Auto-stop au Japon de Julien Joly

Aala 12 mai 2015 4
Auto-stop au Japon de Julien Joly

Au jour d’aujourd’hui, Auto-stop au Japon de Julien Joly est le seul ouvrage en français sur ce thème pour ce pays, et après sa lecture, j’avoue que c’est dommage, pour diverses raisons.

Titre: Auto-stop au Japon

Langue: français

Auteurs: Julien Joly

Editions: Solilang

Date de publication: Novembre 2012

Résumé

Faire de l’auto-stop au Japon serait mission impossible, selon les dires des japonais eux-mêmes. C’est tout le contraire que l’auteur de cet ouvrage, Julien Joly, veut prouver, au travers de son expérience et de ses conseils compilés au sein de cet ouvrage unique en son genre concernant le pays du Soleil-Levant, et en français.

Will Ferguson, l’auteur du célèbre « Hokkaido Highway blues: Hitchinking Japan », avait bien rédigé un livre intitulé « The Hitchhiker’s guide to Japan », mais cet ouvrage est en anglais uniquement, ce qui limite son accès aux francophones ne lisant pas la langue de Shakespeare. Julien Joly voulait donc combler ce vide.

Mon avis

Dès la prise en main, je trouvais que le format en longueur n’était pas nécessairement adapté à une lecture et surtout un transport des plus aisé lors d’une aventure et d’un road-trip au Japon. Mais, les « points négatifs » ne se sont pas arrêtés à ce simple choix de format. Ainsi, j’ai pu répertorier les éléments suivants:

Un début de guide qui n’est pas nécessairement en rapport avec le voyage en stop ou le camping au Japon et qui peut amener à se poser la question « ai-je acheté le bon livre? » aux lecteurs.

Des bons plans pas si bon que cela. L’auteur parle, par exemple, des Guest House à Tokyo et il cite, en bon plan, la société la plus chère du marché, alors que l’ouvrage est censé s’adresser aux personnes désirant partir au Japon pas cher.

Des conseils pas nécessairement en rapport avec la mentalité locale. Par exemple, aux pages 28/29 l’auteur conseille d’étaler son tapis dans un lieu fréquenté, comme si vous alliez dormir sur place, en pleine rue, et d’attendre qu’un japonais vienne vous proposer de vous héberger. Ce qui me dérange là dedans, outre le fait qu’il y a l’aspect de « jouer au pauvre, pour jouer au pauvre », c’est le côté qui ne donne pas nécessairement une bonne image des étrangers au Japon. Et oui, dans le pays où les étrangers ne sont pas toujours bien vu, mais surtout où les préjugés sont construits rapidement et où les japonais aiment à généraliser les comportements des « Gaijin », ce genre de « technique ultime » (comme l’appelle l’auteur) aura plus de chance de « nuire » à l’image des étrangers en général qu’autre chose. Et des conseils inadaptés, il y en a plusieurs dans tout l’ouvrage.

« Après Fukushima » la mention en trop? Peu d’informations sont apportées comparé à ce sous-titre écrit dans une police d’écriture « sensationnelle » et surtout, les informations sont clairement périmées et nécessiteraient une sacrée mise à jour!!! Affirmer, en 2015, que les préfectures de Tochigi, Iwate, Ibaraki, … sont déconseillées est une aberration sans nom.

Le livre est trop chargé en éléments inutiles. Des phrases en japonais en marges des pages? Pourquoi? On ne comprend pas trop l’utilité de la chose. Des kanji japonais en fond de page? Pourquoi? Là aussi on ne sait pas trop!!!

– Un guide de conversation mal fait. Soyons clair, la mise en page de cette partie de l’ouvrage laisse vraiment à désirer. Aucune réelle logique, des traductions sur deux pages, une accessibilité à l’information des plus difficile, …. A revoir!!!

– « Le Japon en stop est le meilleur moyen de découvrir le pays »: l’affirmation de l’auteur est un peu exagéré. Affirmer ceci de la sorte revient à dire que les autres manières d’effectuer un voyage au Japon ne sont pas bonnes, ce qui bien entendu faux. Lire ce genre d’affirmations est parfois agaçant!!!

Ce guide contient de très bonnes informations, concernant l’auto-stop au Japon, mais sa conception, ses quelques erreurs ou mauvais conseils gâchent ce travail qui aurait pu être bien meilleur. Personnellement, je m’attendais à autre chose de la part d’un « spécialiste » du voyage en stop, et c’est certainement cela qui explique ma frustration au fur et à mesure que je tournais les pages du livre.

Pour ceux qui veulent voyager en stop au Japon, le livre pourra vous donner certaines bases bien utiles, mais il vous faudra vérifier l’ensemble des informations et ne pas tout prendre pour argent comptant. Vous pouvez retrouver « Auto-stop au Japon » en cliquant ici.

4 Comments »

  1. nill newt 12 mai 2015 at 10 h 04 min - Reply

    le titre démago et racoleur plus l’anecdote du tapis ==> exclu de la liste des achats

    • tunimaal 1 juin 2015 at 11 h 27 min - Reply

      Haha ^-^ Encore le titre là est « correct » parce qu’il a un site Internet « voyager au Japon gratuitement »….

  2. yullyki 12 mai 2015 at 11 h 24 min - Reply

    Bon, en soit, le livre ne coute pas très cher, mais ce qui m’agace le plus dans ce que je viens de lire, c’est que j’ai l’impression que ça devient monnaie courante de faire des « mauvais livre » sur le japon basé sur l’expérience. Genre, parce que j’ai été au Japon/j’ai vécu au Japon X temps, je vais faire un livre mais uniquement pour le sensationnel, juste parce que c’est le Japon quoi !

    Heureusement qu’il y a des personnes comme toi pour vraiment dire et écrire des choses biens, des choses vraies et nous donner de vrais conseils ^^

    • tunimaal 1 juin 2015 at 11 h 30 min - Reply

      Haha, je vois que tu as eu quelques mauvaises expériences de lectures. ^^ Il faut dire que la publication d’un livre est devenue une chose tellement plus facile que beaucoup en écrivent maintenant, sur tous les sujets possibles et imaginables…

Leave A Response »