant définitivement quittée.

Et ce sentiment de joie s’est installé le soir venu, lorsqu’en plein désert, seul avec nos deux guides, nous avons passé la nuit à la belle étoile, sans même dormir dans nos tentes, à admirer la lune et les étoiles. Le matin, nous avons pu admirer le lever du soleil pendant que notre guide nous préparait du pain à même le sable. Là, ma belle mère se tourna vers moi et me dit « à la télé au Japon j’avais vu une émission où ils montraient un bédouin préparer du pain de la sorte, et aujourd’hui je le vois de mes propres yeux ». L’expérience désert fut une excellente réussite qui plu à tout le monde, surtout ma femme qui ne demande qu’à y retourner.

Sur le chemin du retour, en direction de Sousse, nous en avons profité pour nous arrêter dans la ville de Matmata, où nous avons eu l’opportunité de visiter une maison troglodyte, puis nous avons fait un dernier stop à El-Jem pour y visiter le Colisée romain se trouvant sur place. A peine 72 heures que mes « hôtes » étaient arrivés en Tunisie qu’ils avaient déjà expérimentés plein de choses et que leur mémoire se remplissait de souvenirs inoubliables. Mais ce n’était pas tout.

Une plus grosse surprise à venir

Ma femme et mes beaux-parents étaient arrivés le mardi, et nous étions maintenant le vendredi. Ce qu’ils ne savaient pas, c’est que ma famille avait préparée une sacrée surprise. A croire qu’on aime beaucoup les surprises en Tunisie. Tôt le matin nous sommes parti visiter la maison de mes grands-parents, puis nous nous sommes rendus dans la ville natale de mon père (Moknine). Et là, les choses se sont enchaînées à une vitesse folle.

Sur place, nous avons récupérés des membres de la famille de mon père et nous sommes retournés à Sousse, dans la ville natale de ma mère. Ce qu’il faut savoir c’est que la veille on avait assisté à la première soirée du mariage de mon grand frère. Alors, ma femme et mes beaux-parents pensaient que nous allions assister à la deuxième soirée du mariage de mon frère. Mais ce ne fut pas le cas, loin de là.

Des membres de ma famille ont emmenés ma femme et mes beaux parents dans le jardin et ont commencés à appliquer du Henné sur ma femme et à la préparer. Ils découvraient ainsi qu’en réalité, en ce vendredi 15 août, ma famille avait préparée une soirée de mariage surprise à notre attention. Et laissez moi vous dire que la soirée fut magique, comme vous pouvez le lire par ici.

Après cette soirée riche en émotions, nous avons passés les journées suivantes de manière plus relaxe, en faisant une balade en mer à bord d’un bateau pirate, puis en nous promenant à Port El Kantaoui, ou encore dans les ruelles du Bled Arabe en plein coeur de la ville de Sousse. Le paysage était tellement dépaysant pour ma belle famille qu’ils en profitaient au maximum, avant de devoir quitter la Tunisie, à peine quelques jours après être arrivé sur place.

Des japonais en Tunisie, des japonais satisfait

Etant né en France et ayant des parents tunisiens, j’ai toujours vécu dans un mélange culturel. Vivant aujourd’hui au Japon, j’élargis encore plus mes horizons et j’aime à prôner un mélange des cultures, peu importe lesquelles. Et c’est ainsi que j’étais content de pouvoir faire découvrir une culture inconnue à mes beaux-parents et ma femme. Une culture qui se trouve être un peu (beaucoup) à l’opposé de celle du Japon, et qui présente des charmes à expérimenter, et ma belle famille a simplement adoré.

Entre le fait de manger des plats épicés (ce qui n’est pas dans l’habitude des japonais), visiter des lieux bruyants ou parfois délabrés, des rues pas toujours très propre, à l’opposé du Japon, mais surtout voir des paysages magnifiques qui ne sont pas présent au Japon, profiter de ces moments magiques, notamment dans le désert, et expérimenter des choses inconnus pour eux, à part via la télévision, laissez moi vous dire que ma femme et mes beaux-parents ont été plus qu’enchantés par la Tunisie, un pays qu’ils leur tarde de visiter à nouveau, pour en découvrir encore plus. C’est aussi ça la magie du voyage.

Cette semaine qui a vu des japonais en Tunisie, a été riche en émotions, découvertes, surprises, expériences et restera dans la mémoire de mes « hôtes » pour toujours. Ils en redemandent même, parce que la Tunisie est un pays tellement accueillant avec tellement de charmes à faire découvrir.

Et pour ceux qui veulent prolonger la lecture, découvrez le récit d’Ahmed qui a reçu un ami japonais en Tunisie quelques semaines avant moi par ici.

4 Comments »

  1. Messiah 9 avril 2015 at 14 h 54 min - Reply

    Ce post m’a mis les larmes aux yeux, je trouve ce mélange de cultures merveilleux et ça m’émeus beaucoup… de bien beaux souvenirs! Ce sont les plus beaux, la familles, les amis… je ne le sais que trop :)

    • tunimaal 1 juin 2015 at 2 h 00 min - Reply

      Content que ce récit te plaise. J’aime beaucoup les mélanges de cultures 😀

  2. Un passant 12 avril 2015 at 18 h 27 min - Reply

    Très sympa ce billet. La rencontre des cultures il n’y a rien de mieux ! En tout cas bonne continuation pour ce blog, chaque fois que j’y passe j’y reste assez longtemps et je prends beaucoup de plaisir à lire et m’informer !

    Un passant

    • tunimaal 1 juin 2015 at 2 h 08 min - Reply

      Merci beaucoup le passant ^^

Leave A Response »